Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHypnoskull › Panik Mekanik

Hypnoskull › Panik Mekanik

  • 2006 • Ant-zen act 187 • 1 CD

cd • 16 titres

  • 1The Self Detonation Device 3:17
  • 2The Sekret (Hardstep Remix) 3:46
  • 3It's Been 1 Year And 22 Days (Darkstep Slowcore Lift Off) 4:15
  • 4Turbodozer (Enginez Of Steel Remix) 3:15
  • 5Basement Alpha Mission Triggerz 3:48
  • 6The Sekret Part 2 (Breakcore Edit) 3:57
  • 7James B. Goldfuck'r (Epic Drama Edit) 4:36
  • 8Sick Sekretz (Darkhop Inferno Dubplate Version) 4:23
  • 9In Thee Air 4:23
  • 10Kingston Hard As Steel (Very Hard Ragga Edit) 3:09
  • 11The Sekret Part 3 (Two Enemy Machines Hard Drum'n Bass Edit) 3:28
  • 12It's Been 1 Year And 22 Days (All Hell Is Breaking Loose) 4:18
  • 13Da Phantom 2:11
  • 14Dark Klub (Project Hard Jungle Remix) 4:52
  • 15Mekanodruggembryo ft Kenji Siratori (Nerve + Lobotomy Remake)5:17
  • 16Hypnoskull Made Me Hardcore (Outtro) 1:00

line up

Patrick Stevens

Musiciens additionnels : Kenji Siratori

remarques

chronique

Styles
electro
jungle
indus
Styles personnels
outsider industrial breakcore

1 an et 22 jours plus tard (la durée entre chaque album, depuis la naissance du projet) Hypnoskull a finalement abandonné les lignes droites et s'attaque maintenant aux diagonales, angles obtus et brisures de la darkstep et du breakcore après s'y être fait les griffes sous d'autres pseudonymes comme l'explique le livret. Ce n'est pas non plus quelque chose de très nouveau chez Patrick puisqu'on avait déjà droit à un peu de jungle dès le premier album, mais il abandonne ici totalement ses ambitions power noise pour lorgner du côté des nerds à bouc et casquette, râtissant tout le son qui se finit en -step, lui adjoignant de nombreux samples de musique classique, de jeux vidéo, de films et de voix trafiquées que l'on croiraient empruntées à 3 Steps Ahead. Une chose est sûre, Hypnoskull connait son rayon et a parfaitement intégré le bruitisme urbain depuis Dark Skies over Planet E. Les moments les plus rentre-dedans tels 'The Sekret (Hardstep Remix) ou 'In thee Air' rappellent la vieille rave jungle des premiers Venetian Snares voire le breakcore chevronné fait par des noiseux reconvertis comme ce qui faisait le fond de commerce du label Mirex, troisième personnalité d'Ant-Zen. Alors qu'il ne m'avait pas impressionné plus que cela à la première écoute (il faut dire qu'il est encore aussi chargé que les autres, temporellement et bruyamment), Panik Mekanik gagne à se l'enfiler en boucles, en sessions prolongées et c'est en apnée que l'on saisit tout le travail accompli, tant en terme de son qu'en terme d'assemblage multiforme mais classieux sous toutes les coutures. Même son titre de dark-hop poseur comme pas permis, 'Sick Sekretz', passe parfaitement comme interlude entre deux volées de jungle hardcore comme on en avait pas entendu depuis les années 90. Le dernier titre, encore plus rentre-dedans, préfigure largement le gros règlement de comptes que sera Industrial Owes Us Money. Et dans tout cela l'ombre de la question à propos de Patrick Stevens demeure : talentueux imposteur, ou individualiste en croisade contre les attentes de toutes les sous-cultures, quelles qu'elles soient ?

note       Publiée le lundi 28 mai 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Panik Mekanik".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Panik Mekanik".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Panik Mekanik".