Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSilvester Anfang › We Creep Within Dark Places

Silvester Anfang › We Creep Within Dark Places

cd • 10 titres • 49:17 min

  • 1Silvester Anfang Evokatie2:01
  • 2Man Met De Bokkepoot9:56
  • 3Obscure Goat Worship2:58
  • 4Troops Of Silvester8:37
  • 5De Verderfzaaier3:01
  • 6Bukkake Ritual6:12
  • 7The End Of Tape2:07
  • 8Nachtschade5:33
  • 9Morbid Missions4:55
  • 10Moorderijen Der Uhlanen3:57

enregistrement

Enregistré le 31 avril (sic) 2005

line up

inconnu

remarques

chronique

Styles
folk
Styles personnels
free mongo folk

Pour ce deuxième essai, Silvester Anfang n'a guère changé sa recette depuis «De Vrije...». De sourdes percussions sont toutefois mises ici et là en avant, ainsi qu'un melodica aux accents funèbres. Le groupe s'essaie visiblement à plus de construction, pour un résultat qui, loin de fonctionner, tourne la procession en grotesque parodie qui frôlerait presque la farce potache («Man Met de Bokkepoot»). L'on ne peut s'empêcher de penser à ces pathétiques groupes d'ambient cheapos qui ont planté leur décor dans le folklore médiéval, façon satanisme, sorcières et bêtes imaginaires, pensant naïvement qu'un decorum effrayant saura masquer leur manque d'inspiration. Pour le coup, c'est là l'impression que donne ce disque, dont on n'arrive au bout qu'au prix d'un douloureux effort. 50 minutes de laborieuses déclinaisons autour d'un même passage à vide qui fut, indique la pochette, enregistré un 31 avril. Une date impossible pour un album pénible, à éviter définitivement.

note       Publiée le dimanche 20 mai 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "We Creep Within Dark Places".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "We Creep Within Dark Places".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "We Creep Within Dark Places".

Grandgousier › mardi 22 mai 2012 - 18:55  message privé !

D'accord avec la chro. Les débuts du groupe sont tout de même assez chiants. Cela commence à devenir intéressant à partir de Heidense Maagden.

Note donnée au disque :