Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGhostigital › In cod we trust

Ghostigital › In cod we trust

cd | 11 titres

  • 1 Good morning
  • 2 Not clean
  • 3 Northern lights
  • 4 Totally confused
  • 5 The heart
  • 6 Green lounge
  • 7 Crackers
  • 8 Black sand
  • 9 Strange as it might seem
  • 10 Dream of sleep
  • 11 Sense of reason

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Tími, Bakkastaðir, b109, Reykjavik, Islande, plus quelques enregistrements domestiques à Londres et Manchester, Angleterre. Les vocaux de 'The heart' ont été enregistrés live lors d'un concert au Kling og Bank le 14 mai 2005.

line up

Einar Örn (chant, programmation, dictaphone), Curver (programmation, effets, basse, batterie, électronique)

Musiciens additionnels : Sensational (voix), Mark E. Smith (voix), Elis Pétrusson (guitare), Hrafn Asgeirsson (saxophone), Katiejan Garside (chant), Steve Beresford (piano), Kaktus (trompette), Frosti Logason (guitare), Mugison (vocaux), Dälek (voix)

chronique

'In cod we trust', un jeu de mots islandais typique que Einar Örn, alors membre des Sugarcubes, expliquait dans une interview accordée aux Inrockuptibles en 1987. 'Cod' signifie 'morue', un poisson important dans la gastronomie du pays qui n'est pas limitée à la tête de mouton n'en déplaise aux ignorants. Bref. Notre infatigable personnage, non content d'avoir quasiment amené le punk en Islande, joué dans trois des formations majeures de l'île (Purrkur Pillnikk, K.U.K.L., Sugarcubes), de s'investir en politique (aux côtés du chanteur de Ham notamment) tout en gérant un label, est de retour avec un nouveau projet assez typique du bonhomme mais plus largement de l'ouverture d'esprit artistique de l'Islande. On pourrait décrire Ghostigital comme une forme d'hybride entre electroclash, hip hop indus et une dose d'expérimentation, sans oublier l'humour ( si c'est signé chez Ipecap, ce n'est pas un hasard). En clair, cela nous donne une programmation passée aux effets, un travail vocal complètement barré à partir du chant de Einar qui renoue avec une folie proche de l'époque Purrkur Pillnikk, soit un timbre haut perché tantôt épileptique, tantôt proche d'un cartoon sortant de l'asile, avec quelques moulinages aux effets ; les textes frisent le dadaïsme le plus total, notre Islandais nous contant en phrases saccadées sa liste de commission, ses voeux de bonjour, sa gueule de bois...Je parlais de hip hop car certains collaborateurs et non des moindres (Dälek, Sensational) sont venus poser des rimes. Ajoutons également Mark E. Smith ('The Fall), son compatriote de Mugison, Katie Jane Garside (ex-Queen Adreena) ou encore le multi instrumentiste Steve Beresford. Je ne raffole toujours pas de la scansion rap mais dans cet environnement indus, ça s'écoute plutôt bien. Sans parler de patte, on ne sera guère surpris d'entendre quelques expérimentations à base de trompette (esprit de John Zorn, sortez de cette musique) qui épicent le propos de quelques dissonances. Bref un bel essai pour ce projet qui semble plus fou encore sur scène à en juger par un reportage sur la scène islandaise diffusé sur Arte.

note       Publiée le mardi 15 mai 2012

partagez 'In cod we trust' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "In cod we trust"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In cod we trust".

ajoutez une note sur : "In cod we trust"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In cod we trust".

ajoutez un commentaire sur : "In cod we trust"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In cod we trust".

Twilight › mardi 15 mai 2012 - 23:50  message privé !
avatar

Merci, corrigé.

ericbaisons › mardi 15 mai 2012 - 23:23  message privé !

mmm faut que j'ecoute ça vu les featurings. Et c'est bien steve bereSford, present sur tant de disques depuis 30 ans (en collab, solo et en featuring)