Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDiapsiquir › A.N.T.I.

Diapsiquir › A.N.T.I.

cd • 13 titres

  • 1Ωlow 5:03
  • 2Peste 5:23
  • 3Fuel 2:05
  • 4A.N.T.I. 5:24
  • 5Ennui 6:26
  • 6Avant 5:06
  • 7Fais-Le 5:36
  • 8Seul 7:09
  • 9Jet 1:06
  • 10Kmkz 6:30
  • 11Абcoлютний 0:36
  • 12A.M.A.C.C. 7:05
  • 13Outro 1:25

line up

Pascal Pastore ([SXC] basse, programmation, voix), Toxik Harmst (guitare, voix, synthétiseurs, basse, batterie), HYG (batterie)

Musiciens additionnels : Scorpio (voix), John (batterie), M'Fouara (trompette), ??? (batterie), ????? (voix), Sam (voix), Lito (violoncelle), Alex (piano, synthétiseur)

remarques

chronique

Diapsiquir fait de la musique d´enculés. De la musique de fond dont la diablerie n'est plus dans la forme – black metal, donc périmée – mais dans sa vile essence qui tord et fait régresser les clichés du genre vers cette barbarie humaine toute palpable, d'acier et d'aggloméré et encadrée entre quatre murs. Si Peste Noire fait du punk, Diapsiquir fait du rap ; incapable d'atteindre la grâce poétique de Famine le groupe taquine par le bas, râcle les façades effritées des banlieues, des faits divers, de la misère quotidienne pour en faire une triste farandole pétrie dans du pâpier maché et de la fibre de verre, ma foi plus difficile à mâcher et encore plus à digérer. Diapsiquir fait de la musique triste pour gens qui ne s'aiment pas mais qui aiment à se sentir les doigts après les avoir copieusement frottés entre les testicules et l'aine. On retrouve bien sûr le chauvinisme d'Arkhon Infaustus mais absorbant ici une nouvelle dose de dissonance, sorte de requiem bruitiste urbain ni tout-à-fait Igorrr de ghetto ni tout à fait Eros Necropsique chez Deathspell Omega, mais un peu entre les deux ; avec ce nihilisme patent remis en état là où Michniak l'avait laissé en plan. Ce qui est beau ici c'est l'intensité rampante et dégénérée, moralement et musicalement, dont le tourbillonnement semble sans fin ('Seul') rendant crédible un assaut physiologique et mental total (des effets sonores sur Kmkz, des textes, de la musique et, fatalement, de l'ambiance) dont l'aspect tout ou rien réveille enfin les fondations d'un genre musical qui s'était endormi sur des codes on ne pouvait plus orthodoxes. "Un pays qui peut faire pousser des oranges ne fera jamais de bon black metal", me disait un finnois. Nous, le nôtre, on le fait pousser dans le béton.

note       Publiée le mardi 24 avril 2012

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "A.N.T.I.".

notes

Note moyenne        26 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "A.N.T.I.".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "A.N.T.I.".

SEN Envoyez un message privé àSEN

Je connaissais pas du tout, il est ouf ce disque !

Note donnée au disque :       
Reverend Wizard Envoyez un message privé àReverend Wizard

Y a des plans exceptionnels dans quasi tous les titres, gros classique bien malaisant oui

Note donnée au disque :       
Ntnmrn Envoyez un message privé àNtnmrn
avatar

Le mal-être mis en musique!

Note donnée au disque :       
luapluap Envoyez un message privé àluapluap

Il est génial cet album mais faut vraiment m'expliquer où est le rap là-dedans. Si c'est ça alors Grand Corps Malade fait du rap.

Note donnée au disque :       
Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Merci ! Je préfère, parfois, demander, plutôt que chercher seul.

Note donnée au disque :