Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRThe Residents › The Tunes Of Two Cities

The Residents › The Tunes Of Two Cities

cd • 12 titres

  • 1Serenade For Missy
  • 2A Maze Of Jigsaws
  • 3Mousetrap
  • 4God Of Darkness
  • 5Smack Your Lips (Clap Your Teeth)
  • 6Praise For The Curse
  • 7The Secret Seed
  • 8Smokebeams
  • 9Mourning The Undead
  • 10Song Of The Wild
  • 11The Evil Disposer
  • 12Happy Home (Excerpt From Act II Of "Innisfree")

remarques

Part Two of the Mole Trilogy

chronique

The Tunes of Two Cities est de ces albums qui me laissent typiquement circonspect. On peut passer rapidement sur les faits que vous trouverez de toute manière partout sur internet : il s'agit de la suite du fameux Mark of The Mole, donnant ici un aperçu des musiques des deux cultures déjà abordées dans la première partie de la trilogie ; à savoir celle des Chubs, jazzy et bedonnante puis celle des Moles, souterraine et primale. Les cultures sont agencées de telle sorte qu'un titre est Chub, puis Mole, puis Chub, etc. Le souci rébarbatif d'exhaustivité m'oblige à vous dire qu'il s'agit aussi d'un des premiers albums à avoir abusé de l'échantillonneur E-mu Emulator, l'un des premiers à être destiné à la commercialisation. Les Residents ont le N.005 (quand Stevie Wonder a le N.001, pour un peu de potin gutsien). Nous voilà donc avec un album qui nous parle de différence culturelles. Le monde superficiel de la musique d'ascenseur dont la vacuité est renforcée par ces sonorités synthétiques vieillissantes vient s'entrechoquer avec les hymnes industriels prolétaires des Chubs, un peu comme si Test Department venait squatter les compilations Buddha Bar. Le problème ici est qu'au delà de tout cela, la musique peine à réveiller le moindre instinct. Il est certain que dans le contexte de la musique électronique de l'époque –je vous parle d'un temps que les moins de quarante, cinquante ans...- cela a du se poser là comme ovni, encore qu'il soit difficile pour le groupe de surpasser la première partie de leur trilogie. Bien que les chansons Moles aient encore du mordant (leur bizarrerie ne s'arrêtant pas à leurs textures mais bien à leur audace) celles des Chubs sont justes fatiguées et désuètes. Il en résulte un drôle d'artefact dont l'acquisition aujourd'hui est uniquement recommandée à ceux qui souhaitent compléter leur trilogie, qui s'achèvera sur The Big Bubble, hybride au delà de l'absurde des deux extrémités musicales qui sont présentées ici.

note       Publiée le lundi 23 avril 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Tunes Of Two Cities".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Tunes Of Two Cities".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Tunes Of Two Cities".