Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGang Gang Dance › Eye Contact

Gang Gang Dance › Eye Contact

  • 2011 - 4AD, CAD 3107 CD (1 cd digipack)

cd | 10 titres | 47:48 min

  • 1 Glass Jar 11:21
  • 2 ∞ 1:03
  • 3 Adult Goth 6:15
  • 4 Chinese High 5:12
  • 5 MindKilla 5:16
  • 6 ∞ ∞ 1:34
  • 7 Romance Layers 4:25
  • 8 Sacer 5:39
  • 9 ∞ ∞ ∞ 1:25
  • 10 Thru And Thru 5:40

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré aux Dreamland Recording Studios à West Hurley, NY , du 5 au 27 Mai 2010 - Enregistrements additionnels au Jammer Compound à Tivoli, NY par Sean Maffucci - Tous vocaux enregistrés à Dreamland et Royal Castle II par Alex Epton - Overdubs de guitare et percus enregistrés à DNA, NYC par Chris Coady - Mixé à Jammer Compound masterisé à Ofer's - Mixé et masterisé par Sean Maffucci - Produit par Gang Gang Dance et Sean Maffucci

line up

Lizzi Bougatsos (chant, percussions, effets), Jesse Lee (batterie, drum pad, percus), Josh Diamond (guitare, synth guitar), Brian Degraw (claviers, synthétiseur, percussions, effets, piano, sons)

Musiciens additionnels : Doug Shaw (basse sur pistes 4,7,8 et 10, choeurs sur la 4), Tim Koh (basse sur la 1 et la 3), Big George Bouglatos (chant sur la 2), Taka [Imamura] ("hype/vibe/spirit", chant sur la 1), Alexis Taylor (chant sur la 7)

remarques

Artwork par Thomas Shahan et Chris Bigg

chronique

Wow. Comment décrire un truc pareil ? Déjà, soyons réalistes : l’usage généreux des synthétiseurs numériques de cet album le fera sûrement vieillir assez vite. Mais là, je n’ai tout simplement, de mémoire de chroniqueur, jamais rien entendu de pareil. Gang Gang Dance est allé au-delà du psychédélisme, il est entré dans un futur déraisonnablement lointain, épique, larger than life, mystique, panoramique. La voix si caractéristique de Lizzi y est presque secondaire, flottant dans des arrangements électroniques d’une beauté et d’une richesse qui laissent béat. En gros, le disque est entièrement bâti sur des beats orientaux ou latino, proches des excentricités d’une M.I.A. mais en moins clinquant et plus barré. Glass Jar donne le ton : une ouverture de 10 minutes à l’image de l’album, dansante mais labyrinthique, tropicale mais ambient, où la voix et la batterie sont les seuls repères dans cette fresque transluscente. Bien plus homogène que son prédécesseur, Eye Contact est peut-être encore plus propice à se perdre. Là où il subjugue, c’est dans ses enchaînements organiques et voluptueux, comme cet atterrissage en douceur sur Chinese High : c’est un astronef sur coussin d’air qui se pose au milieu d’un pow wow de bienvenue des petits hommes verts, en 3D dans vos oreilles, sans les conneries de James Cameron. Après ce round d’accueil, la vraie cérémonie peut commencer : Mindkilla est une putain de machine à danser, sans véritable mélodie et avec pour seule ossature un beat primitif et englouti dans les grondements synthétiques, mais nom d’un chien quelle folie. Le tempo est zouk, sans ambages, et si Lizzi Bougatsos semble parler d’ayahuesca, y’a de quoi surtout flairer l’ecstasy… Puis l’album hoquette joliment, et finit par lâcher le majestueux Romance Layers après quelques spasmes orbitaux. Là, c’est l’explosion des sens, le massage 5 étoiles dans un hammam à Zanarkand, sous les lumières oranges et bleues. Quel pied. Puisque le vertige guette, face à cette profondeur de champ délirante, Sacer nous offre un immense plongeon en slow-motion dans une jungle verdoyante et plurielle, le corps ballotté par des sub-basses de dimension royale. On se croirait au cœur d’une procession de danseurs orientaux accompagnant l’entrée du sultan dans la médina galactique. Et l’impression de se renforcer sur Thru & thru, qui s’abandonne finalement aux encens exhalés par les machines rêveuses. Décidément, Eye Contact (High Contact ?), c’est la vraie classe. Tropical, drogué, spatial, il confirme le virage mélodique pris par le groupe tout en remisant complètement la vapeur de souffre de Saint Dymphna. Et la prochaine fois, ils seront sûrement déjà sur une autre planète. Passionnant groupe.

note       Publiée le samedi 21 avril 2012

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Eye Contact' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Eye Contact"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Eye Contact".

ajoutez une note sur : "Eye Contact"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eye Contact".

ajoutez un commentaire sur : "Eye Contact"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eye Contact".

Aladdin_Sane › vendredi 29 juin 2018 - 23:32  message privé !

7 ans après cet album, son successeur "Kasuashita" vient de sortir et c'est une nouvelle réussite...

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › jeudi 7 juin 2012 - 13:00  message privé !

Plus je l'écoute, plus je le trouve excellent cet album.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › samedi 21 avril 2012 - 19:26  message privé !

Oh yeah ! Un de mes albums préférés de 2011, une merveille de psychédélisme synthillant. J'y vois plutôt des rythmes africains perso, et un chant qui fait penser à de la pop indienne. Très plaisant virage synthfunk sur Romance Layers et Sacer, et puis Adult Goth est un tube géant.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › samedi 21 avril 2012 - 18:25  message privé !

Quelques longueurs (notamment ce premier morceau que tout le monde semble adorer...), mais les titres les plus groovy sont imparables. Chouette disque.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › samedi 21 avril 2012 - 18:23  message privé !

Extraordinaire entrée en matière avec ce morceau qu'est "Glass Jar". Du coup, je me rappelle plus trop le reste de l'album parce que, la plupart du temps, je n'écoute que ce premier morceau. En tous cas, un groupe et un album absolument à découvrir.

Note donnée au disque :