Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn › The satyr's play / Cerberus

John Zorn › The satyr's play / Cerberus

  • 2011 - Tzadik, TZ 7390 (1 cd digipack)

cd | 9 titres | 37:07 min

  • The Satyr's Play
  • 1 Ode I [03:48]
  • 2 Ode II [03:39]
  • 3 Ode III [02:54]
  • 4 Ode IV [03:50]
  • 5 Ode V [02:35]
  • 6 Ode VI [04:33]
  • 7 Ode VII [03:36]
  • 8 Ode VIII [01:39]
  • Cerberus
  • 9 Cerberus [10:34]

enregistrement

Enregistré en janvier, avril et juillet 2010

line up

Cyro Baptista (percussions), Marcus Rojas (tuba), Kenny Wollesen (percussions), Peter Evans (trompette), David Taylor (trombone)

Musiciens additionnels : David Slusser (effets sonores)

chronique

Styles
musique classique
contemporain
Styles personnels
mystique

Il n'est jamais vraiment aisé de parler d'un disque de John Zorn tellement le New-Yorkais a une vision si personnelle et intense de la musique. La diversité de son répertoire ne fait qu'accentuer la difficulté à cerner le bonhomme. Génial touche à tout pour certains, hurluberlu qui ne fait que du bruit (ou du vent) dans tous les styles sans véritablement les maitriser pour d'autres. En tout cas, John Zorn ne laisse pas indifférent ! De son cru 2011, qui compte d'après mes calculs sept disques, ce "Satyr's play / Cerberus" est celui qui m'a le plus titillé. Comme vous pouvez vous en douter à la lecture du titre de ce disque, il est composé de deux pièces. La première, "The satyr's play", est divisée en 8 parties. Il s'agit d'une pièce très mystique retranscrivant les diverses orgies romaines (le sous-titre de l'oeuvre est tout de même "Visions of Dionysus"). Elle donne la part belle aux percussions, beaucoup de tambours très graves et des tymbales. Le tout est agrémenté d'effets sonores (fouets, rires, cris, animaux, etc) qui donnent toute la profondeur à la musique jouée par nos deux percussionnistes. Les ambiances tendues et inquiétantes sont très bien rendues et les huit parties sont à la fois bien distinctes tout en gardant une réelle homogénéité entre elles. On retrouve certaines ambiances présentes dans les disques de la série "Filmworks" de Zorn. On peut d'ailleurs tout à fait voir cette oeuvre comme une sorte de film sonore. De plus, à l'origine il devait y avoir une partie narrative tout au long de la pièce. Au lieu d'ajouter un chant, il a été décidé de mettre les paroles prévues à l'origine dans le livret (très fourni, magnifique - comme souvent avec Zorn - présentant aussi des illustrations mystico-sexuelles) pour que l'auditeur puisse réciter dans sa tête ces paroles lors de l'écoute du disque ! Eh oui, avec Zorn, l'auditeur crée aussi la musique !! Concernant "Cerberus", il s'agit d'une pièce plus courte (10 minutes) dans un style différent mais somme toute complémentaire. Finies les percus, voici les cuivres ! Tuba, trombone et trompette ! Cependant, bien que différente, elle reste toujours démoniaque, la pièce propose un trio à l'ambiance générale pesante, calme, méditative et tout aussi mystique. Il y a un côté majestueux dans cette pièce, mais aussi inquiétant. On n'est jamais serein, toujours dans l'attente d'une cassure dans cette tension omni-présente. Voici un disque très intéressant du New-Yorkais, mystérieux et démoniaque, à mettre aux côtés de "Magick" et "Rituals".

note       Publiée le dimanche 8 avril 2012

partagez 'The satyr's play / Cerberus' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The satyr's play / Cerberus"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The satyr's play / Cerberus".

ajoutez une note sur : "The satyr's play / Cerberus"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The satyr's play / Cerberus".

ajoutez un commentaire sur : "The satyr's play / Cerberus"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The satyr's play / Cerberus".

heirophant › mercredi 7 novembre 2012 - 16:42  message privé !

Non, Zorn est mort depuis la fin du premier songbook de masada.

Moonloop › mercredi 7 novembre 2012 - 15:12  message privé !

Ça fait un petit moment que je ne visionne plus les aventures de Zorn (malgré l'acquisition de Nova Express et Interzone l'année dernière...); toujours aussi pénible à suivre... Je le trouve assez redondant aujourd'hui, "un peu tout le temps" la même recette, les mêmes thématiques, les mêmes enregistrements, les mêmes gars etc, toute une succession de disques à l'intérêt franchement douteux, bien que pas forcément mauvais en soi... Faut-il vraiment être au fait de son actualité? (Indépendamment de Tzadik)

ericbaisons › dimanche 8 avril 2012 - 17:10  message privé !

tu peux aussi faire un karaoké instru à vent. Faut juste placer les gruiiiikkks au bon tempo.

Nicko › dimanche 8 avril 2012 - 15:03  message privé !
avatar

Zorn, c'est un peu comme Plastic Bertrand. Y'a son nom dessus, mais c'est pas lui qui joue...

Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 8 avril 2012 - 15:00  message privé !

Zorn ne joue pas sur le disque ?