Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYellow Magic Orchestra › 増殖 X∞ Multiplies

Yellow Magic Orchestra › 増殖 X∞ Multiplies

lp • 10 titres • 00:00 min

  • 1Snakeman Show
  • 2Nice Age
  • 3Snakeman Show
  • 4Tighten Up [ Reprise d'Archie & The Drells]
  • 5Snakeman Show
  • 6Citizens Of Science
  • 7Snakeman Show
  • 8Multiplies
  • 9Snakeman Show
  • 10The End of Asia

enregistrement

Enregistré au Studio 'A' et Studio Doo Wap par : Atsushi Saito, Michitaka Tanaka, Mitsuo Koike, Norio Yoshizawa, Yasuhiko Terada - Produit par Haruomi Hosono - Producteur exécutif : Shoro Kawazoe

line up

Haruomi Hosono (basse, électronique, claviers, arrangements), Ryuichi Sakamoto (claviers, électronique, percussions), Yukihiro Takahashi (batterie, percussions, électronique, voix)

Musiciens additionnels : Hideki Matsutake (programmation des machines), Kenji Omura (guitare électrique), Chris Mosdell (lyrics,voix)

remarques

Ceci est la chronique de l'édition japonaise originale, comportant 8 titres (4 morceaux de YMO et 4 sketches de la troupe comique japonaise Snakeman Show), sortie au format 10 pouces dans un cadre 12" (33t). - Les éditions américaines et européennes contiennent les 4 morceaux de YMO + 5 titres issus de Solid state survivor

chronique

Styles
electro
musique électronique
pop
Styles personnels
synth goes pop

Au tournant de la décennie 80, les 3 YMO sont devenus de vraies célébrités, peut-être d’emblée les plus grandes que la musique japonaise ait engendré. Les tournées s’enchaînant (très souvent filmées et enregistrées professionnellement), il leur faut du renfort : Kazumi Watanabe et Keiji Omura se succèdent à la guitare et Akiko Yano aux chœurs et synthés additionnels. Reste l’homme de l’ombre, le « 4ème YMO » technicien indispensable pour leur arsenal de synthés : Hideki Matsutake, alias Logic System. Attendez, c’est pas fini : dans leur volonté d’exploiter à fond leur notoriété nouvelle, les 3 génies vont s’adjoindre les services de Snakeman Show, un groupe de comiques japonais particulièrement grinçants (les Inconnus japonais ?) qui livre ici 5 sketches entrecoupant les nouveaux morceaux du groupe. Leur collaboration continuera par la suite, fructueuse comme toutes celles du trio. Pour l’heure, ils s’en donnent à cœur joie comme les 2 premiers sketches, en anglais, le montrent… C’est une démonstration de « rire jaune », avec mauvais jeu de mot please. Une façon de fustiger le monde des affaires, si artificiel, mais aussi de montrer que les japs ne sont pas dupes du mépris occidental. L’autodérision est ici au vitriol, très dure envers l’identité japonaise alors en pleine mutation (comment cela a-t-il pu être percu par les japs, je me le demande). Si je vous dis qu’ils n’hésitaient pas à raconter aux journalistes occidentaux que les Tokyoïtes avaient besoin de masques à gaz dans la rue à cause de la pollution, vous saisissez ? YMO joue à n’en plus finir avec cette image clichesque des japonais industrieux, tous interchangeables et raides dans leurs costumes. La pochette, qu’il faut voir en vinyle dépliant pour comprendre, montre une armée de clones-salarymen, entièrement constituée des 3 musiciens déclinés à l’infini… Et l’instrumental-titre, en plus d’être un merveilleux pastiche de surf-music/exotica 60’s, n’est-il pas marqué par le tempo imprimé par une chaîne de montage hystérique, et les « hoï » des petits fantassins qui en sortent, tels des soldats-jouets ? L’univers du groupe est toujours aussi riche, mais il est sûr qu’avec seulement 4 vraies compos - faisant ainsi de ce X Multiplies un EP plus qu’un véritable album - on en a un aperçu plus bref. Et encore, le End of Asia final, issu d’un album de Sakamoto, à la douce saveur de Goemon Mystical Ninja, ne dure qu’1min30. Tighten Up, quant à lui, est en fait une reprise d’un vieux hit de balloche 60’s, tout simplement irrésistible, autant que débile. Le trio cède ici une fois de plus à l’une ses obsessions récurrentes : la musique d’aérobic. Tout cela confère une couleur encore plus désuète (dérisoire ?) que d’accoutumée à la musique du groupe, qui se « discoïse » pour la dernière fois, avec des clins d’oeils appuyés à la mode Ska qui fait alors fureur en Europe (Citizens of Science). Histoire de troubler encore plus, c’est Takahashi qui chante principalement sur ce disque, de sa voix grise et mécanique, annonçant la couleur du YMO à venir... Une chose est sûre : si vous aviez trouvé le premier album drôle, préparez vous à rire… YMO, comme Zappa et d’autres, avaient compris que cette très cynique décennie 80 allait être sous le signe de la marrade. Profitez-en, car les disques suivants y seront bien moins propices… C’est la dernière fois que la musique de l’Orchestre est si enfantine, clownesque et euphorisante.

note       Publiée le samedi 21 avril 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "増殖 X∞ Multiplies".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "増殖 X∞ Multiplies".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "増殖 X∞ Multiplies".

(N°6) › lundi 1 mai 2017 - 11:50  message privé !
avatar

"Japaneses is like pigs. Short legs, small cocks. Yellow monkeys. Do you understand M. Ohira ? Ah ah ah" "Ah ah. No, no. I canno't speak English. Little, little, ah ah ah." "Ah ah ah. Nice to see you".

L'humour japonais. Avec une série de grosses tueries technopop entre chaque sketch. YMO, aussi visionnaire que Kraftwerk, aussi funky que Talking Heads. Le meilleur groupe du monde à chaque fois.

Walter Smoke › jeudi 20 février 2014 - 19:52  message privé !

Ca va être tendu dans l'immédiat, vu qu'en matière de Mé, j'écoute de manière régulière Wendy Carlos ces temps-ci (je conseille d'ailleurs Switched-On Bach, btw), sans compter Kraftwerk. J'attends donc tes futurs écrits !

Note donnée au disque :       
dariev stands › jeudi 20 février 2014 - 19:41  message privé !
avatar

c'est tout à fait dans les cartons. j'ai mis du temps à comprendre BGM, qui me paraissait bien fade comparé aux autres albums de YMO. Le tracklisting est étrange, même si en vinyle y'a des choses qui s'expliquent soudain. Au final... tu verras la chro ;-) Mais il faut découvrir les Sakamoto (thousand knives) et Hosono (cochin moon.....) solos au plus vite !!

Walter Smoke › jeudi 20 février 2014 - 19:19  message privé !

Ha ha, au risque de te décevoir, Dariev, à part la BO du Dernier Emepereur, je ne connais pas les projets satellites de YMO, snif snif ouin. Par contre, quand vas-tu reprendre les chroniques sur ce groupe ? En particulier, à quand un papier sur BGM, qui m'a l'air assez déséquilibré ?

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 5 février 2014 - 14:45  message privé !
avatar

ho tiens, un fan de Schulze amateur de YMO ! un avis sur les Hosono et Sakamoto solo (voire logic system ?) , cher Mr Smoke ? tjrs été curieux de savoir si parmi les fans de mé y'en avaient qui connaissaient...