Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAes Dana (Lyon) › Leylines

Aes Dana (Lyon) › Leylines

cd • 10 titres

  • 1Alignments 7:57
  • 2Bam (Album Edit) 7:58
  • 3Oxyd 8:37
  • 4Heights 6:59
  • 5Adonaï 9:01
  • 6Leylines 9:11
  • 7Lysistrata (Album Edit) 9:23
  • 8Signs 6:44
  • 9Inter 6:04
  • 10Blossom 6:06

remarques

Photogrammes par Rodolphe Bessey

chronique

Styles
ambient
electro
electronica
Styles personnels
le voyage intérieur

Le voyage dans le clair-obscur se précise, s'intensifie ; le minuscule tisse un paysage sonore en constante mutation et aux vibrations subtiles. Aes Dana explore thématiquement les lignes de force qui connectent les gens entre eux. Est-ce palpable dans le son ? Peut-être, parmi d'autres possiblités – la musique reste très ouverte, jusqu'aux sentiments exprimés ; certains y entendent quelque chose de relaxant, d'autres mélancolique et d'autres lumineux. Il y a quelque chose de très lent dans les mouvements, comme un long soleil d'été qui n'en finit pas de descendre et même lorsque le kick frappe bien comme sur le triplé central ('Adonaï' / 'Leylines' / 'Lysistrata') l'ambiance y est décalée, rêveuse, presque absente, portée par des longues nappes ambient tirant les mélodies vers des horizons beaucoup plus atmosphériques. Les sons sont sculptés et pensés si précisément - qu'il s'agisse des rythmiques IDM, trance ou des artefacts plus abstraits - et démultipliés pour leur donner une texture unique et posés parfois si subtilement qu'il est toujours étonnant de découvrir quelque élément qui aurait échappé aux écoutes précédents. Les morceaux s'apparentent à des socles progressivement redouverts de diverses étoffes précieuses afin d'y déposer une gemme – fût-elle un seul son, un seul arpège acoustique si bienvenue qu'elle devient soudainement la chose la plus évidente du monde. Les titres comme 'Oxyd' ou 'Heights' semblent construits uniquement de cette manière, comme une plante semble parfois travailler uniquement en vue de produire une fleur. Leylines possède ainsi l'organicité de Season 5, le mysticisme vaporeux de Memory Shell et les constructions atmosphériques d'Aftermath ; il peut se comprendre comme l'aboutissement, en 2009, de la syntaxe du projet. Et quand vient le magnifique 'Lysistrata', surprise ! Nous voici revenu chez Transwave, le Grand Transwave, celui de 'Phototropic' et 'Ulysses Voyage', de cette trance lancinante et cinématographique qui s'écoute fort pour en saisir toute la puissance. Quelques voix filtrées vont et viennent comme un appel nous appelant du pont central jusqu'au majestueux final. Et 'Signs', piste entièrement ambient, nous laisse flotter dans un espace intérieur immense et vide – on aurait pu penser à une forme de mort si l'album en était resté là mais viendra encore 'Inter' et 'Blossom' qui malgré leurs qualités me semble un peu jurer par leur chaleur enthousiaste après la noirceur du doublé précédent. À moins qu'il ne s'agisse d'un retour à la réalité d'une chaude journée d'été, après un long voyage à l'intérieur et de soi ?

note       Publiée le mardi 3 avril 2012

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Leylines".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Leylines".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Leylines".

Fryer › vendredi 6 avril 2012 - 16:55  message privé !

Je me suis un peu avancé oui. Au début, je voulais le formuler sur forme interrogative mais la fin du morceau m'a fait changer d'avis.
Quoiqu'il en soit, merci pour la découverte.

Wotzenknecht › vendredi 6 avril 2012 - 16:34  message privé !
avatar

La mélodie est proche m'enfin avant de parler de sampling, ce ne sont même pas les mêmes instruments ni les mêmes basses (omniprésentes sur le titre de Coil)... Je dis ca car il ne me semble qu'à part pour certaines voix tous les sons sont générés en studio chez Aes Dana.

Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 6 avril 2012 - 16:21  message privé !

Bah tout au long du morceau mais notamment à partir de 1.50 mais c'est encore plus flagrant sur la fin à partir de 8.36 jusqu'à la fin

Jme gourre ptet hein mais ça m'a fait penser à ça direct. C'est ressemblant en tous cas.

Wotzenknecht › vendredi 6 avril 2012 - 07:53  message privé !
avatar

Euh, peux-tu préciser où ?

Note donnée au disque :       
Fryer › jeudi 5 avril 2012 - 22:55  message privé !

Sympa le sample de Coil sur Lysistrata (The Dreamer Is Still Asleep)