Vous êtes ici › Les groupes / artistesSDominic Sonic › Cold tears

Dominic Sonic › Cold tears

cd • 12 titres

  • 1When my tears run cold
  • 2Shadows in the fire
  • 3When I'm looking at them
  • 4La loi des pauvres gens
  • 5Praying to the lord
  • 6What I'm waiting for
  • 7Cold turkey
  • 8A s'y méprendre
  • 9Call me sister
  • 10Acid sonic
  • 11I'll stay downtown
  • 12Cocksucker blues

informations

Daylight Studios, Bruxelles, Belgique

line up

Dominic Sonic (chant, guitare, clavier)

Musiciens additionnels : Vincent Sizorn (guitare), A. Sloan (programmation)

chronique

Pourquoi la France n'a-t-elle pas de Lou Reed, d'Alan Vega, de Ian Curtis, de Mick Jagger ou de David Bowie ? Parce qu'elle est aveugle et sourde. Il y aurait bien sûr l'autodestruction en moins car 'en France, on ne se drogue pas' chantait Alain Kan l'une de ces personnalités jamais reconnues à laquelle l'industrie du disque de l'Hexagone préférera toujours des vedettes de variété insipides. Et que dire de Philippe Pascal ? Un véritable écorché vif celui-là mais qui, depuis Marquis de Sade, n'a guère rien glané d'autre qu'un statut culte pour un public d'éclairés. Dominic Sonic ? Cantonné aux circuits underground alors qu'il avait clairement la trempe pour une large reconnaissance . Il avait pourtant les mêmes références musicales qu'Etienne Daho, soit le Velvet, Nico, les Stones...Cherchez l'erreur, et pourtant j'adore Etienne Daho (le personnage, pas le musicien). La France se fout du rock, c'est tout. Cela n'a heureusement pas empêché ces gens de sortir des disques. Une fois la page Kalashnikov (son premier combo) tournée, Dominic se lance en solo avec cet excellent premier essai, un disque que l'on qualifiera d''habité'. Car lui, c'est un mec simple, il ne cherche pas l'esbroufe, juste la sincérité, créer une musique intéressante qui a des trucs à dire, entre une électricité héritée de la scène New-Yorkaise (Television, New York Dolls), un goût pour le rock des Stones (la reprise de 'Cocksucker blues') et le glam de Bowie et Bolan, le tout parcouru de pointes acoustiques (car après tout, la base de tout reste le blues). Trouvez-moi à l'époque un disque de rock français aussi crédible et juste que ce 'Cold Tears', ils ne sont pas légions. Surtout que notre Français nous sort également de sa besace quelques surprises telles que l'excellente musette décalée de 'la loi des pauvres gens' ; à elle seule, cette ballade pour gueules cassées justifie l'achat. Parce qu'en plus, Dominic Sonic se paie l'insolence de chanter en français (ok, juste sur deux titres cette fois-ci) en restant crédible (à part Noir Désir, Trust ou Téléphone, vous en connaissez beaucoup ? J'exclus Marquis de Sade, Jad Wio et autres, bien trop esthètes pour être qualifiés simplement d''artistes rock'). Peut-être de par sa voix ? Moi je l'adore ; pas trop douce, pas trop rugueuse, jamais vulgaire...Car Dominic Sonic reste un peu dandy (c'est écrit sur sa face), c'est son côté Velvet, et ça lui sied bien. Le plus beau dans l'histoire est qu'il nous torche cette merveille avec des moyens dérisoires : une boîte, deux grattes, un clavier et la voix. Pas besoin de plus. La France tenait un Mick Reed ou Lou Jagger potentiel et l'a superbement ignoré...La routine, en somme.

note       Publiée le mardi 27 mars 2012

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Cold tears" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Cold tears".

    notes

    Note moyenne        3 votes

    Connectez-vous ajouter une note sur "Cold tears".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Cold tears".

    TomTipunk Envoyez un message privé àTomTipunk

    Merci pour ta chronique ! Aux musiciens additionnels, ajoutons Tonio Marinescu (batteur des Kalashnikov), Bénédicte Villain (violoniste de Théo Hakola), Pierre Corneau (bassiste de Marc Seberg) et Chris Mix (aux claviers/samples sur La Loi des Pauvres Gens). L'ingé son est Gilles Martin, qu'on ne présente plus. La reprise de Cold Turkey fait suite à une écoute de la version de Stanley Frank (1977), 45T découvert chez Jean-Louis Brossard (l'UBU, les Transmusicales). Il y a des milliards d'anecdotes et de choses à raconter. J'peux pas m'en empêcher. Pour finir, une vidéo de Dominic/Vincent à Lille, en 2010, histoire de montrer que personne n'a vieilli... ;) Encore merci à toi.

    Cold Turkey : http://www.youtube.com/watch?v=NK5cPr9x1oY

    taliesin Envoyez un message privé àtaliesin

    Excellent album pour un artiste trop peu connu !

    Note donnée au disque :       
    Solvant Envoyez un message privé àSolvant

    Sûrement parceque les groupes de rock à l'époque étaient affairés à se battre pour la multitude & ses droits civiques, occupés dans leurs fanzines et luttant contre les situations d'appauvrissements, de débrouillardise désertées de l'état et abandonnées aux ONG - palliatives, avec pour une unique réponse les crs.