Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOThe Orb › U.F.Orb

The Orb › U.F.Orb

  • 1992 - Island, 513 749-2 (1 cd)

cd | 7 titres

  • 1 O.O.B.E [12:51]
  • 2 U.F.Orb [6:08]
  • 3 Blue Room [17:34]
  • 4 Towers Of Dub [15:00]
  • 5 Close Encounters [10:27]
  • 6 Majestic [11:06]
  • 7 Sticky End [0:49]

line up

Alex Paterson, Kris Weston

Musiciens additionnels : Tom Green, Thomas Fehlmann, Guy Pratt, Jah Wobble, Miquette Giraudy, Steve Hillage, Marney Pax, Orde Meikle, Stuart McMillan, Aisha, Martin Glover

chronique

Avez-vous lu "Ocean of Sound", le livre de David Toop sur l'ambient music ? Si non, je vous le recommande chaudement ; si oui, vous vous souviendrez peut-être de ce passage à propos de The Orb qui, de mémoire, décrivait une scène du début des années 90 déjà perdue dans les limbes des poncifs associés à chaque culture musicale : celle d'une salle "chill-out" d'un club alors tendance où les ravers défoncés -physiquement et chimiquement- venaient recharger leurs batteries, reprendre un buvard ou simplement s'effondrer une bonne fois pour toutes tandis que le groupe, à peine plus clean, enchaînait des sessions de six voire douze heures (en se relayant) d'improvisation sonore à base de rythmes exotiques ou housey, de dub, de sampling et de boites à effets. Le son de l'ambient dub, ou ambient house, naîssait tranquillement dans les oreilles non-averties de fêtards dont la perception malmenée a certainement dû transformer les ondes en couleurs ou images cosmiques. Et bien avec UFOrb, c'est comme si on y était. Comme toujours avec les débuts de la formation, la prise de risque est telle que le terme chef d'oeuvre leur sera encore refusé ; le sampling étant un exercice très aléatoire qui semblait fascinant dans les années 80 mais dont l'usage disons primaire a vite souffert du poids des années. Les aboiement et autre téléphones sur 'Tower of Dub' et 'Close Encounters' ne sont plus du même âge mais comme vous le savez, ce n'est ici qu'un détail car ce qui compte ici, c'est le trip. 'O.O.B.E' –Out Of Body Experience- c'est l'aller simple pour l'espace, la rampe de lancement psychoactive jusqu'à atteindre la première station spatiale sous la forme du mémorable kick du morceau éponyme, ouvrant à coups de réverb et de basses roucoulantes la voie à la dub techno qui fera le bonheur et le fond de commerce de beaucoup d'artistes actuels, encore prépubères à l'époque. S'ensuit le fameux "single le plus long du monde", 'Blue Room', dont la version 12" frôle la barre des quarante minutes. Derrière cet ovni psychoactif se cache les cordes de Jah Wobble, déjà généreux en expérimentations dub chez Public Image Limited, mais aussi Steve Hillage de Gong couplé aux rythmes électroniques et enfumés d'Alex Paterson. Ajoutez les vocalises d'une jamaïcaine aguerrie, Aisha, et un sampling évident de Mad Professor et vous situez un peu le truc : Kosmische Dub Musik s'il en est. La Jamaïque semble être la planète sur laquelle on met le pied dans 'Tower of Dub' qui préfigure autant High Tone qu'Ambient Temple of Imagination. C'est la bande-son de notre croisière lente et tranquille au travers des vents solaires et effluves de marie-jeanne. Mais, attention, voici les extraterrestres qui viennent perturber notre aventure ! Sur 'Close Encounters' on repart dans quelque chose de plus uptempo, gros délire rave qui semble annoncer la fin du trip car voici une voix qui nous dit "Good morning!" avant que celle de 'Majestic', en qualité d'hypnotiste, nous assène "Wake up!" avant de nous embarquer à nouveau dans un dernier grand ressac de dub psychédélique futuriste, qui s'enchaîne à merveille avec un Vibrasphere par exemple. Que faire, sinon se prendre un bon café et repartir dans l'espace, cette fois en plein jour ? Les nineties qui ne meurent jamais, délicieusement rétro et moletonnées, solidement amarrées dans une continuité avec les racines hippies, cosmiques et jamaïcaines sont ici encore bien vivantes pour ceux qui veulent encore se laisser porter par le courant.

note       Publiée le mardi 20 mars 2012

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

partagez 'U.F.Orb' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "U.F.Orb"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "U.F.Orb".

ajoutez une note sur : "U.F.Orb"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "U.F.Orb".

ajoutez un commentaire sur : "U.F.Orb"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "U.F.Orb".

Dioneo › mercredi 26 juin 2019 - 13:32  message privé !
avatar

Tiens - merci Zug pour ça, donc - je me l'écoute pour la première fois celui-là... Bonne grosse planance en effet pas loin du Chill Out de The KLF, comme évoqué plusieurs fois dans les com - à vrai dire encore plus que le The Orb's Adventures Beyond The Ultraworld, que j'avais collé en reco... Et puis marrant, sample du Scientist jamaïcain, tiré du fameux Rids the World of the Evil Curse of the Vampire, sur le morceau U.F.ORB... Je l'ajoute en reco également là-bas, tiens.

zugal21 › mercredi 4 février 2015 - 21:44  message privé !

Mais c'est de la balle atomique, ce truc, que je découvre si tardivement ! ...

Note donnée au disque :       
space_ritual › mardi 20 mars 2012 - 19:40  message privé !

J'approuve cette chronique, depuis le temps que j'attendais ce skeud sur Guts... Et en plus j’apprends que Jah Wobble y a participé ! Je lui met que 5 boules, mais il en mériterait bien 6...

Note donnée au disque :       
necromoonutopia666 › mardi 20 mars 2012 - 19:03  message privé !

Beyond far away dans ton cul ce skeud...Saturne grande classe.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › mardi 20 mars 2012 - 16:06  message privé !

Le premier The Orb est tellement bon que tu ne le sens pas passer. Et puisque Mangetout en parle, une chro sur Chill out ne serait pas de refus, même si je le trouve un peu anecdotique à côté de ce disque ou du précédent.

Note donnée au disque :