Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOpera Multi Steel › Histoires de France

Opera Multi Steel › Histoires de France

cd 1 • 17 titres

  • 1Tout s'oublie vite
  • 2Quatre ecclésiastes
  • 3Des saints et des miracles
  • 4Messager monotone
  • 5Résumé
  • 6Tout acte est prière
  • 7Ecran couleur
  • 8Regrets qui s'écaillent
  • 9Chambre froide
  • 10Résumé
  • 11Tant pis
  • 12Lunettes solaires
  • 13Un cri
  • 14Résumé
  • 15La grue couronnée
  • 16Moi, je m'ennuie
  • 17Poursuis une ombre

cd 2 • 14 titres

  • 1Tout s'oublie vite (version K7 démo 1986)
  • 2Quatre ecclésiastes (version K7 démo 1987)
  • 3Des saints et des miracles (version k7 démo 1987)
  • 4Messager monotone (version k7 démo 1987)
  • 5Tout acte est prière (version k7 démo 1986)
  • 6Ecran couleur (version k7 démo 1986)
  • 7Regrets qui s'écaillent (version démo k7 1987)
  • 8Chambre froide (version démo k7 1986)
  • 9Tant pis (version démo k7 1985)
  • 10Lunettes solaires (version démo k7 1985)
  • 11Un cri (version démo k7 1985)
  • 12La grue couronnée (version démo k7 1987)
  • 13Moi, je m'ennuie (version démo k7 1985)
  • 14Poursuis une ombre (version démo k7 1986)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Studio du Rempart de la Miséricorde, Dijon, France, juillet-août 1996

line up

Franck Lopez (chant, choeurs, claviers, guitare, flûte à bec, percussions, basse), Patrick L. Robin (chant, choeurs, claviers, flûte à bec, percussions), Catherine Marie (clavier, programmation, rythmes, chant), Eric Milhiet (basse, clavier)

remarques

chronique

Pourquoi s'intéresse-t-on à l'histoire, surtout lorsque l'on est enfant ? J'ignore pour vous mais personnellement, ces leçons-là avaient quelque chose d'une invitation au rêve. Bien entendu, j'ai vécu également le cliché des dates à apprendre mais si l'on fait abstraction de ces paramètres désagréables, ne vous êtes-vous jamais enthousiasmés en imaginant la vie au temps des pharaons, la flamboyance de l'Empire Romain ? Et que dire du Moyen-Age ? La vision des chevaliers en armures chargeant sur les champs de bataille, les donjons de pierre, les moines copiant les manuscrits...A cet âge-là, le pouvoir de l'iconographie est essentiel et visiblement, les musiciens d'Opera Multi Steel ont eux-aussi été marqués par les images de leurs manuels. Eux qui ont toujours été fascinés par un Moyen-Age fantasmé, sublimé, plus proche de l'imaginaire que de la réalité historique, ont souhaité donner à cette réédition de leur cinquième disque l'apparence des vieux ouvrages en reprenant cette iconographie typique. J'adore. De même que le disque lui-même. Mon histoire avec Opera Multi Steel avait mal démarré lorsqu'en 1990, j'avais découvert 'Les douleurs de l'ennui', je n'étais pas prêt pour cette espèce de cold wave médiévale et surréaliste. Depuis que je me suis repenché sur la question, je suis accro ; il y a quelque chose d'irrésistiblement envoûtant dans ces mélodies pop mêlant orgues et boîtes à rythmes, basse, synthés et instruments acoustiques. Et que dire de ces paroles hermétiques, entre écriture spontanée, fascination des rimes anciennes, non-sens et surréalisme ? Bien que sorti en 1996, les sonorités de 'Histoires de France' renouent avec l'esprit de 'Cathédrale', ce qui n'a rien d'étonnant puisque le matériel utilisé est constitué de bandes rares extraites de démos ou de cassettes limitées enregistrées par le groupe entre 1985 et 1987. D'abord destiné au public brésilien très friand de nos Français, 'Histoires de France' est aujourd'hui disponible grâce aux bons soins de Infrastition en une édition double cd proposant le disque lui-même ainsi que les versions originales. Pour user d'un langage moderne, c'est une usine à tubes, 'Tout s'oublie vite', 'Quatre ecclésiastes', 'Ecran couleur', 'Poursuis une ombre', 'Des Saints et des miracles' ou encore 'Je m'ennuie' sont irrésistibles mélodiquement et l'idée de ponctuer la progression des chansons par des résumés de cours d'histoire lus d'une voix hésitante par des enfants colle parfaitement à cette démarche du pastiche du manuel d'histoire. Il est également intéressant de comparer la progression par rapport aux enregistrements de base, souvent bruts capturés en deux ou quatre pistes, avec quelques surprises comme la cornemuse de 'Quatre ecclésiastes' que les musiciens n'ont pu, à leur grand regret, reproduire, la remplaçant par une ligne de synthé. Des compositions telles que 'Un cri', 'Tant pis' ou 'Regrets qui s'écaillent' ont subi un remodelage plus important mais globalement la philosophie a été de reprendre les bases et de les porter aussi loin que possible. Le résultat est des plus probants. A défaut de vous plonger dans la nostalgie de vos anciens cours d'histoire, 'Histoires de France' mérite tout votre intérêt.

note       Publiée le lundi 19 mars 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Histoires de France".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Histoires de France".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Histoires de France".

novy_9 › mardi 20 mars 2012 - 15:47  message privé !

Trublion23 = Gaë Bolg même personnage et même humour je suppose :)

Note donnée au disque :       
novy_9 › mardi 20 mars 2012 - 15:36  message privé !

je suis sans objectivité avec Opera Multi Steel ! j'adore ! ce cd bonus est fantastique ! je me demande toujours pourquoi ils ont fasciné les Brésiliens eh ? Franck lopez participe a une projet avec des brésiliens (anciens de Pink Industry): 3 Cold Men, qui viennent de sortir un cd : A Cold Decade.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › mardi 20 mars 2012 - 12:13  message privé !

après écoute rapide du Trublion : non, les deux groupes ne se ressemblent pas. Musicalement, Opera multi steel est totalement ancré dans la coldwave 80s, avec boite à rythme et reverb sur la voix alors que Trublion a l'air plus folk et direct. Et le discours se veut plus poetique (et surréaliste comme tu le dis Twilight) chez les berruyers, alors que Trublion est plus rabelaisien ( Ca se rapproche plus de Gae Bolg au niveau musique et thème abordés). Bref, deux visions fantasmées du moyen-âge, mais dont la première m'est plus déroutante et intrigante.

Note donnée au disque :       
taliesin › mardi 20 mars 2012 - 12:12  message privé !

J'adore ce groupe, merci d'en parler Twily ;-) Sinon, pour répondre à Arno, c'est plus coldwave (comme précisé dans la chronique) et moins martial que 23Trublion23 (mais bon, je ne connais que "Cheval pyromane").

Note donnée au disque :       
Twilight › mardi 20 mars 2012 - 00:31  message privé !
avatar

Inconnu au bataillon pour ma part...