Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLMark Lanegan › Blues Funeral

Mark Lanegan › Blues Funeral

  • 2012 - 4AD (1 cd)

cd | 12 titres | 55:22 min

  • 1 The Gravedigger's Song
  • 2 Bleeding Muddy Water
  • 3 Gray Goes Black
  • 4 St. Louis Elegy
  • 5 Riot In My House
  • 6 Ode To Sad Disco
  • 7 Phantasmagoria Blues
  • 8 Quiver Syndrome
  • 9 Harborview Hospital
  • 10 Leviathan
  • 11 Deep Black Vanishing Train
  • 12 Tiny Grain Of Truth

line up

Dave Catching (guitare), Jack Irons (batterie), Mark Lanegan (chant), Martyn Lenoble (basse), Aldo Struyf (claviers, guitare), David Rosser (guitare), Duke Garwood (guitare)

Musiciens additionnels : Greg Dulli (chant), Josh Homme (guitare), Alain Johannes (guitare, basse, claviers, percussion, voix), Chris Goss (guitare, voix), Shelley Brien (voix)

remarques

Album sorti sous le nom du Mark Lanegan Band.

chronique

Styles
rock
Styles personnels
fade

Je ne sais plus qui disait ça, mais quand les gens commencent à aimer tes vieilles gloires, c’est le moment de te poser des questions. Mark Lanegan a toujours été dans la troisième base, d’un groupe de grunge seconde zone (Screaming Trees) alors que Pearl Jam cartonnait (et oui…), des featurings chez les Queens meilleurs que l’ensemble de leurs morceaux, des albums en collaborations avec l’insupportable Dulli et la non moins sirupeuse Campbell – ça sentait déjà un peu le souffre, le Gutter Twins était déjà plus vieux que lui-même à peine deux mois après sa sortie ; quant à Soulsavers, c’était une véritable pépite soul gospel fin du monde façon western mélancolique et c’était le fruit de deux DJ – le rock est fini mon vieux ; et c’est assez curieux, de la part d’un si grand chanteur, à la voix rauque et maltée, de s’être égaré dans la mousse des cocktails trop chers. Le dernier album du cowboy est unanimement encensé absolument partout, et c’est à n’y rien comprendre. Blues Funeral est une soupe fade aux vieux rots des beats synthétiques, d’un blues lointain et scolaire, des claviers cheaps, un rock paresseux dont les relents QOTSA peinent sortir la tête de l’eau. Nul doute que le Mark y met toutes ses tripes fatiguées et ses tatouages ratés avec un lyrisme certain, mais ressembler à Leonard Cohen en pleine descente n’est pas un spectacle très stimulant pour un type qui pourrait sans problème taquiner le grand Waits sur les pistes de danse.

note       Publiée le vendredi 16 mars 2012

partagez 'Blues Funeral' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Blues Funeral"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Blues Funeral".

ajoutez une note sur : "Blues Funeral"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blues Funeral".

ajoutez un commentaire sur : "Blues Funeral"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blues Funeral".

Chris › lundi 12 octobre 2015 - 13:30  message privé !
avatar

Y'a quand même quelques trucs intéressants sur cette galette !

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › jeudi 30 janvier 2014 - 23:45  message privé !

Chronique d'un mec qui a écouté l'album sobre.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › lundi 30 décembre 2013 - 19:43  message privé !

Du blues pour paresseux sous perfu Ennio Morricone, j'aime bien. Ca s'écoute bien en sirotant une téquila...

Spiegel › samedi 6 octobre 2012 - 23:16  message privé !

Vous avez parfaitement raison, c'est fort vache..mh.. et je voudrais pas gâcher mon plaisir ^^ si je dois frapper dans le foie d'un mec que j'estime être un bon pote, mon esprit passe chez Mark pour oser être sauvage. Quand un saligaud me les brisent pour 36 milles raisons, ma bile se rappel que Mark non plus n'était pas des plus tendre dans la cours. Quand je sens mon poings faiblir c'est lui qui s'impose en fantôme et sermonne que chaque coup me sera rendu avec bien plus de force et de cruauté, qu'une fois le genoux à terre il me sera insupportable de regarder quelqu'un en face, froid seul et pathétique je serai. Rien d'bien violent envers vous(si le dire s'avère important, tu veux une clope?), Mark c'est mon pote pour qui j'em**de le plus gros des troupes, mais c'est important de nous y voir dans ce vieux feuilleton raté, on a pas notre place. Autant aller rendre visite chez bobonne à Lille-Roubaix-Tourcoing en train de regarder Rick hunter, aussi ringard mais plus famillier et avec le sourire en prime. Quant au bal des qinqua en dépression j'apprécie particulièrement Neil Young pour Sleeps with angels ;) bien à vous cher antiquaire

Note donnée au disque :       
nelmg › dimanche 30 septembre 2012 - 13:53  message privé !

putain vous etes vache la!haa oué pas assez sombre et expérimental!?cet album vaut autant que bubblegum ou ses autres solos...ce mec m'impressionne!aucun raté toujours top!du velour usé comme revetement!ode to sad disco est enorme dans le genre musique de boite de nuit pour suicidaire...mark nous regale!