Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPixies › Bossanova

Pixies › Bossanova

  • 1990 • 4AD CAD0010CD • 1 CD

cd • 14 titres • 39:41 min

  • 1Cecilia Ann2:06 [reprise des Surftones]
  • 2Rock Music1:52
  • 3Velouria3:40
  • 4Allison1:17
  • 5Is She Weird3:01
  • 6Ana2:09
  • 7All over the World5:27
  • 8Dig for Fire3:02
  • 9Down to the Well2:29
  • 10The Happening4:19
  • 11Blown Away2:20
  • 12Hang Wire2:01
  • 13Stormy Weather3:26
  • 14Havalina2:33

enregistrement

Cherokee Studio, Aire Studio, Silverlake Studio, Los Angeles, USA Hansa Ton, Berlin, Allemagne, 1990

line up

Black Francis (chant, guitare), David Lovering (batterie), Kim Deal (basse, chant), Joey Santiago (guitares)

remarques

chronique

Styles
rock alternatif
Styles personnels
noisy college rock

Les Pixies quittent le sol de Boston pour s'en aller enregistrer à Los Angeles, et, tout naturellement, ils reviennent avec, sous le bras, un album influencé par la surf music. "Cecilia Ann" (reprise des Surftones) ouvre la parenthèse, alors que le "Havalina" se charge de la refermer. Entre ces deux points, "Alison", "Ana" ou la guitare de "Down to the Well" seront là pour maintenir le cap. Mais malgré leur assiduité, les Pixies ne peuvent plus atteindre la magie de leur dernier effort. La paire littéraire que constituait Black Francis / Kim Deal n'est plus, cette dernière ayant lancé depuis peu sa formation féminine à 75%, les Breeders, à laquelle elle prête toute son attention. Au milieu de cette collection de titres énergiques, on retiendra les deux singles, "Velouria" et "Dig for Fire", le superbe "Is She Weird" (aaaah, cette basse !), l'instrumental "Rock Music", la pièce la plus destroy de leur carrière, mais surtout les petites suites teintées de science-fiction, "All over the World" et "The Happening" qui annoncent déjà le revirement qui sera opéré pour "Trompe le Monde".

note       Publiée le mercredi 15 mai 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Bossanova".

notes

Note moyenne        30 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bossanova".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bossanova".

zugal21 › lundi 8 juin 2020 - 10:28  message privé !

J'y étais aussi ... Mais surtout avec Doolitle et Trompe le Monde ... Celui-là l'ai connu plus tard et je le trouve un peu faible par rapport à ces deux-là ; mais ma note est en effet sévère. Par ailleurs je ne trouve pas que les Pixies c'est surestimé . Au contraire, dirais-je, presque. Des groupes surestimés comme ça, j'en veux bien à profusion.

Note donnée au disque :       
GrahamBondSwing › dimanche 7 juin 2020 - 21:01  message privé !

Géniale, la provoc gratuite de vigilante... et ça s'excite, comme un dimanche après-midi tiède post-confinement. Alors, allons-y partageons les souvenirs : en ce qui me concerne j'y étais pas vraiment, genre juste quand ça s'arrête quoi, j'avais du lire la chronique de Trompe le Monde ds R&F, mais il a fallu encore attendre encore un an ou deux pour que j'entende un espèce de mur du son avec un gars qui braille dessus lors d'une soirée Indie Rock en école d'ingé, je me rencarde et là on me dit que c'est les Pixies... Je me dis "Ah oui quand même" j'en étais là : fais-moi voir comment tu cognes, on discutera après. J'ai rattrapé mon retard via des copies K7, je me souviens aussi qu'il y avait un groupe de l'école spécialisé dans les reprises des Pixies... Bref souvenirs, souvenirs. Et sinon, j'aime bien (net, concis). Bossanova : pas le meilleur album, mais une sacrée triplette d'ouverture.

born to gulo › dimanche 7 juin 2020 - 14:51  message privé !

Haha, ben quant à moi mon meilleur pote a essayé de me fourguer ça (les Pixies, pas Bossa Nova) vers 91 ou 92, quand je découvrais le hard et le grunge, et ce fut un gros et massif "mouais, non", qui jamais depuis ne s'est démenti. Même s'il faut savoir reconnaître que Fight Club m'a permis de voir qu'ils avaient un bon morceau dans mes termes, à leur actif.

Bon, en même temps le mec aimait Maiden depuis tout gamin, j'aurais dû me méfier - c'est d'ailleurs, très logiquement, pas lui qui m'avait mis au hard.

boumbastik › dimanche 7 juin 2020 - 14:17  message privé !

Cet album a une résonance particulière dans mon parcours musical. Début 90 j'étais métal à fond (Maiden, Accept, Slayer et autres) mais j'aspirais à autre chose. Pas en remplacement, mais pour diversifier mes écoutes. J'ai acheté Bossanova un peu au hasard. Personne ne me l'avait suggéré, et je ne lisais aucun magazine genre Best ou Rock et Folk. La pochette peut-être ? Le nom du groupe qui me parlait vaguement ? En tous cas, j'étais le premier surpris, voire troublé, car j'appréciais cette musique, moi l'indécrottable hard rockeur :) S'en suivirent les autres albums des Pixies, ceux de Sonic Youth, etc. Bref un album important pour moi car source d'élargissement de mes goûts musicaux. Et Is She Weird, All Over the World, Velouria, Hang Wire restent d'excellents morceaux.

Note donnée au disque :       
Dioneo › dimanche 7 juin 2020 - 12:16  message privé !
avatar

Ah oui, après je dis pas hein : on peut "y avoir été" et aimer diversement, comme pour n'importe quel groupe. J'ai le souvenir du truc à part également ("OVNI"... vu la fixette du Francis là-dessus ça prend encore un autre sens, en passant) mais en même temps très présent dans la "culture des jeunes qu'y z'écoutaient des machins pas trop ménstrim ou pas que", en fait un peu semi-public... Mais c'est peut-être que j'étais entouré de gens qui écoutaient ça, tout simplement, un pote ayant en premier décliqué dessus et nous derrière, de "la bande", et que du coup ça me paraissait plus "public" que ça l'était réellement en tout cas en France... En tout cas je pense qu'on ne peut pas vraiment percevoir le groupe comme la génération qui l'a découvert vers Fight Club/Where Is My Mind, après-coup - ceci-dit sans condescendance aucune, hein, ça veut juste dire que pour moi qui ait croché à ça à l'époque où c'est sorti, c'était "immergé" dans un contexte pré-grunge (puis grunge), trucs noise-rock qui déboulaient aussi, Sonic Youth qui devenaient "connus", "gros" via Goo puis Dirty (bien plus que via Daydream Nation, de là où j'étais), milieu "alterno" et punk/post-punk local (français) également en train de bien changer. Donc c'était pas de la culture "déjà classique" ou de l'histoire déjà classée (en attendant la reformation), Francis et les Bostonien.ne.s... C'était parmi "les aliments du moment", avec plein d'autres bidules.