Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPankow › Freiheit Fuer Die Sklaven

Pankow › Freiheit Fuer Die Sklaven

  • 1987 • Contempo Conte 113 • 1 LP 33 tours
  • 1987 • Contempo Contedisc 113 • 1 CD

cd • 10 titres

  • 1Gimme More In Dub 1:50
  • 2Gimme More (Much More) 3:33
  • 3Girls And Boys 5:17
  • 4She's Gotta Be Mine 4:41
  • 5In Heaven 2:14
  • 6Nice Bottom (Schöner Arsch) 2:56
  • 7Sickness Takin' Over 5:10
  • 8Touch - I'm Your Bastard 3:48
  • 9Freiheit Fuer Die Sklaven 3:40
  • 10Nice Bottom (Nice Dub) 2:53

enregistrement

Adrian Sherwood

line up

Alex Gimignani, Maurizio Fasolo, Paolo Favati, A. Micheli, Alex Spalck

remarques

chronique

Styles
electro
ebm
Styles personnels
trash ebm

L'electro a toujours eu le vent en poupe en Italie. D'ailleurs, d'une certaine manière, elle en vient ; du moins sous sa forme populaire. Toujours prêts à remuer le popotin, les ritales ont été en effet les premiers à surexploiter le son disco et à le radicaliser pour les clubs jusqu'à créer l'Italo-disco dont la figure de proue, l'indétrônable producteur Giorgio Moroder, sera même récompensé par divers oscars. Un autre mouvement venu du nord-ouest, l'Electronic Body Music, possédait à la même époque un cahier des charges similaires : abuser des rythmes électroniques pour remuer les corps des jeunes. Mais la différence fondamentale entre les deux mouvements, c'est que si l'Italo faisait danser les demoiselles, l'EBM faisait plutôt suer les hommes. Ce n'était qu'une question de temps et de prédisposition pour qu'apparaisse donc une scène électro italienne plus dure ; et Pankow, après quelques années dans l'obscurité, sortit son Freiheit fuer die Sklaven en 1987 – incidemment l'année du Total Age de Nitzer Ebb. Un sacré coup que cela dût être à l'époque, pour les Djs plus habitués à surfer sur les synthés plutôt qu'à marteler des rythmes. Et puis, chez Pankow, il y a les paroles. Prenons par exemple 'Sickness Takin' Over', dont la rythmique brute de fonderie fera frémir les amateurs de Liaisons Dangereuses. "What do we talk - When do we talk – About love – About sexxx..." - "...And I really do care about myself". Boum clack boum clack. Voilà messieurs, depuis le pays aux nanas sensuelles racontant des niaiseries sur les voyages dans l'espace, vous nous emmenez dans la moiteur homoérotique des salles de muscu belges. Je vous épargnerai les détails de 'Schoener Arsch' ou 'Touch – I'm your Bastard', mais toujours est-il que l'obscène et le trash fait partie intégrante du projet Pankow (jusqu'aux visuels et performances), et si cela lui a permis de gagner le respect des foules des scènes post-industrielles, cela lui aura sans doute coûté cher au niveau d'une reconnaissance plus large. Les relents de dub (Adrian Sherwood à la prod oblige) se font surtout sentir au travers des incessants delays sur les voix, qui bien que presque omniprésents ajoutent une touche déglingo Klinik-Skinny Puppy appréciable de par leur qualité et leur pertinence. Alors certes, cela a un peu vieilli et certains gimmicks ont sûrement perdu de leur mordant (entre la pochette Giger et la reprise d'In Heaven') mais la brutalité primaire est encore bien palpable et exploitable en soirées - principalement masculines.

note       Publiée le jeudi 9 février 2012

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Freiheit Fuer Die Sklaven".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Freiheit Fuer Die Sklaven".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Freiheit Fuer Die Sklaven".

born to gulo › dimanche 12 février 2012 - 10:42  message privé !

oups

Note donnée au disque :       
ericbaisons › samedi 11 février 2012 - 23:52  message privé !

j'attends les coupures de journaux estampillées fuer. Et pas des extraits de Goethe and co, ce qui reviendrait à confimer mes soupçons.

nicola › vendredi 10 février 2012 - 19:31  message privé !

De loin, je pensais qu’Attahk était rechroniqué.

born to gulo › jeudi 9 février 2012 - 18:08  message privé !

de toute éric ne pourra jamais plus rien affirmer avec crédibilité, il connaît pas Skeletor

Note donnée au disque :       
Sheer-khan › jeudi 9 février 2012 - 17:57  message privé !
avatar

Faudrait pouvoir mettre des "j'aime" sur les comm...