Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPro-pain › Round 6

Pro-pain › Round 6

cd | 13 titres | 38:00 min

  • 1 Fed Up
  • 2 Desensitize
  • 3 Substance
  • 4 All Or None
  • 5 Status Quo
  • 6 Fuck It
  • 7 Psywar
  • 8 Take It Personal
  • 9 Make Some Noise
  • 10 Let Live
  • 11 Thou Shalt Not
  • 12 Draw Blood
  • 13 Down In Flames

chronique

Styles
metalcore
Styles personnels
baboulinet-core

Pro-Pain a déboulé dans ma vie comme un pilote de fenouic bien rasé, et je ne me l'expliquerai jamais vraiment. Torse-nu en boxer, j'étais prêt, j'étais propice. Et quelque part savais déjà que le Pro-Pain, ce n'est pas du pain d'épices : plus qu'une espèce bien spécifique de coreux, c'est un art de vie... une religion. Un sacerdoce. Que dire qui n'aie déjà été dit sur ce combo mythique ? Pro-Plan, par la franche accolade de son son et ses structures saines, tout comme par la fureur qu'il évoque et l'accroche boulangère que son patronyme engendre, a toujours été, finalement, un de mes groupes fétiches... du moins aussi longtemps que peut remonter la mémoire de mes boules. En 2000, Pro-Prout sortaient Round 6, probablement le disque le plus abouti de leur carrière : un album d'une fondamentale violence, dont le groove ferait passer le carré pour rectangle, où se meuvent les démons les plus déostickeurs de l'âme, pchit-pchitant la saine fragrance des salles de sport pour le tonus de nos narines auditives au gré d'harmonies fortifiantes, de rythmes abdo-cadencés, plongeant l'auditeur transi de tiède au plus profond d'un univers dont le lisse abyssal et rectalement vertigineux évoque des teintes plus indicibles que celles du fondement de James Hetfield lui-même. Cube des cubes dans l'enfer du pastis hardcore, Pro-Pignon sait par de stricts gonflements de biceps nous montrer Madball et Biohazard tels qu'ils sont en réalité : des petites tapettes néo-romantiques chichiteuses, et rien de plus. Foin de secrets gnan-gnan et d'eau-de-rose qui sont légions dans la cohorte des faux-coreux, Round 6 compte bien remettre les pédés à l'heure : il débarque de son véhicule utilitaire plus mortifiant que Philippe Lucas après son debrifeing du lundi matin pour te niquer la tronche façon Tony le tigre, qui l'a fourni en céréales, sa drogue dure. Et tu vas sûrement pas la ramener mon coco, oh non ! Comme le dit la chanson culte : "youpla, ça va chauffer dans le bermuda !" - info de dernière minute à l'oreillette : le tient est déjà carbonisé avant même d'avoir été tissé... Fallait pas se frotter à P-P, p'tit pédé. Son monde à lui n'est qu'un terre-plein granité sur lequel les réverbères érigés sont des barres - céréalières ou de traction - à travers lesquelles résonne le hurlement primaire de la bombe déo Mennen en rut et circulent légions de kayakistes, se savonnant leurs aisselles imberbes en beuglant une haine plus carrée que la plus rigoureuse des idéologies sportives. La batterie battelle. Le riff assène des revers aussi implacables qu'un slogan de bière sans alcool, tandis que le chant crié, dru comme un pinson, loge des balles à blanc dans ton esprit beatnik. Matte-moi juste la pochette, belle comme un quad le premier jour de son rôdage : tu salives ? Prépares-toi pour l'enduro des vainqueurs. Tu crois malgré ce beau préambule que le prévisible ne sait pas surprendre ? MANGE TON GNON PTIT CON !!! Un refrain bien chou-tubesque pour te tromper - "Substance" - hélas tu es déjà fichu... c'est trop calibré pour ton gabarit ? Tu t'dégonfles ? Ton froc se rempli de honte, ta vie a atteint sa DLC, le PVC de ton JVC fond jusqu'à ton AVC... et tu l'admets : Pro-Miche t'as niqué. La note de ramonage est salée, le dépôt de bilan de ton appétit sexuel imminent, et je n'parle même pas de la mise en demeure qui se fera après paiement des sommes dûes par ton fion, car ce que ce vigoureux incipit de la beaufitude la plus budweiseresque a ancré restera à jamais en toi. Ta vie vibrera Pro-Pain. Tu verras Hatebreed comme de la musique country, et tes selles seront comme les kinder du même blase. Car Pro-Pine est Contamination, car Pro-Pougne est Domination. Des visions chroniques te saisiront, comme celle d'un Vin Diesel géant sermonant des hippies en sirotant une gatorade, le baggy flottant au vent et la bouille joviale du vrai jockey. Non non non, je n'irai pas plus loin... les mots ne peuvent pas retranscrire, ne pourront jamais... La seule conclusion que j'aurais la force d'extraire de mon bulbe discipliné par le Maître Coreux, c'est de vous le crier sans peur : Pro-Pain est terriblement... DOUÉ. Que ce soit de campagne ou au sésame, de mie ou viennois, aux noix ou sans levain. Tremblez, fumeurs et poètes !!!!!!!!

note       Publiée le jeudi 9 février 2012

partagez 'Round 6' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Round 6"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Round 6".

ajoutez une note sur : "Round 6"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Round 6".

ajoutez un commentaire sur : "Round 6"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Round 6".

Cathedrale › lundi 13 février 2012 - 12:43  message privé !

Leurs K-way sont tops

Saule_Cygne › lundi 13 février 2012 - 11:43  message privé !

Haha, y manque juste Beavis & Butt-head dans la video

Wotzenknecht › lundi 13 février 2012 - 08:14  message privé !

Les plans sur le toit sont magistraux

Raven › lundi 13 février 2012 - 01:42  message privé !
avatar

Merci AZOT, ça fait dix ans que j'ai le disque mais je connaissais pas le clip. C'est beau comme un yaourt.

Horn Abboth › lundi 13 février 2012 - 01:28  message privé !

j'avoue c'est bien sale.