Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRThe Residents › The Big Bubble

The Residents › The Big Bubble

cd • 11 titres

  • 1Sorry 3:32
  • 2Hop A Little 2:40
  • 3Go Where Ya Wanna Go 2:34
  • 4Gotta Gotta Get 4:19
  • 5Cry For The Fire 6:19
  • 6Die-Stay-Go 2:55
  • 7Vinegar 2:17
  • 8Firefly 2:12
  • 9The Big Bubble 2:10
  • 10Fear For The Future 4:11
  • 11Kula Bocca Says So 4:58

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

remarques

Les rumeurs ont eu bon cours à propos de l'identité des quatres persones sur la photo. Les Residents ont bien entendu farouchement nié qu'il s'agissait d'eux ; certains fans perspicaces sont d'un tout autre avis...

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
baragouinage orchestré

Même pour un disque des Residents, The Big Bubble est inclassifiable et épouvantable. Il s'agit de la quatrième partie de la Mole Trilogy (ne cherchez pas à comprendre) qui présente les chansons du groupe The Big Bubble du mouvement Zenkinite, croisement entre les Moles et les Chubs – reportez-vous à la chronique de Mark of the Mole par l'ami Dariev Stands pour un résumé du bastringue. Ce qui frappe ici sont les voix démentes, les borborygmes régressifs, primaires, comme un mélange entre du scat singing et des grognements tribaux issus d'un fantasme post-colonial déluré. C'est le chant de gorge d'Eskimo, pillé aux peuples inuits et samis, qui est ici transféré dans l'humidité caverneuse de cette aventure jazzy souterraine aux confins du n'importe quoi. Avec l'instrumentation approprié comme sur 'Gotta Gotta Get', cela tourne au miracle : la guitare acérée par les Doigts du Serpent entaille la roche tandis que l'hystérie orchestrale répond aux abrutissantes onomatopées dans une longue descente vers les Enfers uchroniques dans lequels on retrouverait sans doute le robot-diable de Futurama, violon en griffes. Mais une fois au comptoir aux côtés des Moles ou des Chubs ou de Jules Verne ou satan-sait-qui, que faire d'autre sinon que d'écouter le Cab Calloway de service faire du katajjaq demeuré, tandis que les autochtones se mettent à danser comme les clients du bar de Calvaire sur une musique de cabaret tout aussi épaisse, avant de nous sortir cette sentence définitive : "Sugar melts and goes away. But vinegar lasts forever"

note       Publiée le jeudi 2 février 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Big Bubble".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Big Bubble".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Big Bubble".

cyberghost › jeudi 2 février 2012 - 13:03  message privé !

Souvenir assez merveilleux de celui-ci, faudrait que je l'ressorte tiens... Dans la Mole Trilogy, j'avais bien moins accroché à Tunes of two cities, hormis quelques morceaux fabuleux, le final notamment