Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlut Aus Nord › 777 : sect(s)

Blut Aus Nord › 777 : sect(s)

cd | 6 titres | 45:26 min

  • 1 Epitome I [07:57]
  • 2 Epitome II [06:51]
  • 3 Epitome III [04:52]
  • 4 Epitome IV [11:52]
  • 5 Epitome V [06:23]
  • 6 Epitome VI [07:31]

enregistrement

Enregistré aux Earthsound studios

line up

Vindsval (guitare, chant), W.D. Feld (batterie, claviers, programmation), GhÖst (basse)

remarques

La version vynil propose les titres dans un ordre différent.

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal décharné

Vous vous rappelez "ultima thulée" et "memoria Vetusta I : fathers of the icy age" ? Leurs envolées stellaires, leurs riffs lumineux et la beauté absolue qu'ils dégageaient. La tristesse et le froid ambiant qui les caractérisaient également. Qu'avez-vous alors ressenti à l'arrivée de "the mystical beast of rebellion" qui présentait un visage totalement différent, un groupe métamorphosé en un monstre des abysses, où la musique se faisait non plus lumineuse, mais absolument obscure. Un trou noir qui vous aspirait, quelle que soit la résistance que vous y opposiez. Une musique non plus construite, mais décharnée, volontairement tordue jusqu'à atteindre le point de rupture. Et de non retour. Un billet aller pour les enfers, sans escale. Si je devais vous parler de "777 : sect(s)", et c'est un peu le but de cette chronique, je vous dirais simplement qu'il s'agit finalement d'un mélange assez détonnant entre ce que Blut Aus Nord fut à ses tous débuts, et ce qu'il a été dans un second temps. Le mélange entre ces deux périodes est assez saisissant, mais d'abord totalement déroutant pour l'auditeur. Les deux juxtaposées de cette manière, très imbriquées, pose tout de même un gros problème de conscience. Comment faire cohabiter la laideur absolue de riffs brisés par la rapidité rythmique et la beauté infinie des guitares qui respirent à nouveau lorsque le rythme baisse ? Comment oser nous faire voyager avec des plans totalement stellaires pour nous faire tomber dans ce fameux trou noir dont on ne peut se défaire ? Et bien Vindsval l'a fait. Et surtout, il l'a parfaitement réalisé. On se laisse totalement absorber par ce nouveau matériel, quand bien même il recycle les codes du passé. Combien de fois me suis-je entendu penser "tiens, ce plan de batterie, déjà vu !", mais en même temps quand c'est bon, on s'en contre fout. L'album m'est apparu indigeste lors des premières écoutes les plus attentives. Et si vous avez cette impression aussi, j'ai envie de vous dire d'insister, même lourdement, même si ça fait mal. Chez moi le déclic s'est fait tout aussi soudainement que tardivement, et j'avoue qu'une fois dedans c'est une jouissance quasi absolue. Je reste néanmoins raisonnable dans mes propos, car je pense aussi assez sincèrement que Vindsval a voulu aller trop loin dans les parties les plus agressives, en écrivant des riffs qui sont pour le coup très, très, très distordus. Ca créé un sentiment de malaise qui pourrait être intéressant, mais c'est tellement absolu que je n'arrive pas à suivre la démarche jusqu'au bout. J'aurais préféré entendre le même niveau que sur la bête rebelle, et ce sera là mon seul point négatif à l'égard de "777 : sect(s)" qui captive l'auditeur, offrant une masse de détails assez impressionnante. C'est d'ailleurs dans ces détails, ces choeurs qui accompagnent la chute des guitares, ces claviers tantôt envoûtants, tantôt inquiétants, ces ruptures rythmiques à n'en plus finir, que l'album s'écrit en majuscule. Vivement que je mette la main sur le suivant qui vient de sortir, je crois que ce sera ma seule échappatoire à cette secte.

note       Publiée le mercredi 21 décembre 2011

partagez '777 : sect(s)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "777 : sect(s)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "777 : sect(s)".

ajoutez une note sur : "777 : sect(s)"

Note moyenne :        23 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "777 : sect(s)".

ajoutez un commentaire sur : "777 : sect(s)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "777 : sect(s)".

Demonaz Vikernes › mardi 28 novembre 2017 - 15:47  message privé !

Un album assez ennuyeux, dans la veine de ce que propose le groupe depuis 2003. Le maillon faible de la trilogie.

Note donnée au disque :       
Pingoui › mardi 10 janvier 2012 - 10:22  message privé !

Après un "MoRT" que je trouvais vraiment trop tiré par les cheveux et totalement hermétique (sauf pour créer de l'ambiance en parties de jeux de rôles, c'est parfait), j'avais très peur. Je n'ai fait qu'une simple écoute de celui-ci et du suivant sur spo... ok pas de pub :) Je suis très convaincu, le groupe garde un style alambiqué et torturé, néanmoins très accessible (en tout cas par rapport à l'album sus-cité) et d'une incroyable beauté ! Alors certes, je ne sais même pas si on peut encore parler de metal, mais l'ambiance presque divine tant elle est lumineuse est bluffante. J'étais sceptique au départ, mais conquis lorsque la dernière note a sonné. J'attends impatiemment les vinyles !!

Note donnée au disque :       
passepartouze › mercredi 28 décembre 2011 - 10:36  message privé !

la BAR me dérange pas plus que ça, ce qui coince, c'est la tendance à faire un peu trop tirer les rifs (inhérent au genre mais quand même) du coup en fond, ça passe nickel, alors qu'en l'écoutant attentivement, je m'impatiente en attendant le riff suivant, et du coup leurs compos de 7 min pourraient en faire que 4 sans qu'il y ait moins à dire. un peu trop lent dans l'ensemble et légèrement répétitif, interessant mais pas vraiment mon type de black métal. je leurs redonnerait une chance plus tard (à celui ci et au suivant qui est du même tonneau) superbes pochettes tous les deux par contre: pourraient induire un achat de ma part

Note donnée au disque :       
vargounet › samedi 24 décembre 2011 - 19:04  message privé !

Pas faux, ils ont conservé leur aura monolithique et froide des derniers mais avec quelques envolées lumineuses dignes des grands moments de Memoria Vetusta.

Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 23 décembre 2011 - 22:35  message privé !

De l'ensemble de leur discographie. Je vois cet album comme une somme de l’existant plus qu'un ajout original.

Note donnée au disque :