Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBRon Boots › La Caida de Hormigón

Ron Boots › La Caida de Hormigón

cd | 3 titres | 60:50 min

  • 1 La Caída de Hormigón (The Fall of Concrete) [17:26]
  • 2 A Través de las Ruinas Vista al Pasado (A view through the Ruins of the Past) [ 22:51]
  • 3 Cielo Abierto a Través de los Pilares de la Fe (Open Skies Across the Pillars of Faith) [ 20:33]

line up

Ron Boots (Roland SE 20, Moog Voyager, Korg M3 & Koassilator, Nord Electro 3, DSI Prophet 08 et un Waldorf Blofeld)

Musiciens additionnels : Harold van der Heijden (Percussions)

remarques

Pour en savoir plus sur Ron Boots et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://ronboots.groove.nl/

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique progressive
Styles personnels
netherlands school

C’est à partir des cendres de l’histoire que Ron Boots nous présente son dernier opus. La Caída de Hormigón est un album concept inspiré des Ruines. Construit sur 3 longs titres qui s’enlacent dans de denses sphères alizées, La Caída de Hormigón est immergé de rythmes latents, implosifs et explosifs moulés dans de brefs segments séquentiels minimalistes qui tournent en boucles intemporelles dans une captivante faune sonore. Des rythmes lourds et hypnotiques qui sont nourri par des avalanches de séquences, jumelées aux solides percussions d’Harold van der Heijden, et des synthés aux souffles hybrides où vents et solos nous transportent dans un monde musical totalement féérique. Une ligne pulsatrice éveille un nuage de particules sonores, tandis qu’une kyrielle de souffles et vents de synthé prend d’assaut la timide intro de ''La Caída de Hormigón''. Une séquence ascendante en émerge. Ses 5 accords furtifs tournent en boucle et donnent l’impression de gravir les marches d’une spirale intemporelle. Le rythme continue son ascension sous d’éclatants solos d’un synthé qui lance aussi des vapes de brumes, alors que des roulements de tambour accompagnent cette procession astrale qui ne fait que suivre la ligne pulsatrice de l’introduction. Et c’est ainsi que Ron Boots travaille les 3 titres épiques de La Caída de Hormigón; sur de brèves structures minimalistes qui tournent en boucles, l’homme derrière Groove tisse une étonnante faune sonore, tant ambiante que rythmique. Mais les rythmes, même si bouillonnant sur de furieuses séquences, demeurent toujours captifs d’une imposante armada de souffles, brumes et solos de synthés qui distillent aussi une forte concentration d’effets sonores hétéroclites. Car la tension monte à l’intérieur du rythme écroué de ''La Caída de Hormigón'' qui maintient sa lente vitesse de croisière. Mais vers les 7 minutes des éléments musicaux nouveaux s’ajoutent; des riffs de clavier, d’autres séquences plus nerveuses qui s’entrechoquent et un immense voile de brume. Des éléments qui sonnent le glas à un rythme qui devient plus lourd et plus incisif avec des frappes de percussions plus puissantes et des séquences qui pilonnent intensivement, sur dimensionnant le rythme initial qui croule sous les suaves solos de synthé. C’est très bon. Hypnotique, on se laisse bercer par ce titre qui progresse continuellement, et en subtilité et en agressivité, mais toujours retenu par une curieuse et intense enveloppe musicale. Segmenté en 2 parties ''A Través de las Ruinas Vista al Pasado'' amorce son voyage avec une nuée de vents de synthé dont les sombres réverbérations actionnent une rivière cosmique d’arpèges scintillants et s’enlacent aux envoûtantes sonorités des peuples de sables. On se croirait dans les univers caustiques de Klaus Schulze, périodes Black Dance et Picture Music. Une fine séquence pulsatrice éveille un rythme discret avec une série d’accords qui tambourinent sourdement dans un intense bouillon sonore où bruits hétéroclites embrassent différentes brises de synthé. Une autre ligne de séquence offre des accords plus miroitants qui volètent, s’entrechoquent et permutent finement sur une structure rythmique qui augmente graduellement sa cadence et sa lourdeur. Riffs et nappes de claviers se greffent à cette ascension qui intensifie son mouvement sans jamais se défaire de l’emprise des vents et des couches de brume qui auront finalement raison de son éclosion et qui ramène ''A Través de las Ruinas Vista al Pasado'' vers les vestiges de sa pulsatrice ligne de basse. Nous plongeons dans une autre phase lunaire où de fins accords de piano électriques se bercent à l’orée des vents cosmiques et une belle séquence ondule telle un vague éthérée qui danse sous les chœurs et le brumes de mellotron. Ce mouvement séquentiel guidera la phase rythmique de la 2ième portion de ''A Través de las Ruinas Vista al Pasado'' qui, malgré l’amoncellement des séquences et les suaves solos de synthé, restera toujours captive de sa lourde ambiance tamisée. Moulé dans les cendres de la pièce d’ouverture, ''Cielo Abierto a Través de los Pilares de la Fe'' offre une structure rythmique lourde qui crescende avec plus de fébrilité. Les séquences sont mordantes et épousent un fort mouvement d’ascension, fouetté par des vents et des chœurs mellotronnés. D’autres séquences s’ajoutent. Plus limpides, elles sautillent et majorent l’emphase d’un furieux mouvement qui tournoie inlassablement dans une intense spirale rythmique pour atteindre son paroxysme avec l’arrivée des percussions qui martèlent les bases d’un foudroyant rythme lourd et hypnotique qui tourne et tourne sous de suaves solos et de brillantes séquences. Tout un titre! En fait, La Caida de Hormigón est tout un album. Ron Boots réussit un audacieux pari en concoctant un album assez complexe où les lourds rythmes flottants bouillonnent dans des ambiances lourdement tamisées. Les séquences sur La Caida de Hormigón sont magiques. Elles viennent de partout. Se jumellent et se juxtaposent pour mouler des rythmes rotatifs que les percussions d’Harold van der Heijden accouplent avec finesse et férocité. Quand aux synthés, ils sont divins. Ron Boots en tire le maximum en tissant de superbes ambiances et dessinant de très beaux solos. La Caida de Hormigón est l’union parfaite des séquences aux synthés, des rythmes aux ambiances, dans un univers musical aussi étonnant qu’envoûtant. Chapeau Ron Boots!

note       Publiée le vendredi 9 décembre 2011

partagez 'La Caida de Hormigón' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "La Caida de Hormigón"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "La Caida de Hormigón".

ajoutez une note sur : "La Caida de Hormigón"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La Caida de Hormigón".

ajoutez un commentaire sur : "La Caida de Hormigón"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La Caida de Hormigón".