Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDead Skeletons › Dead Magick

Dead Skeletons › Dead Magick

cd | 12 titres

  • 1 Dead mantra
  • 2 Om mani peme hung
  • 3 Kingdom of God
  • 4 Psychodead
  • 5 Get on the train
  • 6 Dead magick I
  • 7 Ask seek knock
  • 8 Ljósberinn
  • 9 Liþu/Live
  • 10 When the sun comes up
  • 11 Yama
  • 12 Dead magick II

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Dead Temple, Islande

line up

Henrik Björnsson (chant, guitares, claviers, synthés, programmation, batterie), Jón Sámondur Auþarsson (chant, guitare, effets, bols chantants), Ryan Carlson Van Kriedt (guitares, claviers, percussions, effets, choeurs, programmation)

Musiciens additionnels : Aislinn Van Kriedt (batterie), Orri Einarsson (batterie), Sigurdur Asta Einardsottir (chant féminin), Krummi (choeurs additionnels), Embla Diljâ Challender (choeurs additionnels), Greg Barret (chant), Ramses (plaques métalliques)

remarques

www.deadskeletons.com // Les morceaux 1 à 6 forment la partie 1 et les morceaux 7 à 12, la partie 2.
Existe en version double LP

chronique

Mine de rien, l'infatigable Henrik Björnsson et les musiciens travaillant dans sa nébuleuse sont en train de faire de Reykjavik la capitale incontournable du psychédélisme contemporain...Après avoir exploré l'aspect garage urbain du genre avec Singapore Sling, l'avoir mâtiné d'une touche de shoegaze avec The Go Go Darkness, voilà qu'ils s'engagent dans une voie plus mystique avec un nouveau projet, Dead Skeletons. Cultivant avec soin un certain mystère, le groupe a publié régulièrement un certain nombre de vidéos sur Youtube avant la sortie de cet opus tant attendu. Véritable expérience des sens, la musique mêle une approche hypnotique au travers de rythmiques répétées en boucles, de guitares psychédéliques, avec une forme de chant en retrait et nappée d'écho proche du mantra puisque, plus que de paroles, on parlera de phrases psalmodiées de manière quasi monocordes pour un effet maximum ('He who fears death cannot enjoy life' sur 'Dead Mantra' par exemple). Si l'on reconnaît quelques structures connues, les musiciens s'aventurent plus loin dans l'expérimentation que sur les projets cités précédemment, ainsi sur l'excellent et glauque 'Dead magick I' avec un arrière-fond de lames de guitare rampantes proche de l'indus couplé avec un piano répétitif et obsédant ou encore sur 'Psychodead' qui pourrait servir de bande-son à un road-movie en noir et blanc, sans oublier les essais dark ambient de 'Dead Magick II'. Une des grandes qualités de cette galette, outre sa puissance suggestive en termes d'images rendant inutile la prise de drogue (encore qu'en fumant un bon gros pétard dans le noir avec des bougies...), est cette capacité maîtrisée de fusionner expérimentation, mysticisme et une certaine tentation pop car si 'Dead Magick' requiert un état d'esprit, il n'en est pas pour autant hermétique ; les fans de shoegaze pourrait même s'y retrouver eux-aussi. S'il n'est pas exempt de longueurs, il parvient régulièrement à relancer la tension, ainsi avec l'excellent 'Ljósberinn' qui démarre avec un roulement quasi chamanique avant d'être intégré dans une rythmique psychédélique plus traditionnelle où quelques voix de femme lointaines apportent une aura particulière ; 'Live' s'engage même dans des sonorités post punk goth rappelant les Chameleons ou Interpol avec cependant un feeling qui ne tranche pas avec le reste des morceaux pour autant. Difficile de parler de progression, de transition tant l'ensemble, bien que séparé en deux parties, sonne comme un tout, impression renforcée à l'écoute de 'Dead Magick II' qui paraît boucler la boucle et nous renvoyer au début du disque. Il est par contre évident que les musiciens aiment à confronter les contrastes ('Good and evil exist as they have always existed' clame le slogan de leur site), par exemple avec un 'When the sun comes up' assez planant, aussitôt questionné par les percussions agressives de 'Yama'. Les Dead Skeletons fouillent les recoins de l'âme de l'auditeur pour laisser parler ses émotions les plus profondes, une démarche qui n'est certes pas nouvelle mais qui, à une époque aussi matérialiste que la nôtre, avait besoin d'une piqûre de rappel, histoire de jouir de la vie dans son essence la plus précieuse...

note       Publiée le lundi 5 décembre 2011

partagez 'Dead Magick' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dead Magick"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dead Magick".

ajoutez une note sur : "Dead Magick"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dead Magick".

ajoutez un commentaire sur : "Dead Magick"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dead Magick".

allthatglitters › samedi 2 novembre 2013 - 15:22  message privé !

http://www.youtube.com/watch?v=tVx0Iwfe0WY

Un nouveau morceau pour faire teaser à l'ep du même nom qui sortira sous peu.

Note donnée au disque :       
Twilight › mardi 28 mai 2013 - 01:24  message privé !
avatar

Je reviens du concert, ça tue sur scène...Ce mélange de psychédélisme et de spiritualité orientale...ET le mec qui peint un portrait en live pour en faire l'esprit du concert, génial !

absinthe_frelatée › mardi 6 décembre 2011 - 00:35  message privé !

Bonne découverte de cette année, mais je ne serais pas aussi enthousiaste que toi sur celui-là.. j'ai l'impression qu'il y a des bonnes idées mais pas suffisamment exploitées ou mises en avant, au profit de passages moins intéressants (je pense qu'on parle des mêmes longueurs justement). Mais c'est peut-être dû au fait que j'ai découvert en même temps que Singapore Sling que je préfère nettement, même si je suis généralement plus client de voyages hypnotiques que de garage hermétique (hihi hoho).