Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSex Gang › Last of England

Sex Gang › Last of England

cd • 14 titres

  • 1Aria
  • 2Tempest
  • 3Edward II
  • 4Blue
  • 5War Requiem (full version)
  • 6Saint Sebastiane
  • 7Wittgenstein
  • 8Stone garden
  • 9Modern nature
  • 10At your own risk
  • 11Jubilee
  • 12Caravaggio
  • 13War requiem (reprise)
  • 14Last of England

line up

Andi SexGang (chant, musique)

remarques

chronique

Andi Sex Gang est un musicien ; il est également cinéphile. Depuis qu'il oeuvre plus ou moins seul aux commandes du navire Sex Gang Children, il ne s'est pas gêné pour rendre hommage à ses réalisateurs favoris. Dans le cas de Derek Jarman, réalisateur et acteur anglais, militant gay, finalement décédé du sida en 1994, il a accompli sous forme d'un side-project, Sex Gang (ok, il n'est pas allé chercher bien loin), ce qu'il assumera sous le nom complet du groupe pour Werner Herzog ('Wrath of God'). Les deux disques ont en commun de passablement déstabiliser les fans habituels car bien éloignés du style post punk goth/batcave traditionnel et presque exclusivement instrumentaux, encore qu'avec 'Last of England', Andi se livre à quelques récitations ('Aria', 'Wittgenstein'). Chaque morceau fait allusion à un travail de Jarman, c'est dire s'il est difficile de conserver une quelconque cohérence musicale ; le disque dans son entier s'en ressent. S'il s'avère moins raté que 'Wrath of God', il n'en est pas pour autant ce que je qualifierais de réussite. Contemplative et dénuée de percussions (hormis le final), la musique oscille entre superpositions d'accords de guitare (on n'est pas si loin de Durutti Column) comme sur 'Stone Garden', avec des frissons plus électriques parfois ('Tempest'), expérimentations plus atmosphériques ('At your own risk') ou agressives ('Last of England'), sans négliger une touche quasi enfantine ('Jubilee'). Le rendu est passablement ennuyeux, inutile de le cacher. Seules les deux pièces avec récitation dégagent une véritable émotion, grâce au talent de Andi pour poser sa voix et y ajouter la conviction qui sied. Exception instrumentale, le beau 'Caravaggio' avec sa légère connotation cabaret mélancolique (l'accordéon était une bonne idée) et 'Last of England' plus agressif et glauque dans ses sonorités saturées et son orgue et surtout le seul titre où Andi chante. Cela ne suffit donc pas à constituer un bon album, même si tout n'est pas à jeter. Apparemment, notre homme n'est pas particulièrement à l'aise dans un exercice déjà très difficile à la base, mais comme il est têtu, il n'a pas renoncé pour autant puisque suivront 'Wrath of God' et la lecture entière de 'Dracula'. A sa décharge, il n'a jamais refusé de prendre des risques mais vu l'admiration sincère qu'il porte à certains artistes, il est à regretter que ces hommages ne soient pas de plus franches réussites...

note       Publiée le lundi 5 décembre 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Last of England".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Last of England".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Last of England".