Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAphex Twin › Richard D. James Album

Aphex Twin › Richard D. James Album

  • 1996 - Warp, 62010-2 (1 cd)

cd | 15 titres

  • 1 4 [3:36]
  • 2 Cornish Acid [2:14]
  • 3 Peek 824545301 [3:05]
  • 4 Fingerbib [3:48]
  • 5 Corn Mouth [2:33]
  • 6 To Cure a Weakling Child [4:03]
  • 7 Goon Gumpas [2:02]
  • 8 Yellow Tax [3:02]
  • 9 Girl Boy Song [4:47]
  • 10 Log'n Rock Witch [3:32]
  • 11 Milkman [4:09]
  • 12 Inkey$ [1:24]
  • 13 GirlBoy [E 18 Snore Rush Mix] [1:57]
  • 14 Beetles [1:31]
  • 15 Girl Boy [Redruth Mix] [1:37]

line up

Richard D. James (programmation)

chronique

Styles
electro
electronica
jungle
techno
Styles personnels
intelligent dance music

Dense, concis, cet album, voué tout à la gloire de son auteur à l'autocomplaisance légendaire, achève le travail entrepris depuis "Analogue Bubblebath III" en 1992. Alors que la drum'n bass et la jungle assoient leur domination sur le paysage électronique d'avant-garde, Richard D. James se nourrit de ce nouveau style pour insuffler à ses rythmiques, déjà bien barrées, une énergie et une cadence frénétique qui ne pourra laisser personne de marbre. Ainsi, partagé entre suites électro-bruitistes absolument renversantes ("Cornish Acid", "Peek 824545301", "Corn Mouth", "Yellow Calx", "Inkey$"...en fait, une grande part de l'album), et ritournelles, à la fois efficaces et immédiates, aux mélodies quasi enfantines ("4", "Fingerbib", "To Cure a Weaken Child"), Richard D. James arrive enfin à concilier les éléments épars qui constituent son univers schizophrénique pour nous délivrer un album plein qui, comme son titre l'indique, correspond bien aux multiples facettes du bonhomme qui ici, et pour la première fois, pousse la chansonette avec les intriguants "Milkman" et "Beetles". S'il s'agit là, sans doutes, de son album le plus abordable et le plus représentatif, il représente aussi sa plus belle réussite.

note       Publiée le dimanche 12 mai 2002

partagez 'Richard D. James Album' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Richard D. James Album"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Richard D. James Album".

ajoutez une note sur : "Richard D. James Album"

Note moyenne :        36 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Richard D. James Album".

ajoutez un commentaire sur : "Richard D. James Album"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Richard D. James Album".

necromoonutopia666 › lundi 3 août 2015 - 12:32  message privé !

4 stupéfiants différents pour essayer de comprendre cet album qu reste malgré tout un dès plus évident d aphex twin-

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › samedi 2 février 2013 - 11:13  message privé !

Je vois, c'est ce que tu dis dans un des comm d'ailleurs. Les deux gars d'autechre s'effacent complètement devant leur musique, y a qu'à voir les pochettes. Chez Aphex, il y a effectivement une sorte de culte de la personnalité, des pochettes aux clips, en passant par les morceaux chantés. Il a crée tout un univers autour de sa personne (ventolin), c'est clair, ce sont deux démarches différentes. À côté de ça, reprocher à un artiste d'avoir trop de personnalité... Il y en a tellement qui n'en ont aucune. Mais je comprends que ça puisse être envahissant. Perso, ça ne me dérange absolument pas, d'autant que ça n'est pas systématique. Sur Drukqs par exemple, il n'y a aucune voix, y a pas sa tronche sur la pochette. D'ailleurs mes morceaux préférés ne sont pas les "Come to daddy" et autres"windowlicker", loin de là.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › samedi 2 février 2013 - 01:10  message privé !

Ce qui me pose problême chez Aphex Twin c'est que lorsque j'écoute ses disques je n'entends que lui. J'exclus de ma critique les Selected Ambient Works I et II que j'adore, mais pour le reste, impossible de s'évader : ca me fait l'effet d'un John Petrucci de l'electronica. Quand j'écoute Autechre c'est tout l'inverse qui se produit : pas du tout l'impression d'entendre les mecs, encore moins les machines : je ne vois qu'une entité semi-abstraite très organisée dans l'espace m'emmènant dans des contrées vierges de toute présence humaine.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › vendredi 1 février 2013 - 20:55  message privé !

J'ai eu une réaction de rejet quand j'ai découvert ce disque. Mais il faut dire que niveau musique électronique Anglaise, je carburais surtout avec du Orbital, Prodigy, Chemical Brothers et je n'avais pas encore mis le pied dans l'univers d'Autechre. Mais il m'a pas fallu longtemps pour remarquer que derrière le désordre apparent du skeud, se cachait des arrangements d'orfèvre et des mélodies très belles. Même si SAW volume I reste mon petit préféré de sa discographie, cet album est sûrement son autre chef d’œuvre.

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › vendredi 1 février 2013 - 20:27  message privé !

Le titre "Fingerbib" par exemple m'a toujours fait un effet boeuf. Quand les cordes (enfin les violons synthétiques ou je ne sais quoi) déboulent, ça te soulève de terre de quelques centimètres (seulement). C'est vrai qu'après avoir pondu cet album, on ne sait pas trop ce qu'il aurait pu faire, hormis un truc comme Drukqs, qu'on taxe souvent de presque portnawak alors que l'enchaînement des morceaux hystériques et des morceaux calmes/mélancoliques est super finaud. Tout le côté hardcore, acid, me parle moins. Et puis il y a de beaux titres sur des EP, genre "On"... Il y a un autre truc marrant dans cet album, c'est l'emploi des pizzicatos (i) de violons qui curieusement, se marient hyper bien avec ce son (sample bidon ou pas).

Note donnée au disque :