Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYelworc › Trinity

Yelworc › Trinity

cd • 16 titres

  • 1Blaze of downfall
  • 2Doom of Choronzon
  • 3Triune junction
  • 4Prodigies of black
  • 5Vexilla Regis Inferi
  • 6Trinity
  • 7After laughter
  • 8Bloodwhited
  • 9Caina's curse
  • 10Revelation
  • 11D-Mask
  • 12Beast tamer
  • 13Almighty din
  • 14Thru me
  • 15Pan*Demonium
  • 16Hellfaction

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Baal Studio, Allemagne

line up

Peter Devin (chant, musique)

Musiciens additionnels : Dennis Ostermann (vocaux additionnels)

remarques

chronique

Styles
electro
gothique
Styles personnels
dark electro/ebm occulte

Dix ans de silence pour que la bête remonte des entrailles de la terre, dix ans durant lesquels le paysage électronique s'est considérablement modifié laissant le devant de la scène à des groupes de plus en plus dénués de talent mais parfaitement aptes à satisfaire les goûts de moins en moins exigeants d'un public soit disant sombre. Et voici soudain que Peter Devin, seul aux commandes, ranime la machine Yelworc, une machine aux mécanismes rouillés, aux crocs usés mais toujours capables de mordre méchamment. En fait, ce disque aurait pu sortir en 1994, nous n'y aurions vu que du feu, le son et la technique de composition n'ont pas varié d'un iota ; on y retrouve les kilos de samples de films d'épouvante, les sonorités glauques, les percussions sèches, les lourds carillons, les vocaux passés à la moulinette des effets assez typiques du groupe et du genre, ce qui a valu à 'Trinity' de sales commentaires dans certains fanzines mais cette faiblesse représente sa force selon moi. En 2004 alors que les nouvelles gloires s'appellent In Strict Confidence, VNV Nation, Funker Vogt, que Das Ich, Wumpscut s'essoufflent un brin, il n'était peut-être pas inutile de rappeler que l'electro vraiment sombre et non taillé pour les dancefloors, ça existe. D'ailleurs si l'écriture n'est pas neuve, dès les premiers titres, on note le doigté d'orfèvre quand à la confection des trames sonores qui évitent toute facilité, le soin apporté aux ambiances, le travail sur les sons. On peut reprocher au projet de recycler la même cuisine mais il le fait bien, des morceaux comme 'Blaze of downfall', 'Prodigies of black' (le hit), 'Vexilla Regis Inferi' ou encore le plus EBM 'Bloodwhited' sont des tueries. Encore une fois, rien de neuf, les spectres de Skinny Puppy, Placebo Effect, Will, sautent aux oreilles sans la moindre hésitation mais pour ma part, il est toujours jouissif de disposer de disques de cette qualité même s'ils recyclent. Un bémol pourtant, la durée excessive du cd; malgré les bons points cumulés, 77 minutes à s'envoyer d'un coup, c'est beaucoup trop et si on ne déplore pas vraiment de déchet, il eût sans doute été plus judicieux de sortir un double histoire d'alléger l'écoute. Ces détails m'empêchent donc d'aller jusqu'au 5.

note       Publiée le mardi 25 octobre 2011

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Trinity".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trinity".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trinity".

Bernard › jeudi 3 novembre 2011 - 13:31  message privé !

BÖC?...

ericbaisons › mardi 25 octobre 2011 - 18:41  message privé !

mmm il y a un bon arriere goût Too dark park

ericbaisons › mardi 25 octobre 2011 - 18:10  message privé !

ah tiens, je recherchais du comme ça

cyberghost › mardi 25 octobre 2011 - 17:33  message privé !

Ah oui en effet, j'étais persuadé que ce disque datait des 90, c'est dire ; n'empêche, c'est trippant à souhait

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 25 octobre 2011 - 16:40  message privé !

pas mieux

Note donnée au disque :