Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEngelsstaub › Nachtwaerts

Engelsstaub › Nachtwaerts

cd • 9 titres

  • 1Carpe Noctem
  • 2Intempesta
  • 3Deep inside
  • 4Nocturnal conversation
  • 5Oneirodynios Activa
  • 6An di grüne Fee
  • 7Lullaby
  • 8Momento Mori
  • 9Nachtwaerts

enregistrement

Anderswelt Sound Recording, Allemagne, 2007-2010

remarques

www.engelsstaub.de. Existe également en version vinyl/cd

chronique

Dans la série 'j'aurais mieux fait de rester au chaud dans ma chaumière plutôt que de vouloir refaire des disques', voici le nouveau Engelsstaub. Je souffre d'écrire ce qui suit car j'ai toujours beaucoup aimé ce groupe mais la pochette résume l'idée : les musiciens ont pris un bon coup de vieux (Madame exceptée, optant pour le look secrétaire de direction) et quelques kilos, et un blanc kitsch a pris le pas sur le noir. Car à priori, les ingrédients qui faisaient la saveur du combo, soit une dark wave aux fortes influences médiévales, sont bien là mais dans une version angélique et fleur bleue relativement écœurante. Exit les interrogations mystiques, on a l'impression de se retrouver dans la neige au palais des fées, du genre de ces peintures bien moches illustrant certains clips Youtube pour faire rêver les jeunes gogoths romantikeuhs...A l'image de leur titre, on sent que le trio a tenté de créer une musique délicate, nocturne, et le début du faux trip-hop de 'Carpe Noctem' promettait le meilleur avec ses nappes amples mais très vite, le tout se mue en une contrefaçon d'Enigma. Entrée en scène des influences médiévales sur 'Intempesta' mais là encore, elles ne font que transformer les chansons en inoffensives ritournelles au lieu d'en enrichir les structures. Pire, les orchestrations sonnent tout de même comme une resucée maladroite des anciens albums, la profondeur en moins. C'est mou, assez mièvre, et, mais là c'est une question de goût totalement subjective, l'usage abondant de la langue allemande qui chez des formations telles que Das Ich ou Goethes Erben donnent du corps au chant font sonner le tout assez niais. 'Nocturnal conversation', par exemple a tout d'un chant de Noël, quant au guilleret 'Oneirodynois Activa', il sonne comme du mauvais dark folk pompier et ce sentiment revient à chaque fois que les vocaux masculins pointent le bout de leur nez. Rien à faire, le problème vient peut-être uniquement de moi mais je n'arrive pas entrer dans ce disque. Tout y sonne kitsch, sans profondeur, des clochettes aux claviers sans oublier les percussions mollassonnes et même lorsque l'on se met à y croire (le début de 'Lullaby'), les voix viennent tout gâcher... Un disque à l'opposé de tout ce qu'avait produit Engelsstaub auparavant...

note       Publiée le dimanche 25 septembre 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nachtwaerts".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nachtwaerts".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nachtwaerts".