Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrotesque Sexuality › Grotesque Sexuality

Grotesque Sexuality › Grotesque Sexuality

k7 | 10 titres

  • 1 A: Collage
  • 2 Sometimes we wanna be new batcave stars
  • 3 Sometimes we wanna be new batcave stars (cyber remix by Buzz)
  • 4 Eyelashes of your dreams (Nattsol feat. Audible)
  • 5 Walls and dreams (feat. Corine Zimny)
  • 6 B: Little girl (Complot Bronswick cover)
  • 7 Mr. Aa the antiphilosopher
  • 8 Razrusa Moshenie
  • 9 A spell by laugh
  • 10 Zima (Durnoe Vlijanie cover)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Pall Nattsol (chant), Nikita Gusey (guitare), Sergey Solo (basse), Andre Baargeld (batterie)

remarques

Titres A1 et A2 extraits du net single 'Collage (2010); titres A3-A5 tirés du 'French-Russian EP'; titres B1-B4 extraits de la net démo 'Spell by laugh' (2009); le titre B5 est un bonus inédit. le titre A4 figure sur une compilation du magazine Obskür.

chronique

Pour toutes celles et ceux qui déplorent une certaines 'mode' batcave et post punk dans les milieux underground amateurs d'obscurités et un manque de sang frais pour dynamiser le genre, les Russes de Grotesque Sexuality pourraient bien se révéler l'antidote à leur amertume. Ces jeunes gens dont pas un n'a dépassé les 25 ans ont beau citer comme influences Sex Gang Children, Clair Obscur, ils n'en développent pas moins un style personnel basé sur une approche artistique, voire littéraire, complète bien plus que sur une quelconque similitude musicale. Deux ans de carrière, une démo et un single en téléchargement sur le net label Zorch Factor, et les voilà qui nous sortent déjà une compilation...sous forme de cassette ! Autre élément peu banal, le goût prononcé pour la scène française puisque outre quelques masterings par Zorch (Camp Z), Grotesque Sexuality se paie le luxe d'un morceau en collaboration avec Corinne (chanteuse de Excès Nocturne qui a également dessiné leur logo) et se fend d'une reprise de Complot Bronswick...Pas banal, comme plan de carrière, non ? Ayant eu l'opportunité de suivre le groupe depuis ses débuts, j'avoue avoir été impressionné par les rapides progrès. Le son reste certes direct et assez brut dans la production mais les structures et les ambiances ont gagné en efficacité. Et cette musique, comment la décrire ? Emotionnelle et intellectuelle à la fois, à commencer par les vocaux du leader Pall Nattsol (particulièrement impliqué dans la scène de St-Petersbourg par l'organisation de concerts et la publication régulière d'un excellent webzine du nom de Grave Jibes). Ces derniers, plutôt monocordes et récités, calquent leur rythme sur les lignes de la musique ; bien qu'ils ne se laissent jamais aller à éclater sous le coup des émotions, ils n'en sont pas dénués d'âme pour autant, emprunts qu'ils sont d'une sorte de décadence évoquant parfois leurs compatriotes de Zvuki Mu ('Collage') mais en beaucoup moins fou...C'est pourtant cette retenue qui leur confère un charme théâtral parfois menaçant ('A spell by laugh'). Musicalement, le groupe cherche à éviter les partitions trop linéaires, alternant intros calmes, passages soutenus, ponts saturés avec des transitions parfois maladroites, peu fluides ('Collage') mais qui, selon moi, font partie du charme et participent à l'ambiance particulière. Si les guitares développent un grain assez brut, elles n'hésitent pas non plus à flirter avec des sonorités plus claires comme sur l'excellent 'Zima' au groove de base quasi jazzy mais passé à la moulinette gothic rock (sans oublier l'intro de 'Collage'). L'auditeur y découvre donc pêle-mêle des relents de garage punk, de deathrock, de cold wave, assemblés en un cocktail personnel et efficace. A noter le soin apporté aux paroles, tantôt de la plume de Nattsol, tantôt inspirée d'auteurs contemporains (Arnauld Le Brusq) ou plus anciens (Tristan Tzara, Velimir Khlebbnikov) et l'on ne peut que souhaiter, si le combo a un jour l'occasion de sortir un cd, qu'il puisse proposer des traductions dans le livret. A noter que cette cassette est proposée accompagnée d'un livret illustré, d'un badge carré et d'un autocollant. Seul bémol dans tout ça, le cyber remix inutile de 'Sometimes we wanna be new batcave stars' totalement hors de propos quant à la démarche de Grotesque Sexuality, mais on pardonne aisément. Collectionneurs, foncez ! Il n'y en aura pas pour tout le monde ! 4,5/6

note       Publiée le mercredi 21 septembre 2011

partagez 'Grotesque Sexuality' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Grotesque Sexuality"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Grotesque Sexuality".

ajoutez une note sur : "Grotesque Sexuality"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Grotesque Sexuality".

ajoutez un commentaire sur : "Grotesque Sexuality"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Grotesque Sexuality".