Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHilmar Örn Hilmarsson › Children of nature

Hilmar Örn Hilmarsson › Children of nature

cd • 12 titres

  • 1Ars Moriendi
  • 2Charon
  • 3Sudargata
  • 4Farm
  • 5Snatis'death
  • 6Journey
  • 7Escape
  • 8Coffin
  • 9Ascension
  • 10Titles
  • 11Aerophilia
  • 12Pretty angels

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Studios S'yrland, Islande

line up

Hilmar Örn Hilmarsson (composition, musique, direction)

Musiciens additionnels : Szymon Kuran (violon), Julie Wood (violon), Stefán Örn Arnarson (violoncelle), Sigtryggur Baldursson (percussions), Chhimed Rig'dzin Rinpoche (percussions tibétaines, clochettes)

remarques

chronique

Artiste incontournable de la scène islandaise, tant musicalement au sein de divers projets (þeyr, Reptilicus) et de collaborations internationales (Current 93, Psychic TV, The Halfer Trio...) que par son implication dans la religion Asatrù, Hilmar Örn Hilmarsson signe ici la bande originale du film 'Children of Nature' de Fridrik þor Fridriksson (1991), une belle réflexion sur la vie et la mort, où l'auteur suit le périple symbolique d'un vieil homme devenu trop vieux pour s'occuper de sa ferme, rejeté par sa fille, qui s'enfuit du home avec l'un des ses flirts de jeunesse pour s'enfoncer au plus profond de la nature islandaise et y mourir. La gageur d'un tel travail est de savoir si, débarrassé des images, il peut nous apporter quelque chose qui en vaille la peine. La réponse ici est oui, cent fois oui, tant cette musique est porteuse d'images, d'impressions d'espace, de mélancolie méditative. Quiconque aura voyagé en Islande y retrouvera la beauté infinie de ces paysages lunaires, des fjords sous un ciel où le soleil ne se couche jamais vraiment en été, le murmure des rivières couplé au souffle des vents caressant les rochers, ce sentiment profond de silence et de liberté hors de toute contrainte temporelle ou matérielle ; les autres se créeront leur propre monde, leur porte vers un horizon à la fois intérieur et sans limite. Comme il se doit, un tel ouvrage se base beaucoup sur les atmosphères, avec des nappes profondes, diaphanes, dont l'infini se teinte de mélancolie de par l'apport d'instruments acoustiques tels que le violoncelle sur le fabuleux 'Ars Moriendi, le plus beau titre, avec notamment son final déchirant où un ciel menaçant semble s'ouvrir pour laisser pleurer les cordes. Le violon de Julie Wood confère quant à lui une brume automnale et humide à une composition comme 'Sudurgata' ('La Rue du Sud', qui m'émeut particulièrement car j'y ai séjourné à Reykjavik), également l'une de mes pièces favorites de ce disque. Le voyage prend des teintes initiatiques où les ambiances alternent entre tension dramatique, espoir spirituel ('Snastis's death), dépouillement méditatif, menace...Pionnier du travail sur synthétiseur en Islande, Hilmar Örn Hilmarsson est un orfèvre dans son domaine et sa maîtrise d'instruments acoustiques (batterie, basse, guitare...) l'aident à une sélection rigoureuse des sonorités utilisées mais surtout, on sent que notre homme comprend cette nature qu'il observe et dont il tente de déchiffrer les messages en musique. Lui qui s'est, dès son plus jeune âge, tourné vers la magie et les religions nordiques traditionnelles se trouve dès lors très à l'aise pour tisser de véritables tapisseries sonores qui ponctueront d'images les regards des moins imaginatifs. Une oeuvre grandiose !

note       Publiée le mardi 6 septembre 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Children of nature".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Children of nature".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Children of nature".

vargounet › mercredi 7 septembre 2011 - 00:51  message privé !

Le genre de disque qui pourrait me faire chialer par sa portée émotionnelle ... Pas à écouter tout le temps mais un chef d'oeuvre pour moi également, une grosse mélancolie s'empare de moi à chaque écoute.

Note donnée au disque :