Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFRobert Fripp › Exposure

Robert Fripp › Exposure

17 titres - 43:19 min

  • 1/ Preface (1:15) - 2/ You Burn Me up I'm a Cigarette (2:23) - 3/ Breathless (4:39) - 4/ Disengage (2:52) - 5/ North Star (3:12) - 6/ Chicago (2:11) - 7/ Ny3 (2:17) - 8/ Mary (2:10) - 9/ Exposure (4:26) - 10/ Haaden Two (1:56) - 11/ Urban Landscape (2:35) - 12/ I May Not Have Had Enough of Me But I've Had Enough of You (3:38) - 13/ First Inaugural Address to I.A.C.E. Sherborne House (0:04) - 14/ Water Music I (1:19) - 15/ Here Comes the Flood (3:52) - 16/ Water Music II (3:52) - 17/ Postscript (0:38)

enregistrement

The Hit Factory, New York, USA, janvier 1978 - janvier 1979

line up

Phil Collins (batterie), Brian Eno (claviers), Robert Fripp (guitares, frippertronics), Peter Gabriel (chant, piano), Peter Hammill (chant), Tony Levin (basse), Jerry Marotta (batterie), Narada Michael Walden (batterie), John Wetton (basse), Barry Andrews (claviers), Daryl Hall (chant), Terre Roche (chant)

chronique

Après avoir mis volontairement un terme à la seconde carrière de son groupe, Robert Fripp - qui n'est décidemment pas comme tout le monde - s'octroie comme vacances, comme retraite du monde musical, un séminaire prolongé dans l'école de Godolphin Bennett, disciple de Gurdjieff. Fripp va en ressortir meurtri, mais grandit, ouvrant son coeur, son âme et son travail à la plus stricte des disciplines. Son premier album solo (pour pas dire unique album, puisque le reste de sa discographie s'articulera autour d'expérimentations sonores et solitaires), il a été l'enregistrer à New York, là où, d'après lui, tout se passe. Daryl Hall (de Hall&Oates) et Debbie Harry (de Blondie) auraient du en assurer les parties vocales. C'était sans compter les désormais habituels problèmes contractuels qui allait empêcher de monter cette entreprise telle qui la désirait. Nullement découragé, il décide alors de convoquer l'élite ; Phil Collins, Narada Michael Walden, Jerry Marotta aux batteries, Tony Levin et John Wetton à la basse, Brian Eno aux claviers, Peter Hammill, Peter Gabriel, Terre Roche au chant. Le résultat est "Exposure" ; un album farouchement moderne où les démons d'autrefois surgissent sans coup férir ("Breathless", reminiscant de "Red"), où la paranoïa ambiante de la vie citadine trouve son écho ("Disengage", "Ny3") et dans lequel il crée une multitude de terrains propices à ses expérimentations aux résonances planantes ("Urban Landscape", "Water Music I & II"). Conçu comme la seconde partie d'une trilogie, aux côtés du second album de Peter Gabriel et du "Sacred Songs" de Daryl Hall, tout deux produits par ses soins, "Exposure" reste le plus énergique et le plus trouble des trois, mais aussi un des manifestes les plus authentiques et essentiels de ce guitariste hors-pair.

note       Publiée le vendredi 10 mai 2002

partagez 'Exposure' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Exposure"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Exposure".

ajoutez une note sur : "Exposure"

Note moyenne :        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Exposure".

ajoutez un commentaire sur : "Exposure"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Exposure".

Dun23 › lundi 19 octobre 2015 - 12:51  message privé !

Je viens de me le procurer avec un CD "Bonus" de la troisième édition plus des prises alternatives où Peter Hammil se voit remplacé par Hall et/ou Roche. Sympa, les interprétations sont forcément différentes et c'est cool.
Sinon, j'ai eu beau chercher dans le livret, j'ai pas trouvé Wetton mentionné dans le line up, seulement Levin.

Raven › samedi 4 juillet 2015 - 20:19  message privé !
avatar

Ouais.

Note donnée au disque :       
PechMayneau › samedi 4 juillet 2015 - 20:04  message privé !

J'aurai bien aimé voir le Line up avec en plus Daryl Hall et Debbie Harry, mais bon on ne peux pas faire mieux ... et le Père Fripp nous livre son chef d’œuvre, il fera d'autres albums solos par la suite, mais rien a voir avec celui ci ... La très grande classe !

Note donnée au disque :       
Thierry Marie › mardi 7 décembre 2010 - 18:27  message privé !

Voila bien le prototype de l'album surévalué. Non pas qu'il ne soit pas bon, mais il n'est ni viande ni poisson, ni chèvre ni choux. Il est tout en rupture, du quasi inaudible au tonitruant, du hard au planant, du commercial à l'expérimental, du dispensable au crucial... Le problème reste que, sur l'ensemble de l'album, jamais je n'ai l'impression d'écouter une oeuvre cohérente (à l'époque, avant le téléchargement MP3, les albums étaient des oeuvres). Alors, vous pourriez me dire que l'intention de Bob le cérébral était justement celle-là, ok, mais, pour moi,cela ne fonctionne que très moyennement.

Note donnée au disque :       
Stalker › mardi 13 juillet 2010 - 19:16  message privé !

J'ai un peu plus de mal avec celui-là... Bien sûr, il est très bon mais je m'y retrouve moins. Peut-être trop de collaborations, je ne sais pas mais même en tant que fanatique de Robert Fripp, j'accroche que moyennement. D'un point de vue technique rien à dire comme d'hab' par contre. En fait, je passe plus de temps sur le digipack (quel luxe! deux cds plus un livret superbement détaillé) que sur la musique. Après, des titres comme "breathless", "north star", "Ny3" (dont l'intro me rappelle un passage de "lark's tongues i aspic pt1"), "exposure" ou "watermusic 1 and 2" ne peuvent que me filer la trique par contre je suis un peu plus réticent sur des titres "burn me up, I'm a cigarette".

Subjectivement, un peu de mal mais objectivement un putain d'album malgré quelques petites "erreurs".

Note donnée au disque :