Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRippikoulu › Musta seremonia

Rippikoulu › Musta seremonia

cd • 6 titres • 31:39 min

  • 1Kadonneet Jumalat
  • 2Kuolematon Totuus
  • 3Ikuinen Piina
  • 4Anteeksiannon Synkkä Varjo
  • 5Pimeys Yllä Jumalan Maan
  • 6Musta Seremonia

enregistrement

Enregistré et mixé à Akaan MR-studio, Viiala, Finlande, 1993.

line up

Anssi Kartela (chant), Olli Väyrynen (guitares), Marko Henriksson (guiatres), Toni Valtanen (batterie), Janne Ruohonen (basse), Axa Mutanen (chant backing)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death/doom metal

Certains d'entre vous le savent, je viens du sud (et par tous les chemins j'y reviendrai, oui oui merci.). Et, de fait, j'aime les bons trucs du terroir. Alors non, Rippikoulu ne viennent pas de mes chères terres occitanes, mais argh, ça sent vraiment le terreau ! Un son à la fois clair et hyper underground, genre metal zone à fond qui sonne quand même, et une atmosphère gluante, rampante, lourde, étouffante. Tiens, arrêtons nous sur ce dernier mot. Car c'est clair "Musta ceremonia" c'est vraiment un truc asphyxiant. Il n'y a vraiment pas une once de lumière ici. On est en présence de vrai old school ici, c'est pas technique pour un sou, mais on sent que les finlandais présents ici ne sont pas là pour plaisanter. Compos répétitives à souhait, riffing simple avec parfois l'adjonction de leads discrètes, et notamment un batteur qui connait deux rythmiques à un tel point qu'il arrive à en sonner comme une BaR (au moins, il est en place). Et j'en viens naturellement à ce qui justifie le 5/6 plus bas : l'atmosphère DOOM de l'ensemble. Quand Rippikoulu ralentit, et ils le font souvent, c'est vraiment pour vous enterrer. Il suffit de peu, finalement, pour y parvenir : un chant doublé et hyper réverberé, des leads (le mot est fort) sombres et des petits claviers discrets qui vous font carrément sonner ce groupe initialement death comme du Thergothon ("Pymeys..." aurait tout à fait pu figurer sur "streams of heaven"). Et c'est là que le groupe excelle : cette alternance entre passages écrasants et accélérations hyper speed (on imagine aisément le batteur au bord de la tétanie). Bonjour le cliché mais j'avoue ne pas trouver comment le dire mieux sans faire dans la vieille image pourrie. Assurément un groupe qui voulait faire du sombre et qui savait s'y prendre de façon directe. Du death/doom bien de l'époque, et de très haute qualité. Trop court hélas pour recevoir une notre suprême, la faute à un guitariste qui a eu la bonne idée de mourir après cette démo. Reste cependant que le fan saura apprécier ce son d'une lourdeur gluante et ces compos linéaires et prenantes, façon Satan qui s'est gamellé dans les marais de Cthulhu. Pour spécialiste, assurément, mais ce dernier en aura clairement pour son argent.

note       Publiée le lundi 18 juillet 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Musta seremonia".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Musta seremonia".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Musta seremonia".

born to gulo › lundi 18 juillet 2011 - 19:37  message privé !

merde, on dirait que je l'avais écouté beaucoup trop vite

absinthe_frelatée › lundi 18 juillet 2011 - 17:49  message privé !

Ca fait sans hésiter partie des meilleurs du (habituellement déjà excellent) death finlandais, aux côtés de Demilich (même si pas grand chose à voir au final).

Note donnée au disque :       
Fryer › lundi 18 juillet 2011 - 16:15  message privé !

Ah oui, merci pour la découverte, du death bien souterrain comme je l'aime. A rapprocher d'un Disembowelment.