Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRArnaud Rebotini › Music Components

Arnaud Rebotini › Music Components

cd | 10 titres | 67:05 min

  • 1 The Spirit Of Boogie
  • 2 Un Cheval D'Orgueil
  • 3 1314
  • 4 Cm
  • 5 The Swamp Waltz
  • 6 Horns Of Innocence
  • 7 Conakry Filter Sweep
  • 8 777
  • 9 Decade Of Aggression
  • 10 Mnll

line up

Arnaud Rebotini (tout)

remarques

sorti en double LP chez Black Strobe

chronique

Styles
electro
techno
house
Styles personnels
capté en sortie d'alambic

Arnaud Rebotini est comme qui dirait un ponte, même si le terme n'est pas joli. A la façon d'un Weatherall et malgré un parcours aux antipodes (Rebotini a paraît-il débuté en faisant du death-metal) ce DJ français oeuvre depuis des années dans l'ombre des grands via divers projets et selon les humeurs, et pourrait sans problème avoir le statut international de star 'french touch' (j'attends encore que quelqu'un m'explique réellement ce que ça signifie, musicalement) aujourd'hui occupé par un Vitelic, mais vu que lui comme nous n'en avons rien à foutre, nous évacuerons d'emblée la chronique à base de biographie maudite-réhabilitation. Et puis je soupçonne un pourcentage non-négligeable de nos membres de déjà bien connaître l'artiste, puisque Dariev vous a causé de Black Strobe et Progmonster de Zend Avesta il y a quelques années. La musique de Music Components se suffit de toute manière très bien à elle-même, à tel point que l'emballage que vous voyez ci-dessus à droite ressemble à une profession de foi : humilité totale et fétichisme de l'instrument, pour ne pas dire dévotion, et utilisation optimale résultant en une tuerie quasi-intégrale dans le genre techno, sans autre forme de procès. Sans parler des outils de fabrication détaillés sous chaque piste qui te feraient presque croire que toi aussi, tu peux faire pareil à la maison. J'en arrive presque à supposer qu'il a été gêné de poser son nom sur la pochette... Il y aurait comme un côté samouraï chez ce mec que ça m'étonnerait pas. Oui, Rebotini aime faire ronronner son matos, pour le plaisir de l'esthétique et de la perfection, et je dois dire que ça n'a rien de désagréable vu que tout ici est fait avec un sens de la séduction que je qualifierais de chaleureusement glaçé - sous le signe du T : la Tech, évidemment. Peu ou point de cette nostalgie enfantine dans laquelle se vautrent avec de plus en plus de sans-gêne et de délectation des Zombi et consort, juste l'hommage à son genre de prédilection, à un esprit, à un son, à des machines tout simplement, et la volonté d'en extraire le suc le plus pur possible. Une épure, calcul méticuleux ou geste naturel, porté par une foi indéfectible en la divinité synthétiseur. J'imagine Rebotini fouiller dans son grenier, ressortir ces ancestrales bécanes de leurs cartons, pour voir si ça tient encore la route... Il souffle sur les claviers, branche, va enfiler un kimono, se lave les mains religieusement, et se paye une séance d'onanisme musical dangereusement contagieuse. Robustesse des structures, nettes comme du Mondrian, souples comme du Vincent Van Gogh, spontanéité des mouvements évoquant Michael Pollock, efficacité et pureté totale des mélodies, justes comme un bleu de Gérard Klein, efficience des montées en puissance, maîtrise du son (des sons en fait, figures-toi qu'y en a des graves et des aigus, et l'un comme l'autre te mettront la pâtée à volume adulte), et pas de minimalisme pour le minimalisme comme chez d'autres : les nappes de synthés sont dressées à la façon des grandes enseignes, avec élégance et sans pli, tandis que les boîtes à rythme plus implacables qu'un 6/6 de Darkstar Seven achèvent de lier la sauce. Le rush d'adrénaline survient quand il faut mais cointreau n'en faut... il y a quelque chose d'un petit peu sexuel là-dedans, forcément. A moins d'être vraiment rebutés - et non pas rebotinés - par le son d'Arnaud, par ce son tellement carré qu'il en devient rond, tellement blanc comme neige qu'il en devient anthracite, vous tomberez sous le charme de sa techno relents house, sobre, puissante et ténébreusement vintage, confectionnée avec amour et application comme la tarte aux griottes de mémé. Avec Music Components et avec désinvolture, Son Altesse Sérénissime Rebotini a simplement sorti un album de musique électronique magistral et sans âge, renvoyant tous les tourneurs de bouton prétentieux à chevelure de surfer sage dans la liste grossissante des applications Ipod foireuses. Le flegme est minéral.

note       Publiée le vendredi 17 juin 2011

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'Music Components' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Music Components"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Music Components".

ajoutez une note sur : "Music Components"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Music Components".

ajoutez un commentaire sur : "Music Components"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Music Components".

Solvant › samedi 14 janvier 2012 - 18:04  message privé !

Un grand plaisir ce disque. (Chouette chro l'oiseau.)

Note donnée au disque :       
julius_manes › dimanche 2 octobre 2011 - 11:27  message privé !

Vu hier soir en live : je partage l'avis de Wotz.
Bien, mais sans plus...

Wotzenknecht › vendredi 9 septembre 2011 - 10:57  message privé !

Je retenterai, t'inquiète, le mot que je cherchais était : c'est tautologique

Raven › vendredi 9 septembre 2011 - 10:52  message privé !
avatar

Il rentre déjà bien dans les oreilles et la tête, c'est ce que j'ai aussi retenu... l'obsession nerd de la forme suffirait pas s'il était pas aussi doué, sinon il me suffirait d'écouter des démos avec les dites machines postées sur youtube par le quidam

Wotzenknecht › vendredi 9 septembre 2011 - 10:35  message privé !

Trop techno, en fait, pour moi qui déteste toute forme de musique électronique...