Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMBarış Manço › Yeni Bir Gün

Barış Manço › Yeni Bir Gün

cd | 10 titres | 45:36 min

  • 1 Sarı Çizmeli Mehmed Ağa [4:23]
  • 2 Gesi Bağları [reprise de Ahmet Gazi Ayhan] [4:32]
  • 3 Çoban Yıldızı - Bir Selam Sana Gönül Dağlarından [8:20]
  • 4 Ne Ola? Yar Ola [5:29]
  • 5 Aynalı Kemer İnce Bele [3:06]
  • 6 2024 - İkinci Yolculuk [6:21]
  • 7 Ham Meyvayı Kopardılar Dalından - Yeni Bir Gün Doğdu Merhaba - Anlıyorsun Değil mi? [8:21]
  • 8 Ne Köy Olur Benden, Ne De Kasaba [1:36]
  • 9 Elveda Ölüm [3:03]
  • 10 Bir Kelebegin Yaşam Öyküsü [0:25]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré d'Août à Décembre 1978. Produit par Barış Manço.

line up

Barış Manço (guitare classique, sitar, guitare, glockenspiel, synthétiseurs Korg)Kılıç Danışman (piano, Rhodes), Ahmet Güvenç (basse Fender), Caner Bora (batterie), Bahadır Akkuzu (guitare Fender), Celal Güven (percussions)

Musiciens additionnels : Fuat Güner (guitare), Oktay Aldoğan (flute, saxophone tenor)

remarques

L'album est crédité à Barış Manço & Kurtalan Ekspres.

chronique

Styles
rock
progressif
pop
funk
world music
Styles personnels
spleen progressif

« Un nouveau jour » pour Barış Manço. C’est dans une Turquie en situation de crise économique et politique totale que le vénérable revient après une tentative malheureuse pour conquérir le marché anglo-saxon. Pour la première fois son groupe historique le Kurtalan Ekspres est crédité sur l’album, indiquant par là aussi le nouveau départ du titre. Mais comme Manço lui-même sur la pochette, regardant par la fenêtre avec cet air pensif et mélancolique, c’est un album inquiet et sombre qui marque cette période. Baigné dans une atmosphère cosmique en suspens, la musique de Manço se fait plus introspective, à l’image du morceau emblématique "Gesi Bağları », reprise du chanteur folk Ahmet Gazi Ayhan déjà interprétée par Selda, ici dans une version complètement lunaire, aux nappes de synthétiseurs planant par dessus les notes liquides du Rhodes de Kılıç Danışman, accentuant encore le sentiment de tristesse se dégageant de la mélodie. Ce spleen spatial qu’on retrouve dans le sinistre « Ne Ola? Yar Ola », avec ses flutes lugubres et ses claviers de jazz-fusion aussi futuristes que léthargiques, il imprègne cet album du retour qui respire la gravité. Alors que dans le même temps, Manço aspire à une direction plus pop, il ne peut s’empêcher de s’interroger sur la direction que prend le pays et ses chansons même les plus évidentes semblent sorties d’une bande-originale de film d’anticipation pessimiste, comme si un mode mineur et des refrains douloureux devaient émerger systématiquement. Malgré la sortie space-disco orientale au groove irrépressible de « Bir Selam Sana Gönül Dağlarından » (une auto-reprise de son morceau hippie "Flower of Love" de 1968 avec Kaygısızlar) qui se coule dans un afro-funk à faire bouillir les sens, introduite par une merveille de folk électrique colorié de glitchs électroniques, le genre de morceau qui sonne comme du BaBa ZuLa avec vingt-cinq ans d’avance, malgré le frénétique discoïde « Ne Köy Olur Benden, Ne De Kasaba » de la face B expédié en une petite minute et demi, la tension est palpable. Elle ressort frontalement dans les tentatives les plus prog, instrumentaux mêlant space-rock synthétique et musique du Divan avec un sens du drame exacerbé, piano classique et sonates au clair d’une lointaine lune saturnienne. Après 2023 c’est le temps de 2024, bien plus contrarié sur l’avenir de l’humanité, grosse tranche de progressif à clavier qui charge avec force clinquant, grosse basse tout devant, celle de feu Bunalım et duo-duels de synthés en myriades. Plus pour longtemps mais encore dans le ton aqueux d’un jazz-fusion seventies légèrement funky en surface façon lounge déprimante, quelques boissons mélangées le temps de voir venir. L’arrivée d’un jour nouveau qu’on salue à la sonnerie du réveil, sans trop savoir de quoi il sera vraiment fait. L'inquiétude. Barış Manço la chante en pop-prog à flutiaux et guitare qui se plaque sur du riff funk, puis c’est ritournelle en rythmique balkanique, ne cessant jamais vraiment d’être tortueux. Un jour nouveau pour un des grands créateurs de l’anadolu pop, toujours aussi remuant et excentrique, alors que les ténèbres ne vont plus tarder maintenant à s’abattre sur le pays.

note       Publiée le samedi 18 novembre 2017

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Yeni Bir Gün' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Yeni Bir Gün"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Yeni Bir Gün".

ajoutez une note sur : "Yeni Bir Gün"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Yeni Bir Gün".

ajoutez un commentaire sur : "Yeni Bir Gün"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Yeni Bir Gün".