Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDieter Müh › Tertium Organum

Dieter Müh › Tertium Organum

vinyl33t • 10 titres • 44:44 min

  • 1Enter4:29
  • 2Putrefier6:18
  • 3Just Glittering5:18
  • 4Philtre4:06
  • 5Noumenon1:16
  • 6Everything Stops3:58
  • 7Blue Circle5:10
  • 8Head Of Steam7:51
  • 9Apogee4:26
  • 10Exit1:34

line up

Steve Cammack, Dave Uden

remarques

Edition limitée à 500 copies

chronique

Dieter Müh serait plutôt du genre discret : quelques Cdr sortis ici et là sur d'obscurs labels undergrounds, quelques apparitions live très confidentielles, aucune provocation, esthétique ni manifeste particulier. Un de ces artisans du post-indus, au travail trop ignoré, talentueux mais trop sous-estimé, comme il en existe tant. Ce «Tertium Organum» est à ma connaissance leur album le plus connu, du fait même de sa sortie chez Tesco ; c'est aussi, et c'est une chance, l'une de leurs meilleures réalisations. Le groupe officie dans un registre difficilement catégorisable, une sorte de noise ambiant teinté de death industriel, à base principalement de samples retravaillés jusqu'à en brouiller l'origine, et de matériaux synthétiques. Une sorte de Nocturnal Emissions version urbaine, ou de Premature Ejaculation post-coïtum, c'est selon. Les influences du groupe sont diverses : ésotérisme, magie occulte, arts, rituels, etc. Et puisqu'on parle d'ésotérisme, c'est aux théories sur la quatrième dimension d'Ouspensky que renvoie précisément l'album. Si, pour ce coup, on ne peut faire plus explicite en terme de titre, ce sera hélas là le seul indice laissé par le duo, parce que pour le reste, il faudra se débrouiller avec ses neurones. La musique de ce «Tertium Organum» marque en effet par son informité mystérieuse, son ambiance trouble, duale, à la fois oppressante et lumineuse, comme si son langage ne pouvait être déchiffré. Il faut faire l'effort d'aller plus loin qu'une simple écoute passive : pour comprendre la réalité selon Dieter Müh, il ne faut plus se fier à son image perçue, mais à sa représentation pensée. Abandonner le phénomène au profit du noumène. C'est donc dans le noir qu'il faudra faire l'expérience de cette musique poisseuse, pour mieux laisser se faire l'osmose avec l'esprit. A cet égard, la première face est tout simplement parfaite, envoûtante et passablement anxiogène par instants. La deuxième face, qui joue dans des registres plus saturés et plus mécaniques, ne remporte pas autant mon enthousiasme, car à mon sens elle perd en ambiance ce qu'elle croit gagner en dynamisme. S'aventurer sur ces terres répétitives peut s'avérer un peu casse-gueule, et n'est pas Proiekt Hat qui veut. Cela ne m'empêchera pourtant pas de conseiller cette belle plaque, que je trouve d'ailleurs plus réussie que le «Cari Saluti» réédité sur Functional.

note       Publiée le mardi 31 mai 2011

Dans le même esprit, VL vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tertium Organum".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tertium Organum".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tertium Organum".