Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEThe Eternal Fall › The sadness

The Eternal Fall › The sadness

cd • 13 titres

  • 1Closed
  • 2I like the sound of your death
  • 3Since you aren't here
  • 4I feel up
  • 5Death come here
  • 6Beneath this moon light
  • 7Just follow my eyes
  • 8The hanged man
  • 9The sadness
  • 10I don't understand
  • 11Through your eyes
  • 12Torment
  • 13The sin of my soul

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Sol (chant, guitare, clavier), David (basse, clavier, percussions)

remarques

http://theeternalfall.awardspace.com/

chronique

Le DIY ('Do It Yourself' pour les nouveaux), ça ne marche pas que dans la scène punk. Prenez les Espagnols de The Eternal Fall, par exemple; ils se sont formés en 2002 et comptent à ce jour près de sept CDrs (sans compter les singles) entièrement autoproduits, sans passer par le moindre label. 'In sadness', le bien nommé, est leur second essai; bien que vaguement gothic rock à la base, le dépouillement glacé de sa production et la tristesse grise de ses compositions évoque volontiers quelques spectres cold wave. Travail d'un duo, la composition témoigne d'une certaine urgence d'écriture; un thème est trouvé qui va se mettre en place, tourner en s'enrichissant, le chant complétant le tout, sans respecter un quelconque schéma refrain/couplet, l'impression dégagée étant plutôt celle d'un message délivré. La voix, plaintive, est placée en avant, tandis que la musique toute en sonorités froides (claviers tristes, guitares cristallines étouffées, boîte sèche...) a pour rôle de dresser le décor sur lequel placer la trame vocale. On pourrait craindre une certaine uniformité sur la longueur mais force est d'admettre que le groupe évite plutôt bien l'obstacle. Certes, les chansons ne subissent que peu de variations mais les ambiances dégagées sont prenantes, on se laisse glisser mollement dans cette fraîcheur qui, de grise, se teinte imperceptiblement de noir et la recette fonctionne. On songe à quelque chose au croisement des Cure et de Diary of Dreams (première époque) et le parti pris du dépouillement permet contre toute attente au groupe une liberté de mouvement appréciable, variant entre lenteur et rythme, cold wave et gothic rock, la voix désespérée de Sol menant l'ensemble de manière très convaincante. Comme quoi, ce n'est pas parce que l'on travaille chez soi que l'on fournit du mauvais travail, certaines formations contemporaines telles que Atomic Neon pourraient en prendre de la graine. 4,5/6

note       Publiée le mercredi 18 mai 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The sadness".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The sadness".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The sadness".