Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZFrank Zappa › Wazoo

Frank Zappa › Wazoo

cd | 4 titres | 51:35 min

  • 1 Intro Intros [3:48]
  • 2 The Grand Wazoo (Think It Over) [21:17]
  • 3 Approximate [14:39]
  • 4 Big Swifty [11:51]

cd | 7 titres | 44:30 min

  • 1 "Ulterior Motive" [3:19]
  • The Adventures Of Greggery Peccary
  • 2 Movement I [4:51]
  • 3 Movement II [9:08]
  • 4 Movement III [12:35]
  • 5 Movement IV - The New Brown Clouds [7:36]
  • 6 Penis Dimension [3:35]
  • 7 Variant I Processional March [3:28]

enregistrement

Enregistré le 24 Septembre 72 au Boston Music Hall

line up

Tony Duran (guitare slide), Glenn Ferris (trombone et euphonium), Bruce Fowler ("trombone of the upper atmosphere"), Jim Gordon (batterie), Jerry Kessler (violoncelle électrique), Joanne Macnabb (basson), Tom "bones" Malone (trompette en si bémol et tuba), Sal Marquez (trompette en si bémol), Malcolm Macnabb (trompette en ré), Jay Migliori (flûte, saxophone ténor et autres instruments à vent), Dave Parlato (basse), Kenny Shroyer (trombone et saxhorn baryton), Ian Underwood (piano et synthétiseur), Ruth Underwood (marimba et percussions électroniques), Frank Zappa (guitare et baguette de chef d'orchestre blanche avec pommeau en liège), Mike Altshul (piccolo, clarinette basse et autres instruments à vent), Earl Dulmer (hautbois, sarrusophone contrebasse et autres instruments à vent), Ray Reed (clarinette, saxophone ténor et autres vents), Charles Owens (saxophone soprano, saxophone alto et autres vents), Tom Raney (vibraphone et percussions électroniques)

remarques

Il existe une version triple vinyle en box set contenant "Joe's Domage" en guise de 3ème vinyle, un "bootleg officiel" consacré aux répétitions de cette tournée, en formation réduite (9 musiciens, dont Aynsley Dunbar)

chronique

Styles
jazz
avant garde
ovni inclassable
Styles personnels
big band jazz

Il y en a qui ont tout compris : plutôt que de harceler virtuellement les chroniqueurs pour qu’ils parlent d’un disque, mieux vaut le leur prêter en main propre. Ah bravo, monsieur. Me voilà à remettre les mains dans le cambouis posthume de la production Zappaïenne, de laquelle je m’étais écarté, préférant déjà découvrir sa discographie de son vivant (ce qui est déjà un sacerdoce vu la quantité). Sans surprise, j’annoncerai la couleur en rappelant que ces disques posthumes, pour la majorité, s’adressent aux fans, à ceux qui connaissent déjà les jalons du moustachu – et il y en a pléthore – sur le bout des doigts. Et encore, il vaut mieux se mettre d’abord en quête des versions vinyles (trouvables et souvent différentes des cd !) avant de s’y plonger. Wazoo est une version live, 100% big band jazz, des albums Grand Wazoo et Waka/Jawaka, pour faire simpliste (Imaginary Diseases documentant, lui, la tournée du "Petit Wazoo", version réduite du même big band). Ce disque est l’enregistrement du dernier concert de la tournée de 72, soit le retour sur scène du compositeur après son célèbre accident de 71 (qui en aurait dissuadé beaucoup de retourner sur les planches, au passage). Zappa a monté un énorme big band, truffé de cuivres ronflants, totalement anachronique pour 72 malgré quelques relents Soft Machiniens vite réprimés sous un boucan qui se veut la charge d’une armée musicale (voir le concept "Grand Wazoo"). Les musiciens – dont Tom Malone, futur Blues Brother - aux prises avec des partitions d’une complexité aberrante, jouent donc des versions très swing de Grand Wazoo et Big Swifty, ainsi que, surprise, deux extraits du futur Läther de 76 ! Variant I Processional March est en effet Regyptian Strut en version brut de fonderie. Globalement, ce concert est assez difficile d’accès, recelant quelques fulgurances (surtout dans Approximate) et quelques solos bien sentis, mais le son forcément approximatif – une telle formation étant hors norme – donne tout de même un très léger aspect bootleg à l’ensemble, malgré la superbe pochette Daliesque. La version de Greggery Peccary (10 minutes plus longue que la version finale, créée en 76 !), entièrement instrumentale, n’a pas encore la profusion de mini-mélodies et de voix cartoonesques qui fera toute sa singularité 4 ans plus tard sur Läther. Si le découpage en mouvements, et surtout, le texte intégral de cette "opérette" dans le livret auront un intérêt pour les exégètes, il faut bien reconnaître que cette partition a été écrite pour des voix et se prête mal au big band. Zappa ayant des moyens limités, il ne pouvait prévoir ce que donnerait la pièce avant de faire effectivement jouer les partitions aux musiciens. Un bon exemple de sa démarche consistant à expérimenter au sein même des concerts. Ici, c’est un relatif échec, malgré des solos et une continuité différents de la version finale, et d’un surprenant boléro intégré au 2ème mouvement qui disparaîtra par la suite… Pas encore de citation du Chameleon de Herbie Hancock, par contre, puisqu'il ne sortira que l'année suivante (73). En revanche, Approximate est une réussite. Zappa explique patiemment au public qu’il s’agit d’une partition où seules les indications rythmiques sont notées, la hauteur des notes étant laissé au bon vouloir de l’impro de l’orchestre. Le résultat est bluffant, et démontre que Zappa était bien à la pointe de l’avant-garde. À ne pas écouter avant de connaître les albums 70’s du monsieur, quand-même, sous peine d’être rebuté…

note       Publiée le mardi 10 mai 2011

partagez 'Wazoo' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Wazoo"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Wazoo".

ajoutez une note sur : "Wazoo"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wazoo".

ajoutez un commentaire sur : "Wazoo"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wazoo".

kranakov › jeudi 7 mars 2013 - 17:13  message privé !

Une vraie perle, ce double CD. Il donne à entendre combien cette période charnière de la vie de Zappa a été essentielle et constitue certainement un des (nombreux, divers et inestimables) sommets de sa carrière.

Ce HOT RATS BAND enregistré lors de l'ultime date de son unique tournée apporte une énième preuve des talents du bonhomme. "The Grand Wazoo" est tellement en place qu'on en a la mâchoire qui se décroche, "Approximate" est une réelle découverte pour moi qui ai toujours considérer comme un rien désuètes les idées de Zappa quant à la composition (surtout rapportées aux dodécaphoniques, spectralistes, minimalistes et autres indéterminations musicales).

Quant à "The Adventures Of Greggery Peccary", je suis en admiration devant cette version instrumentale. Si l'écriture de Zappa saura la transcender quelques mois plus tard, la pièce livre ici quelques unes des clés essentielles à l'appréciation de son oeuvre.

J'en viens presque à me demander si cet "album" ne constitue pas un morceau de choix pour rentrer dans la discographie de FZ...

Note donnée au disque :       
Alliage › mercredi 11 mai 2011 - 05:54  message privé !

Merci à toi trognz !

dariev stands › mardi 10 mai 2011 - 23:25  message privé !
avatar

Le DVD de Roxy & Elsewhere, par exemple... et bcp de dvds de concerts en général. De même qu'une compil exhaustive de tous les "clips" en pate à modeler par Bruce Bickford serait franchement souhaitable.

trognz › mardi 10 mai 2011 - 23:18  message privé !

Merci pour la chronique! +1 quand même car malgré l'inégalité du son (coupable en partie de son aspect bootleg), je me suis réjoui de découvrir de nouvelles versions de Grand Wazoo et d'Approximate: quels délices! Certainement pas un must-have d'emblée, mais définitivement digne d'intérêt pour tout Zappaphile "blasé". Non je déconne, en fait c'est pas possible :) Finalement, cette sortie me fait aussi un peu rêver: qui sait ce qu'il reste comme friandises cachées dans la vault?

Alliage › mardi 10 mai 2011 - 20:07  message privé !

J'me sens visé, et c'est vraiment trop injuste ! ( :) niais )