Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBizarre Uproar › Lily The Flesh

Bizarre Uproar › Lily The Flesh

k7 • 3 titres • 41:38 min

  • 1Kiitos Jeesus11:42
  • 2Iiris11:17
  • 3Shit Is Beautiful/Golden Shower/Lihansyönti19:28

line up

Pasi Markkula

remarques

chronique

Pasi Markkula est ce qu'on peut appeler un fin poète. Avec un sens inné du titrage (Lily-la-viande, ça a quand même plus de gueule que Lily-je-t'aime), c'est à une nouvelle séance de déviance qu'il nous convie en toute cordialité. Ça démarre par « Kiitos Jeesus », dont la thématique reste encore assez obscure pour moi. Musicalement, il s'agit d'un collage réunissant dialogues d'un film dont je ne suis parvenu à détecter l'origine, piano mélancolique, plaintes féminines et bulldozer analogique à la Brighter Death Now. Techniquement très sommaire, sans structure aucune, le morceau ne doit son maigre intérêt qu'à la tension dramatique amenée par les dialogues évoquant quelque rapport de force, vraisemblablement inscrit dans une relation sado-masochiste. Comme entrée en matière, j'ai connu plus enthousiasmant. Puis vient « Iiris », genre de drone relativement bruyant, loin d'être insoutenable pour autant, presque mélodique par moments, d'une esthétique hypnotique que je trouve plutôt réussie. Une dynamique qui fonctionne bien, jusqu'à ce qu'elle soit perturbée à partir de la cinquième minute par des pleurs et des râles féminins. Une hystérie démonstrative toute dispensable venant inutilement gâcher la beauté hypnotique, voilà qui est frustrant ; était-ce le but recherché ? Allez savoir, avec Pasi tout est possible. Enfin, le morceau de résistance démarre par la séquence « Shit Is Beautiful », programme dont je vous laisse imaginer toute la subtile saveur, en tout cas très old-school musicalement, rappelant par certains aspects The Grey Wolves : noise lo-fi, trames mécaniques et grinçantes, modulations, déferlements de bruit blanc, tape voices, etc. La séquence suivante, « Golden Shower », accentue vicieusement les modulations jusqu'au paroxysme, entre lesquelles vient se glisser le chant hurlé de Pasi, au comble de la fureur. Le genre de piste à t'aliéner le cerveau à haut volume. C'est enfin par un « Lihansyönti » proche du « Buchenwald » de Whitehouse que Pasi finit de nous laminer les oreilles et les neurones. Au final, une cassette moyenne, dont la qualité va crescendo, et qui n'a finalement d'intérêt que pour sa structure progressive et sa relative variété.

note       Publiée le dimanche 8 mai 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lily The Flesh".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lily The Flesh".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lily The Flesh".

Klarinetthor › jeudi 31 octobre 2013 - 01:57  message privé !

encore le finlandais à la semence sulfureuse? On va encore être forcé d'ouvrir le ventre de la crypte à la machette.

Horn Abboth › jeudi 31 octobre 2013 - 01:50  message privé !

chuis en train de visionner des live de ce mec sur YT. Il est complètement cramé lui, ainsi que tous les mecs qu'il produit sur son label.

Wotzenknecht › vendredi 13 septembre 2013 - 01:15  message privé !
avatar

Enfin pu voir Bizarre Uproar en live, qui nous présentait - avec vidéo scato à l'appui - sa nouvelle oeuvre intitulée Kusi Paska Veri (pisse merde sang). Autant le mec a une dégaine et une attitude sur scène qui en jette, autant au niveau du son c'était franchement bateau...