Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCathedral (G-B) › In memorium

Cathedral (G-B) › In memorium

cd • 4 titres • 29:11 min

  • 1Mourning of a new day8:02
  • 2All your sins5:56
  • 3Ebony tears8:10
  • 4March7:00

enregistrement

Enregistré du 6 au 8 octobre 1990 aux Rhythm studios. Produit par Cathedral. Ingénieur : Paul Johnson.

line up

Lee Dorrian (vocaux), Mark Griffiths (basse), Garry Jennings (guitares), Adam Lehan (guitares), Ben Mochrie (batterie)

remarques

A été réédité sous le titre "In Memoriam" (avec bonus live)

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
Styles personnels
mourning of a new doom

... et Cathedral plongea le doom dans les abysses. Une petite démo autoproduite et autodistribuée qui permit au groupe de se faire signer par Earache. "In Memorium" est un véritable petit manifeste. La lenteur, la lourdeur, la noirceur, funèbre et incantatoire, tout ce qui depuis Black Sabbath avait peu à peu constitué la musique Doom, Cathedral va le pousser à son maximum, enfonçant le doom metal dans les profondeurs les plus insondables et les plus torturées. Pour l'instant il n'est pas vraiment question de psychédélisme ni de vibrations cosmiques; Dorrian dégueule des vocalises caverneuses au déroulement difficile, entre éthylisme et monstruosité, tandis que les guitares vont chercher les accords les plus lourds les uns après les autres, les harmonies les plus crasseuses et vagissantes. La batterie est moribonde. Cathedral déroule de longues processions pesantes et douloureuses, traversées de soli sordides, beaux, de poussées harmoniques mystiques et sépulcrales, et de la voix déjà possédée de Lee Dorrian qui racle le fond des cavernes les plus glauques pour venir nous en pleurer les litanies horribles. Un véritable manifeste; dès la première seconde de "Mourning of a new day", on est dans l'inconnu. La batterie, plate et seule, démarre dans le silence son rythme binaire (voire primaire) lobotomique, à la vitesse du plus absolu désespoir: c'est la colonne vertébrale de ce nouveau doom. Puis arrive un épouvantable accord de guitares, d'une lourdeur et d'une profondeur sans appel, juste plaqué sur le temps et laissé à se répandre comme du goudron sur toutes les longues secondes à venir. C'est la chair, putréfiée, noircie, de ce nouveau doom. Enfin entre le cri, le râle, le réveil de la bête: c'est l'esprit, malade, de ce nouveau doom. "Mourning of a new day", c'est le modèle de tout le funeral doom à venir, une application rigoureuse et exhaustive du vocabulaire épuré de cette nouvelle musique qui sort des caves de l'Angleterre. Il y a le marteau du destin dans les mains du batteur qui avance si lentement qu'on ne peux que prier pour qu'il s'arrête. Il y a le pilonnage mid tempo à coup d'accords de plombs, il y a les élévations mélodiques et mystiques des leads et des soli qui finissent de dévoiler la nature fondamentalement incantatoire de cette musique. Car le doom est affaire de transe. Avec Cathedral, ce n'est plus la transe des sorciers, des hérétiques ou des croyants; c'est la transe des morts. Devenu accessible en 1994 par une édition officielle de Rough Trade records, 3 ans après "Forest of equilibrium", "In Memorium" désormais ne vaut réellement que pour ce premier morceau d'anthologie. La reprise de Pentagram a le mérite de procéder à une dissection trompeuse de la musique de Cathedral : c'est la même chose qu'avant, en plus lent. Quant à "Ebony tears" et "March", l'une souffre de la comparaison avec la version plus aboutie de "forest", l'autre de n'être tout simplement pas géniale, un peu caricaturale, et passant à côté de sa propre ambiance. Je suppose néanmoins qu'écoutée à l'époque par les gars d'Earache Records, ça a dû faire son petit effet. Blue cheer, Black sabbath, Candlemass... non, Cathedral ne venait pas vraiment d'inventer le doom... juste le dooooom!

note       Publiée le jeudi 28 avril 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In memorium".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In memorium".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In memorium".

torquemada › jeudi 28 avril 2011 - 21:29  message privé !

Quel retour !

Stéphane › jeudi 28 avril 2011 - 18:09  message privé !
avatar

...et Tigrou se remit à chroniquer. Yeah !