Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMisanthrope › Sadistic sex daemon

Misanthrope › Sadistic sex daemon

cd | 11 titres | 50:33 min

  • 1 Révisionniste [5:33]
  • 2 Sadistic sex daemon [4:21]
  • 3 La marche des cornus [6:41]
  • 4 Armageddon à l'Elysée [4:34]
  • 5 Conversation métapsychique [5:28]
  • 6 Grand démonologue [4:46]
  • 7 L'extinction d'une étoile [5:07]
  • 8 Bonaparte [4:09]
  • 9 Sans complaisance [4:44]
  • 10 Le dernier répond [0:12]
  • 11 Romantisme noir [4:50]

line up

S.A.S de l'Argilière (chant), Anthony Scemama (guitare), Jean-Jacques Moréac (basse et claviers), Gaël Féret (batterie), Jean-Baptiste Boitel (samples)

remarques

Il existe une version collector de cet album, avec un CD supplémentaire.

chronique

Misanthrope continue une carrière plutôt brillante, quoi que l’on pense de ce groupe. Petit changement à signaler d’ores et déjà par rapport au précédent opus : le changement de line up. Exit en effet les guitaristes Jean-Baptiste Boitel qui préfère se consacrer aux samples et Frantz-Xavier Boscher, tout cela au profit d’un certain Antony Scemama. Exit aussi le batteur Alexis Phélipot, Misanthrope est désormais un quartet. Pour autant, cela n’implique guère de changement dans le style du groupe. Étrange album que celui-là en tout cas, "Sadistic sex daemon" aurait tout aussi bien pu s’appeler "Fifty-fifty" vu son agencement. Premiers 50% de l’album : des morceaux heavy-death tout ce qu’il y a de plus banal comme "sadistic sex daemon" ou "armageddon à l’Élysée". On trouve même dans ces morceaux banals de simples chansons death/black qui blastent à tout va comme "grand démonologue’’. Est-ce une volonté consciente ? ces morceaux banaux sont les morceaux pairs. Quant aux morceaux impairs - les 50% restants - ce sont des chansons dans la veine de "misanthrope immortel" ou "les empereurs du néant", autrement dit des morceaux plutôt mid-tempo, avec de grandes nappes de claviers comme sur "la marche des cornus", le grand moment de l’album (NDLA : il faut dire que j’ai une relation particulière avec ce morceau), comme l’engagé "révisionniste" avec sa rythmique au carillon, ou encore comme "conversation métapsychique". Voilà donc un album très contrasté : loin d’être mauvais, appréciable même, mais aussi un album de plus dans la carrière de Misanthrope, sans plus.

note       Publiée le mercredi 27 avril 2011

partagez 'Sadistic sex daemon' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sadistic sex daemon"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sadistic sex daemon".

ajoutez une note sur : "Sadistic sex daemon"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sadistic sex daemon".

ajoutez un commentaire sur : "Sadistic sex daemon"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sadistic sex daemon".

Darkstar Seven › dimanche 8 mai 2011 - 19:45  message privé !
avatar

Je l'adopte.

lolokth › dimanche 8 mai 2011 - 17:27  message privé !

Depuis le temps que je suis les com sur Misanthrope, ça doit être un des seuls qui reflètent ce que je pense aussi. C'est dingue y a toujours un tas de chieurs dès que les groupes chantent en frenchie, alors que de l'anglais approximatif aux paroles de merde ou du yaourt ne posent aucun problème. J'ai un terme pour désigner les râleurs dans ce genre "pisse froid".

Darkstar Seven › dimanche 8 mai 2011 - 13:53  message privé !
avatar

C'est officiel : Aiwass, t'es mon pote.

born to gulo › dimanche 8 mai 2011 - 12:47  message privé !

j'ai pas écouté misanthrope mais word

Aiwass › dimanche 8 mai 2011 - 12:02  message privé !

Si on s'amusait à traduire les 3 quarts des titres sur les albums sérieux de black, sympho ou pas, de death, gore ou pas, ils seraient tout aussi grotesques voire plus, là tout de suite sans la barrière de la langue se créé une proximité, une intimité avec le ridicule, enfin ça a déjà été dit sur tellement d'autres disques du genre... grâce au français Misanthrope nous renvoie à la gueule de la façon la plus limpide tout le ridicule que peuvent avoir les métalleux dans leurs concepts grandiloquents - leur sincérité et leur confiance en eux les honorent. Quant au sérieux de l'affaire, même toppo, je crois pas que Cannibal soit moins conscient de son grotesque (drole d'idée d'avoir sorti CC de sa boite quand même), peut être avec l'actuel grogneur là, le gros nerd fan de WOW super jovial et plein d'autodérision, mais Barnes... chez SAS de l'Argilière je vois plutot un hardos vulgaire fétichiste du rococo et des froufrous complètement à l'ouest, dans l'esprit d'un Rob Halford fétichiste du cuir et des motos, voire d'un Johnny (après tout restons dans le terroir), très bon enfant