Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMisanthrope › Sadistic sex daemon

Misanthrope › Sadistic sex daemon

cd • 11 titres • 50:33 min

  • 1Révisionniste5:33
  • 2Sadistic sex daemon4:21
  • 3La marche des cornus6:41
  • 4Armageddon à l'Elysée4:34
  • 5Conversation métapsychique5:28
  • 6Grand démonologue4:46
  • 7L'extinction d'une étoile5:07
  • 8Bonaparte4:09
  • 9Sans complaisance4:44
  • 10Le dernier répond0:12
  • 11Romantisme noir4:50

line up

S.A.S de l'Argilière (chant), Anthony Scemama (guitare), Jean-Jacques Moréac (basse et claviers), Gaël Féret (batterie), Jean-Baptiste Boitel (samples)

remarques

Il existe une version collector de cet album, avec un CD supplémentaire.

chronique

Misanthrope continue une carrière plutôt brillante, quoi que l’on pense de ce groupe. Petit changement à signaler d’ores et déjà par rapport au précédent opus : le changement de line up. Exit en effet les guitaristes Jean-Baptiste Boitel qui préfère se consacrer aux samples et Frantz-Xavier Boscher, tout cela au profit d’un certain Antony Scemama. Exit aussi le batteur Alexis Phélipot, Misanthrope est désormais un quartet. Pour autant, cela n’implique guère de changement dans le style du groupe. Étrange album que celui-là en tout cas, "Sadistic sex daemon" aurait tout aussi bien pu s’appeler "Fifty-fifty" vu son agencement. Premiers 50% de l’album : des morceaux heavy-death tout ce qu’il y a de plus banal comme "sadistic sex daemon" ou "armageddon à l’Élysée". On trouve même dans ces morceaux banals de simples chansons death/black qui blastent à tout va comme "grand démonologue’’. Est-ce une volonté consciente ? ces morceaux banaux sont les morceaux pairs. Quant aux morceaux impairs - les 50% restants - ce sont des chansons dans la veine de "misanthrope immortel" ou "les empereurs du néant", autrement dit des morceaux plutôt mid-tempo, avec de grandes nappes de claviers comme sur "la marche des cornus", le grand moment de l’album (NDLA : il faut dire que j’ai une relation particulière avec ce morceau), comme l’engagé "révisionniste" avec sa rythmique au carillon, ou encore comme "conversation métapsychique". Voilà donc un album très contrasté : loin d’être mauvais, appréciable même, mais aussi un album de plus dans la carrière de Misanthrope, sans plus.

note       Publiée le mercredi 27 avril 2011

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Sadistic sex daemon" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Sadistic sex daemon".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Sadistic sex daemon".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Sadistic sex daemon".

stickgrozeil Envoyez un message privé àstickgrozeil

L'album qui m'a fait temporairement décrocher du groupe, principalement à cause de ces vocaux ultra-forcés. Pourtant, ça joue terrible derrière, les riffs ne plaisantent pas et les structures sont efficaces et recherchées. Au final, un album plutôt bon, mais qui ne rivalise pas avec Libertine Humiliations.

Note donnée au disque :       
Darkstar Seven Envoyez un message privé àDarkstar Seven
avatar

Je l'adopte.

lolokth Envoyez un message privé àlolokth

Depuis le temps que je suis les com sur Misanthrope, ça doit être un des seuls qui reflètent ce que je pense aussi. C'est dingue y a toujours un tas de chieurs dès que les groupes chantent en frenchie, alors que de l'anglais approximatif aux paroles de merde ou du yaourt ne posent aucun problème. J'ai un terme pour désigner les râleurs dans ce genre "pisse froid".

Darkstar Seven Envoyez un message privé àDarkstar Seven
avatar

C'est officiel : Aiwass, t'es mon pote.

born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

j'ai pas écouté misanthrope mais word