Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLiars › Sisterworld

Liars › Sisterworld

cd • 11 titres • 42:11 min

  • 1Scissor
  • 2No Barrier Fun
  • 3Here Comes All The People
  • 4Drip
  • 5Scarecrows On A Killer Slant
  • 6I Still Can See An Outside World
  • 7Proud Evolution
  • 8Drop Dead
  • 9The Overachievers
  • 10Goodnight Everything
  • 11Too Much, Too Much

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Produit par Liars et Tbiller - Masterisé par Tbiller

line up

Aaron Hemphill, Angus Andrew, Julian Gross

remarques

Artwork par Brian Roettinger [Hand Held Heart]

chronique

Styles
rock
indie rock
Styles personnels
aveunh-ghhaaahhhrrrdhhe, diouuuuuude

Depuis que je ne vis plus dans cette riante région qu’est le sud-est de la France (paix à son âme), je vois plus de concerts qu’il ne m’est possible d’en chroniquer ici. Par exemple, en novembre, vous avez failli avoir droit à mon live-report du plus gros concert qu’ait acceuilli le Grrrd Zero de Lyon (salle hyperactive et extrêmement bénéfique pour la vie culturelle de la ville). L’intitulé aurait précisément donné ça : Liars + Action Beat + John Wiese + Cheap Time - Grrrnd Zero Vaise, Lyon (69) - 02/11/10. Ce concert des Liars était symptomatique de la fin des années 2000, et d’une certaine manière, du début de la décennie qui commence à peine. Jugez plutôt : un groupe de punk un peu 70’s français dont le nom suffit à la description, un groupe de noise-rock foufou Anglais, suivi de John Wiese, bon apôtre de la noise pure et dure, au set court mais incroyablement sensoriel et évocateur (d’un cataclysme), suivi des Liars, groupe rock arty new-yorkais inclassable donc, et enfin de Oddatee, rappeur ivre et survolté, haranguant la foule et profondément rigolo dans son egotrip à l’ancienne. Aucune cohérence stylistique, mais plus personne pour s’en offusquer, à l’heure du zappage interactif, de la frénésie de découverte, et de la grande confusion des genres. Et les Liars sont le groupe parfait pour symboliser cette période que nous traversons : pas la moindre adhésion à une esthétique, aucun look, aucune "scène", rien. Et comme si cela faisait partie intégrante de la révolution internet et de l’éclatement des styles et des chapelles : aucune saveur. Sisterworld, leur dernier méfait, semble avoir été torché en une après-midi de studio en se grattant les couilles. Ah oui, la production est très riche, meilleure que sur leur précédent album. Mais un grattage de couille, même conduit par Pierre Boulez, reste un grattage de couilles. On sauvera du bateau (c’est le cas de le dire, et vous allez comprendre pourquoi) le très TV on the Radio Scissor et son clip génial, et plus généralement parlant les 3 premiers titres, No Barrier Fun et son trip-hop urbain rappelant le précédent disque, plus inspiré, et le break remontant à la surface de Here comes all the people. Le reste est chiant comme la pluie, à l’image de ce Drip, qui comme son nom pourrait judicieusement l’indiquer, évoque la pluie qui goutte, paresseusement, comme la voix d’Angus, en mode loque-humaine dont la cafetière est en rade. La palme de l’insupportable branlette revient à I can still see an outside world, qui donne simplement envie de jeter un verre d’eau à la face du mec pour le réveiller, ou encore aux uptempos tout simplement affligeants de nullité que sont Overachievers, Scarecrow et Proud Evolution, ou comment gâcher des dollars en surproduction sur un pastiche de Radiohead monotone et sous-composé. Les Liars ont l’air de s’en battre les couilles. C’est à la mode. Les Liars ont un gros son qui impressionne, de gros moyens, sur scène, disque et clip. "Des muscles, et pour rien". Les Liars sont un groupe original (ou du moins qui essaie de l’être), mais nul. Si leur chanteur décide d’arrêter de bailler au micro, ils deviendront un groupe d’électro riche en matos de plus. Tout en restant chiants, bien sûr. Il ne faudrait pas risquer de parti-pris, tout de même.

note       Publiée le jeudi 31 mars 2011

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sisterworld".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sisterworld".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sisterworld".

E. Jumbo › lundi 5 novembre 2012 - 12:53 Envoyez un message privé àE. Jumbo

Pas mal du tout leur dernier album oui, c'est Kid A sous perfusion de minimal wave, le single "No.1 Against the Rush" est magnifique.

Ignus › mardi 30 octobre 2012 - 00:01 Envoyez un message privé àIgnus

Je découvre Liars par le petit dernier WIXIW. Alors OK c'est du Radiohead sous prozac estampillé plusartyquemoitumeurs. C'est sûr que la désinvolture peut faire grincer des dents. N'empêche, n'empêche. Mes oreilles s'en foutent de savoir si c'est de la musique pour affreux hipster à bonnet. Elles prennent leur pied, point barre. Et tant pis si c'est hype.

Copacab › vendredi 1 avril 2011 - 09:44 Envoyez un message privé àCopacab

Bah j'y étais à ce concert justement, et j'ai trouvé ça énormissime. J'y ai vu plus qu'un groupe simplement arty et prétentieux, ils dégageaient une noirceur assez hallucinante. Pas eu la curiosité de jeter une oreille à l'album par contre, mais le 1/6 me surprend carrément

Crépuscule › vendredi 1 avril 2011 - 06:15 Envoyez un message privé àCrépuscule

Je suis pas d'accord

Note donnée au disque :