Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNokturnal Mortum › The voice of steel

Nokturnal Mortum › The voice of steel

cd | 8 titres | 69:41 min

  • 1 Intro [03:05]
  • 2 Voice of Steel [09:54]
  • 3 Valkyrie [10:47]
  • 4 Ukraine [08:24]
  • 5 My Dream Islands [11:47]
  • 6 By Path of the Sun [09:06]
  • 7 Sky of Saddened Nights [04:50]
  • 8 White Tower [11:48]

enregistrement

Enregistré au OSF studio, Kharkiv, Ukraine, entre 2006 et 2009.

line up

Astargh (guitare, chant), Knjaz Varggoth (chant, guitare), Vrolok (basse), Saturious (claviers, instruments folks), Bairoth (batterie)

Musiciens additionnels : Odalv (batterie sur "My Dream Islands" et "By Path of the Sun"), Alzeth (guitare sur "By Path of the Sun"), W. Angel (claviers, chant clair), Wortherax (lead guitare sur "My Dream Islands"), Sergey Kondratiev (lead guitare sur "Valkyrie" et guitare acoustique sur "Sky of Saddened Nights"), Alafern (violons)

remarques

Il est important de préciser que quoi que les chroniques puissent dire de positif sur le groupe et sa musique, elles ne veulent en rien cautionner les idées politiques prônées par le groupe, et son leader Varggoth en particulier.

chronique

Styles
folk
metal extrême
black metal
Styles personnels
black symphonique et magique

Avec "The voice of steel", on sent que Nokturnal Mortum n'a pas fini de nous faire rêver. Si depuis "Nechrist", la musique du groupe était clairement ancrée dans du metal païen où les flûtes, percussions et autres violons étaient prédominants, avec ce dernier album en date, les Ukrainiens reviennent un peu plus à leurs racines. Car ici, ce sont bien les guitares et claviers qui reprennent le dessus, à tel point que j'ai parfois l'impression de réentendre "Lunar Poetry". Pour mon plus grand plaisir, ils ne se sont pas enfermés dans la facilité qu'aurait constitué une répétition à l'infini des pourtant très efficaces "The taste of victory" et "Weltanschauung". Dans le fond ça n'aurait pas été déplaisant, loin de là, mais nous surprendre en réintégrant des éléments qu'on pensait ne jamais entendre à nouveau de leur part, c'est une prise de risque que j'apprécie. Ce qui est également rassurant, c'est que le groupe sait où il veut en venir avec ce retour aux sources. Il ne s'agit pas d'une lubie passagère ou d'une nostalgie éplorée, mais bien d'un travail poussé qui permet d'accoucher de compositions encore une fois totalement géniales. Ca faisait d'ailleurs bien longtemps que dans le genre black sympho (ce que cet album est majoritairement) je n'avais pas été ébloui, Nokturnal Mortum y sera parvenu. Alors nuançons tout de même mes propos au sujet de ce retour aux sources. Parce que l'ouverture de l'album est quand même foutrement identique au pagan metal des années récentes. L'intro reprend les mêmes cors de guerre que "Nechrist" et "Weltanschauung" et le premier vrai titre "Voice of steel" est totalement dans l'esprit flûte, tambourin et violon avec les guitares en arrière plan. Le titre est jouissif, comme ceux de "Welten", mais si on avait eu droit à un nouvel album entièrement de ce cru là, peut-être qu'une forme de lassitude n'aurait pas tardé à pointer le bout de son nez. Sauf que dès "Valkyrie", on met les pieds dans un univers totalement différent. Une musique qui invite au voyage et au rêve, où l'esprit s'envole vers les étoiles sans jamais que le soleil ne vienne nous brûler les ailes. Exit la lumière, loin, très loin de nous. La nuit est tombée, les corps sont fatigués et les astres dans le ciel nous appellent. Tout autour les feux de joie se sont éteints à leur tour rendant à la forêt tous ses mystères, tandis que l'hiver reprend également ses droits. Surprenant pour du Nokturnal Mortum en 2009. "Valkyrie" est tout simplement énorme. Les guitares sont magnifiques, on y découvre des solos tout en douceur comme on n'aurait jamais pensé les voir nous en sortir. Quant aux claviers ils sont tellement bien travaillés que c'en est difficile de décrocher et leur mélodie reste un bon moment en tête. Malgré ses 11 minutes, ce titre passe à une vitesse ahurissante, et quand je dis que ça a pris possession de toute mon attention et que j'avais des étoiles dans les yeux, je ne rigole pas. Ca invite vraiment au rêve. "By path of the sun", le très acoustique "Sky of saddened night" et surtout "Ukraine" remettent quelque peu les pieds sur terre avec des passages bien folk à base de violon et flûte, comme si quelques hommes se refusaient à succomber aux charmes de la nuit, charmes auxquels ils céderont pourtant rapidement dès les premiers assauts de guitares. Même sur ces titres aux relents folks encore vivaces, les guitares prennent plus de place notamment grâce à des solos assez incroyables pour du Nokturnal Mortum. Vous pourriez me trouver incohérent entre mon enthousiasme pour cette nouveauté de la part des Ukrainiens alors même que j'avais vomi sur cette intégration pour Watain. Sauf que là où je trouve que les Suédois en ont fait des tonnes, maquillant leur musique telle une fille de joie à 20 euros la pipe au bois de Boulogne (si, si, ça me donne ce sentiment), je suis totalement conquis par le travail des Ukrainiens dont les solos ne cherchent pas à nous en foutre plein la vue, mais qui en imposent simplement par l'efficacité de leur mélodie. Simple, efficace et naturel, voilà ce que j'aime. Et toute la magie se situe d'ailleurs ici, ces solos de grattes posent une atmosphère démente, d'un morceau à l'autre sans jamais faiblir un instant. Et quand ce ne sont pas eux qui viennent mettre leur grain de sel, ce sont les claviers qui débarquent pour maintenir à chaque instant la pression. Le couple qu'ils forment est extrêmement travaillé en une osmose parfaite, un dialogue permanent et cohérent. Ceci dit, la musique se calme parfois, elle n'est d'ailleurs que rarement frénétique. On a quelques passages rapides à la "Nechrist", mais le mid tempo est plutôt de mise, et quand ça ralentit encore, l'atmosphère s'installe d'autant plus. Clou du spectacle, "White tower", un titre tout en ambiance qui résume parfaitement mon ressenti. Il y a là de la magie, du rêve, c'est majestueux et triste à la fois. Imparable. Je ne pensais plus pouvoir être surpris par Varggoth, il aura encore su me faire mentir. Et pour ça, je le remercie.

note       Publiée le mardi 29 mars 2011

partagez 'The voice of steel' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The voice of steel"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The voice of steel".

ajoutez une note sur : "The voice of steel"

Note moyenne :        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The voice of steel".

ajoutez un commentaire sur : "The voice of steel"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The voice of steel".

Demonaz Vikernes › mardi 8 décembre 2015 - 10:14  message privé !

Le clou de la discographie de Nokturnal Mortum, rare sont les groups à évoluer constament et pour arriver à un tel nniveau. Quelqu'un a comparé le remaster de 2015 pour voir ce qu'il vaut ?

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › vendredi 18 octobre 2013 - 20:12  message privé !

A la réécoute j'ai trouvé Nechrist grotesque et ennuyant, et carrément excessif, alors que celui-ci ne lésine pas non plus sur l'empilage sonore, mais le fait tout simplement mieux et plus intelligemment.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › vendredi 18 octobre 2013 - 19:20  message privé !

Ach non, NeChrist a haut volume c'est atroce. Et à bas volume ben...c'est trop bas... Prod pourrave ce NeChrist en fait ! Perso je n'ai pas retrouvé le génie de cet album dans le reste de leur disco. Mais c'est jamais mauvais pour autant !

Note donnée au disque :       
Fryer › vendredi 18 octobre 2013 - 19:15  message privé !

Surtout Goat Horns (pas au casque) et Nechrist (à très fort volume).

Note donnée au disque :       
Seijitsu › vendredi 18 octobre 2013 - 17:56  message privé !

Il va falloir que j'écoute ça.

Note donnée au disque :