Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJohn Zorn › Xu Feng

John Zorn › Xu Feng

  • 2000 - Tzadik, TZ 7329 (1 cd)

cd | 11 titres | 74:34 min

  • 1 The Valiant Ones [10:13]
  • 2 The Fate of Lee Khan [08:57]
  • 3 Legend of the Mountain [04:01]
  • 4 The Assassins [02:32]
  • 5 Dragon Gate Inn [05:26]
  • 6 The Beauty of Yang Hui-chen [10:43]
  • 7 Trouble at Spring Inn [06:25]
  • 8 Hidden Fortress [07:50]
  • 9 Hsia Nü [07:34]
  • 10 Raining in the Mountains [05:32]
  • 11 A Touch of Zen [04:11]

enregistrement

Different fur, San Francisco, USA, 28 mai 2000. Orchestré par John Zorn.

line up

Fred Frith (guitares), Dave Lombardo (batterie, percussions), David Slusser (claviers), William Winant (batterie, percussions), John Schott (guitares)

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
percussions

Ecrite en 1985 juste après le célèbre "Cobra" (d'ailleurs récemment réédité chez Tzadik), cette longue pièce de John Zorn est inspirée par l'actrice asiatique Xu Feng qui s'était fait une spécialité des films de Kung fu. La pièce "Xu Feng" est composée pour six musiciens : deux batteurs, deux guitaristes et deux claviéristes. Elle peut également être jouée par six batteurs (!). Sur cet enregistrement du 28 mai 2000, c'est la première solution qui a été retenue. Zorn est donc allé puiser dans la longue liste de ces collaborateurs (de plus ou moins longue date), et nous a ramené ici pas moins que Fred Frith à la guitare, William Winant à la batterie, ou encore, tenez vous bien... Dave Lombardo, le vrai, l'unique, celui de Slayer et de Fantomas à la batterie. Le résultat final, orchestré par Zorn est assez étrange, très touffu, par moment à la limite du bruitisme, par moment du calme le plus limpide. L'oeuvre s'avère de prime abord particulièrement difficile à cerner en raison de sa densité et surtout d'une difficulté d'écoute assez déconcertante quand tous les musiciens opèrent ensembles. Et il faut de (très) nombreuses rotations du disque dans la platine pour parvenir enfin à tirer quelque chose d'intéressant de ce chaos orchestré et atypique où les percussions reignent en maitres. Du Zorn sans Zorn, mais bien déjanté !

note       Publiée le mardi 7 mai 2002

partagez 'Xu Feng' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Xu Feng"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Xu Feng".

ajoutez une note sur : "Xu Feng"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Xu Feng".

ajoutez un commentaire sur : "Xu Feng"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Xu Feng".

Dioneo › dimanche 15 septembre 2019 - 09:54  message privé !
avatar

Tiens marrant, à l'époque où j'ai découvert ce disque - à priori un ou deux ans après à sa sortie - je le trouvais ultra-violent et très chaotique, genre gros bordel hérissé de piques. Là je le ressors après quelques années sans l'écouter (suite à une conversation avec un pote qui me rappelait ce temps, où je lui passais souvent du Zorn/du Tzadik, vu que j'en choppais alors pas mal, dans le catalogue)... Ça me sonne toujours bien, bien "dense" mais pas si "violent" que ça, pas agression sonore. Et plutôt très maîtrisé - comme souligne Saïmone y'a du niveau côté impro. Et comme disent il me semblent plusieurs com, c'est vrai que ça peut sonner "froid", "sans émotion" mais j'ai l'impression que c'est pas l'idée, effectivement, "l'émotionnel", là-dedans. Plus une question d'énergie, d'immersion dans les textures - c'est très "texturé" comme musique - un jeu sur les matières en fait assumé comme plutôt cérébral, avec une grosse dépense/investissement physique, pour pas que ça tombe dans la pure abstraction emmerdante. Vrai aussi que les passages "calmes" (The Beauty of Yang Hui-Chen, oui) font du bien, dans le déferlement. Va falloir que je me ressorte le Cobra version 2002, tiens, aussi.

punksportif › mercredi 6 février 2008 - 23:52  message privé !
j'ai choppé "xu feng" largement aprés "cobra". le coté bruitiste ravira, mais le coté trop « joueur » (comprendre par la désorganiser) gonflera royalement. C’est plutôt dommage car « xu feng » fourmille de bonne idées, mais il n’y a pas assez de respirations entre les instruments je trouve, et le tout est souvent noyé dans une grosse masse sonore incohérente. Les règles du jeu ont l’air bien tordues…. Le débat des games pieces n’est pas à remettre en question, il est question avant tout d’improvisation…j’y adhère moyennement pour le coup…
Note donnée au disque :       
COLDSTAR › samedi 1 septembre 2007 - 16:41  message privé !
Chris a oublié de créditer Woody Woodpecker dans le line-up.
Nicko › mardi 5 avril 2005 - 17:59  message privé !
avatar
voilà, je viens de l'avoir. Je l'avais écouté une fois il y a quelques années à sa sortie, mais là, je l'ai enfin. Que puis-je dire après une nouvelle écoute ? Comme le dit Chris, pas facile à cerner, mais je sens que ça va me plaire !! Les parties calmes, "The beauty of Yang Hui-Chen" principalement, sont à première vue fabuleuses ! Je vais ré-écouter tout ça plusieurs fois avant d'avoir un avis définitif !
taliesin › jeudi 13 novembre 2003 - 15:53  message privé !
Tout bonnement excellent, et assez novateur dans le genre, je trouve.
Note donnée au disque :