Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAntisect › In darkness there's no choice

Antisect › In darkness there's no choice

cd • 2 titres

  • 1They (the eternal myth and paradox)/ The world's biggest runt/ A midsummer night's dream/ Channel zero/ Yet they still ignore/ The ghost of mankind
  • 2Tortured and abused/ Education or indoctrination/ In darkness/ Heresy/ Hallo there's how's life ?/ The buck stops here

enregistrement

Southern Studios, Londres, Angleterre, Septembre 1983

line up

Pete 'Lippy' Lyons (guitare), Pete Boyce (chant), Wink (basse), Pete Paluskiewicz (batterie), Caroline Wallis (vocaux), Richard Hill (vocaux additionnels)

remarques

chronique

Styles
punk
crust
Styles personnels
anarcho-punk

Antisect, groupe du Northamptonshire, est avec Amebix considéré comme pionnier du crust punk mais ceux qui n'ont eu l'occasion de les voir en concert ont failli ne jamais le savoir. Après le premier album dont je vais parler ici, le combo, va produire un single, 'Out from the void', la même année que le 'Arise !' de Amebix, les deux galettes étant regardées comme point de départ du style crust. Le LP prévu pour lui donner suite ne verra par contre jamais le jour et seuls quelques pirates et le live 'Peace is better than a place in history' permettront d'en écouter quelques chansons. Mais en 1983, lorsque sort 'In darkness, there's no choice', nous n'en sommes encore pas là; la musique de Antisect se profile dans une voie punk plutôt pêchue pour l'époque, sous l'influence de Discharge plus que de Crass, en moins violent (mais tout aussi intense), avec des vocaux et des ambiances plus travaillés. De l'aveu même des musiciens, cet opus a nécessité un gros travail d'écriture et cela s'entend. Désireux de s'écarter du cliché 'titre bourrin ne dépassant pas la minute et demie', Antisect commence par proposer l'ensemble des compositions sur une seule piste par face (au grand désespoir de John Peel qui ne pouvait isoler ses pièces favorites pour les diffuser), ensuite, il intercale des interludes avec bruit de vent de piano, bruits divers, passages de récitation, entre des titres parfaitement dosés niveau noirceur et violence. Je m'explique. Le groupe lors de son entrée en studio était déjà en train de songer à durcir son son mais a conservé quelques bases punk traditionnelles; à cheval entre ces tendances, nos jeunes gens parviennent à nous livrer des chansons puissantes à la noirceur hypnotique dans les enchaînements rapides d'accords mais qui n'hésitent pas à sortir des sentiers battus en termes d'orchestration avec des passages plus lents et pesants, des finaux grinçants où le son est torturé et une place de la basse importante au mixage afin de renforcer l'impression d'étouffement. La production est assez remarquable de par l'amplitude du son, certaines pistes ayant été quintuplées, des boucles d'effets laissées à tourner, les échos se heurtant en circuit fermé...Pas question non plus de se restreindre en matière de temps, le groupe prend la peine d'installer ses climats et l'auditeur peut s'y noyer à ravir...Le chant certes principalement scandé est cependant plus travaillé que chez Discharge, moins linéaire, se coulant dans les mélodies, affirmant ses effets selon la portée du message. Franchement, nous tenons-là une sacrée galette qui n'a sans doute pas eu la renommée du 'Arise !' de Amebix mais qui court sur les mêmes terres. 'Pas de choix dans l'obscurité' ? Non effectivement, quand le disque a commencé à tourner, on ne peut qu'écouter, fasciné, ce concentré de puissance noire et s'en régaler.

note       Publiée le mardi 15 mars 2011

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In darkness there's no choice".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In darkness there's no choice".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In darkness there's no choice".

Jacques Capelovici › lundi 13 février 2012 - 21:56  message privé !

AFTER 24 YEARS, ANTISECT HAVE REFORMED

Note donnée au disque :       
ericbaisons › mardi 22 mars 2011 - 17:02  message privé !

un peu difficile d'abord, mais finalement je l'adopte. Son problème vu d'aujourd'hui : il a le cul entre 2 chaises, crass et conflict de l'un, Amebix et consorts de l'autre. ni la violence crust ni l'irreverence de l'anarchopunk.

Note donnée au disque :       
Jacques Capelovici › vendredi 18 mars 2011 - 11:15  message privé !

Il faut te faire une raison : suffisamment d’enthousiastes-de-bon-gout considèrent cette galette comme culte pour que, statistiquement, cela t’impose quelques écoutes. Histoire de vérifier si cette obscurité-là est taillée pour toi.

Note donnée au disque :