Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlice In Chains › Alice In Chains

Alice In Chains › Alice In Chains

cd • 12 titres

  • 1Grind4:45
  • 2Brush Away3:22
  • 3Sludge Factory7:12
  • 4Heaven Beside You5:27
  • 5Head Creeps6:28
  • 6Again4:05
  • 7Shame in You5:35
  • 8God Am4:07
  • 9So Close2:45
  • 10Nothin' Song5:40
  • 11Frogs8:18
  • 12Over Now7:03

enregistrement

Bad Animals Studio, Seattle, USA, 1995

line up

Jerry Cantrell (chant, guitare), Mike Inez (basse), Sean Kinney (batterie), Layne Staley (chant, guitare)

remarques

chronique

Le grunge était déjà une affaire entendue quant, en 1995, Alice in Chains publie son troisième album, et déjà, son dernier. De tous les groupes de cette scène, il est sans doute celui qui exprima le mieux ce mal de vivre qui faisait la charpente de ce mouvement éphémère, mais salutaire. Une musique viscérale et malsaine indissociable du mode de vie de leurs leaders qui savent exactement de quoi ils parlent. C'est plus que jamais une évidence avec cet album qui, m'est avis, dispose de toute la mâturité que son glorieux successeur, "Dirt", n'avait pas. "Alice in Chains" respire la rancoeur, la noirceur et le désespoir, à mettre aux côtés d'oeuvres aussi fulgurantes que "Presence" de Led Zeppelin ou l'incontournable "Sabotage" de Black Sabbath. Avec un son gros comme ça. Marécageux, poisseux, vil, malsain (je me répète), des adjectifs détestables au possible s'il en est, mais qui résonnent en nous comme l'écho d'une attente que l'on sait nôtre. La force d'Alice in Chains, à savoir un duo de chanteurs épatants, redoublés de deux sensibilités guitaristiques très différentes mais complémentaires, fonctionne ici à plein tube et contribue de manière redoutable à l'achêvement de l'épitaphe du mouvement grunge. Au cours de cette bonne heure, le groupe se laisse néanmoins aller à quelques errances fortuites ("Heaven Beside You", "Shame in You") mais nous délivrent également - et c'est bien le plus important - quelques titres décisifs ("Sludge Factory", "Again", "God Am" ou encore le fantastique "Frogs") surlesquels on se retournera plus d'une fois. Le rock alternatif, dans ses moments d'excellence, ressemble assez à quelque chose comme ça. Obscur. Sombre. Grand.

note       Publiée le mardi 7 mai 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Alice In Chains".

notes

Note moyenne        66 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Alice In Chains".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Alice In Chains".

Rikkit › dimanche 14 mars 2021 - 20:12  message privé !

Je vais peut-être dire une bêtise mais j’ai quand même l’intuition que ce skeud aura bien influencé Homme dans QOTSA, j’entends des plans, des riffs, des arrangements, des mélodies qu’on pourrait repêcher dans les débuts discographiques du groupe. Ne serais-ce qu’au niveau de l’ambiance je trouve (sans doute moins festives quand même).

Note donnée au disque :       
heirophant › dimanche 8 novembre 2020 - 21:52  message privé !

Frogs.

Note donnée au disque :       
Procrastin › samedi 21 juillet 2018 - 19:19  message privé !

Ce clebs n'a beau n'avoir que trois pattes, il en aura fait des kilometres !

Note donnée au disque :       
boumbastik › dimanche 22 avril 2018 - 22:59  message privé !

J'aurais jamais pensé que AIC serait un des groupes (le ?) estampillés 90's vers lequel je reviendrais le plus souvent. Les compos, les riffs, les arrangements, les harmonies sont terribles. Les morceaux prennent encore une autre dimension sur le unplugged. Allez, j'le dis, grand groupe.

Note donnée au disque :       
Rastignac › lundi 9 avril 2018 - 11:10  message privé !
avatar

C'est celui que j'ai le plus écouté, qui m'a le plus remué, et qui revient encore le plus souvent en tête. Encore un disque emprunté à la médiathèque d'ailleurs quand j'y repense... s'il n'y avait pas eu ces structures à un moment où internet c'était pas possible, je crois que je n'écouterais que des vieux vinyles de classique de temps en temps, râlant que tout le reste c'est de la merde.

Note donnée au disque :