Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHatesex › A savage cabaret, she said

Hatesex › A savage cabaret, she said

cd • 11 titres

  • 1Introduction: the savage cabaret of sins (fragment)
  • 2Act 1: A rose without eyes
  • 3Operetta no 19
  • 4Wanderlust
  • 5The red curtain masquerade
  • 6Intermission: Throe II
  • 7Act 2: The necrokiss of melancholy
  • 8I am (featuring Frank Vollmann)
  • 9Darling Divinora
  • 10The forest of I
  • 11Epilogue: The savage cabaret of sins (reprise)

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Lava lamp lamp room, Los Angeles, Californie, USA

line up

Krisanna Marie (chant), Benn Ra (guitare, basse, programmation)

Musiciens additionnels : Frank Vollmann (chant), Chuck Hunt (accordéon)

remarques

chronique

Merde ! Ainsi Hatesex n'auront eux-aussi été qu'un pétard mouillé ? Je me suis pourtant réjoui à l'annonce de la sortie de ce second opus mais l'objet n'a pas été à la hauteur de mes attentes. Si le premier album flirtait volontiers avec l'ombre de Mephisto Walz, il savait aussi proposer ses touches personnelles. Ici, le duo se positionne clairement à la traîne, en suiveur plus qu'en figure de proue malgré quelques moments fort agréables ('Wanderlust' très efficace bien que calqué sur Mephisto Walz, 'A rose without eyes', l'ambiance cabaret de 'Strange cabaret of sins'...). La production manque d'une certaine force et Hatsex donne décidément l'impression d'arriver après tout le monde tant leurs harmonies, leurs ambiances ont déjà été explorées par Faith and the Muse, Scarlet Remains, Mephisto Walz ou eux-mêmes ! Je ne parle même pas du remplissage inutile de l'instrumental 'Throe II' simpliste au possible dans sa conception ou de la collaboration ratée avec le pourtant talentueux Frank Vollmann (Frank the Baptist) dont la voix n'apporte hélas ici rien d'intéressant. Je ne dis pas que ce disque est entièrement mauvais mais il manque clairement de relief et d'ambition, se contentant de proposer un deathrock soft et de seconde zone, cette fois dénué des touches personnelles qui assuraient le charme et la fougue du premier opus. Même la belle mélodie cabaret de 'The savage cabaret of sins' sonne convenue (Persephone avait déjà occupé la place en 2001); bref, une petite déception au lieu de l'excitation escomptée, surtout que cette galette aura mis du temps à être écrite.

note       Publiée le lundi 7 mars 2011

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A savage cabaret, she said".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A savage cabaret, she said".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A savage cabaret, she said".