Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAes Dana (Lyon) › Season 5

Aes Dana (Lyon) › Season 5

cd • 10 titres

  • 1Natti Natti 7:01
  • 2Peripherics 7:15
  • 3Season 5 8:46
  • 4Undertow 6:54
  • 5Gatewick (Vinyl Airport Delay) 7:37
  • 6Dew (Herbal Version) 6:18
  • 7Chrysalis 6:48
  • 8Onset Data (Ethereal Version) 7:23
  • 9Forest Fish 5:15
  • 10Suspended Grounds 5:37

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Ultimae Studio (sauf piste 5 - Gatewick Airport - UK) Mastering par Huby Sea

line up

Vincent Villuis

Musiciens additionnels : Sir John, Mahiane, Pascale Auffret

remarques

chronique

Styles
ambient
electro
electronica
Styles personnels
psychedelic / downtempo trance

La cinquième saison... la zone-frontière à la fois spatiale, temporelle et psychique, qui se saisit à travers le chromatisme impressioniste, ou la délicate gamme matinale qui se révèle dans le filtrage des rayons lumineux par la rosée vite disparue à l'aube d'une ardente journée estivale. C'est un parcours dans ces petites interstices, parfois fourmillantes, que s'ouvre et se déploie un ensemble de séquences soigneusement tissées sur une musique atmosphérique au sampling naturaliste allant du field recording ornithologique aux abstractions géométriques à la douceur et à la fluidité sans faille. Ici les genres se courbent et s'emploient à ne générer qu'un seul paysage, entre la dub techno de Basic Channel, la psybient the FSOL (Lifeforms) ou The Orb, voire parfois la trance progressive et lente telle sur 'Gatewick', exploitée auparavant par Solar Quest, Vibrasphere ou Pete Lazomby qui rencontrent ici la syntaxe exotique de Robert Rich (comme sur le titre éponyme). On est, bien que dans une zone familière pour la scène psyché-downtempo, dans une région déjà autre ; peut-être plus esthétisante de par ses sons précis et sa surexploitation assumée de la réverbération (Vincent la considérant comme un instrument à part entière), mais aussi dans un espace singulier où les rencontres accidentelles s'opèrent loin des codes et gimmicks parasitant tout genre musical, quel que soit le milieu. Le clair obscur de la nature sans cesse métamorphosée apparaît ici sous des allures mélancoliques enveloppantes, moins anguleuse que certains groupes trop connus, et moins molletonnée que chez ceux qui se noient dans la mièvrerie, niant ainsi l'omnisciente dualité su monde. Oubliez donc le monde humain et ses signes, faites le calme autour de vous et laissez-vous donc emporter par les nombreux scintillements de cette route rythmée toute en douceur à travers une végétation microscopique foisonnante. 4,5/6

note       Publiée le lundi 7 mars 2011

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Season 5".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Season 5".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Season 5".

ericbaisons › lundi 7 mars 2011 - 23:37  message privé !

bah tu laisse un lien, c'est pour qu'on ecoute et qu'on commente, ou bien?

Wotzenknecht › lundi 7 mars 2011 - 21:08  message privé !
avatar

t'es lourd avec tes jugements à l'emporte pièce sur tout ce qui bouge. Sinon, à part ca, ils sont un.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › lundi 7 mars 2011 - 18:55  message privé !

Ils ont chié dans la colle pour le nom quand meme. Bon sinon c'est un peu trop transounet avec la reverb, mais ça pourrait bien s'intercaler en playlist entre un Orb et un Porter ricks.