Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesØ › Metri

Ø › Metri

cd • 15 titres

  • 1Sisään 2:03
  • 2Hornitus 5:03
  • 3Kuvio 5:52
  • 4JL-CSG I 2:11
  • 5Muuntaja 6:59
  • 6Hion 2:24
  • 7Twin Bleebs 7:58
  • 8Erit-Samat 0:49
  • 9Lasi 6:01
  • 10JL-CSG II 4:53
  • 11Radio 8:59
  • 12Asuntola 2:34
  • 13Kenttä 7:20
  • 14Halli 5:13
  • 15Dayak 5:21

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Mika Vainio

Musiciens additionnels : Ilpo Väisänen (sur 'Muutaja')

remarques

La version CD (originale puis rééditée) se compose d'une pochette cartonnée dans une seconde pochette rigide + insert.

chronique

Styles
electro
techno
Styles personnels
minimal

Malgré le succès de Pan Sonic sur la scène électronique internationale, Mika Vainio a toujours semblé être un grand solitaire, partenaire de route de nombreaux artistes mais développant toujours en parallèle ses propres idées. Il commence à composer dès le début des années 1990 et à tourner en tant que DJ aux côtés de son vieux compagnon de route Tommi Grönlund de Sähkö Recordings, dans les rave parties alors en vogue au coeur des interminables crépuscules des étés finlandais. Mais surtout, il compose, improvise, apprend, écoute et assimile les plus grands (Plastikman, en premier), écoute le langage acousmatique, la syntaxe de la répétitivité, de l'effet et de la tautologie sonore. Son premier duo s'appelle Corporate 09, avec Pertti Grönholm, et date de 1991 – vingt ans de bouteille pour un stakhanoviste sonore qui n'a jamais détourné son talent à quelque courant que ce soit. Après quelques Eps déjà sous le signe de son radical Ø (ensemble vide), Metri apparaît à l'horizon, dans une europe en pleine vague électronique mélodique, et fait le pont entre le moelleux des synthétiseurs analogiques et la rigoureuse sécheresse de la techno minimale qui, couplée aux recherches sur la placticité du "son électrique", fera la marque de fabrique de l'ensemble du travail de Mika Vainio, devenant ainsi malgré lui le fil conducteur du label sur lequel il centre la plupart de ses opérations (en finnois "säkhö" signifie électricité). 'Sisään' (entrée) annonce la couleur avec un titre si proche d'Amber d'Autechre, à savoir beau et glacial dans ses réverbérations. C'est pourtant l'ombre de Plastikman qui plus d'une fois fait surface, depuis l'acid minimale de 'Hornitus' au splendide 'Muuntaja', donc les discrètes réverbérations finissent par développer un tapis entier de drones et de résonances infra-telluriques. 'Twin Bleebs' préfigure la syntaxe de 'Ping pong' de Plastikman sur Closer (lui-même ne sortant que neuf années plus tard) et 'Lasi', si typique d'Autechre à nouveau, fait figure de dernier refuge avant la vallée des ombres. C'est que pour le reste de l'album, Mika Vainio s'affranchit du rythme et plonge dans les abysses d'une musique ambiante sourde et aride, principalement à base de signaux électriques graves ('Jl Csg II'), modulés subtilement ('Radio'), voire surgonflés d'infrabasses rutilantes (l'assourdissant final sur 'Kentta'). C'est à plusieurs occasions le minimalisme rèche et la matière sonore élastique de Pan Sonic qui semble naître sous nos yeux ('Jl-Csg I') et qui annonce une recherche sonore sans égale qui sera confirmée sur les nombreuses oeuvres qui suivront.

note       Publiée le mercredi 23 février 2011

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Metri".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Metri".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Metri".

merci pour le fusil... › samedi 15 février 2014 - 00:14  message privé !

Belle planète abandonnée.

Note donnée au disque :       
VL › jeudi 19 décembre 2013 - 10:32  message privé !
avatar

Excellent album. Je conseille également l'EP "Atomit", où Mika fait danser l'atome, ainsi que son autre side-project : Philus, tout aussi précis dans l'aridité.

Note donnée au disque :       
Son Of Sulphur › samedi 26 février 2011 - 02:11  message privé !

Une lampe frontale? MPLF is back, alleluia !

merci pour le fusil... › samedi 26 février 2011 - 01:44  message privé !

Une très belle découverte. Très hétérogène et pourtant tout ce tient, on descend façon spéléo, on arpente des terres arides, des carrières désertes, des blockhaus et des hangars abandonnés. Que conseilles-tu pour poursuivre l'exploration ?

Note donnée au disque :