Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKFikret Kızılok › Anadolu'yum

Fikret Kızılok › Anadolu'yum

cd | 14 titres | 55:49 min

  • 1 Gün Ola Devran Döne [0:47]
  • 2 Leylim Leylim [3:46]
  • 3 Anadolu’yum [poème de Ahmet Arif] [3:48]
  • 4 Tutamadım Ellerini [4:34]
  • 5 İnsan mıyım Mahluk muyum Ot muyum [reprise de Aşık Veysel] [5:03]
  • 6 Anadolu’yum ‘75 (a.k.a. Akın var Akın) [poèmes de Ahmet Arif et Nâzım Hikmet] [5:20]
  • 7 Aşkın Olmadığı Yerde [reprise de Aşık Şah Turna] [4:01]
  • 8 Köroğlu Dağları [5:16]
  • 9 Bacın Önde Ben Arkada [6:16]
  • 10 Haberin Var mı [poème de Ahmet Arif] [4:01]
  • 11 Kör Pencere [poème de Ahmet Arif] [5:16]
  • 12 Dar Ağacı [reprise de Aşık Mahzuni Şerif] [6:16]
  • 13 Gözlerinden Bellidir [5:16]
  • 14 Koyverdin Gittin Beni [6:16]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Fikret Kızılok (chant, bağlama, guitare acoustique, mandoline)

Musiciens additionnels : Ataman Hakman (guitare électrique 5, 7, 10, 11), Turhan Yükseler (claviers, orgue 5, 7, 10, 11), Siret Yurtsever (guitare rythmique, flute 5, 7, 10, 11), Sahir Kayıhan (basse 5, 7, 10, 11), Eser Sayıner (batterie 5, 7, 10, 11)

chronique

Styles
folk
rock
psychédélique
world music
Styles personnels
anatolian folk-rock

Bien qu’il n’ait sorti que des singles pendant l’âge d’or de l’anadolu pop et qu’aucune compilation ne les réunissait à l’époque, Fikret Kızılok est bien une figure majeure de la scène. Comme beaucoup, il a d’abord essayé de se faire un nom lors du concours Altın Microfon, au sein du groupe garage de Cahit Oben. Il va également frayer avec Barış Manço et ses Kaygısızlar. Mais c’est vers la musique folk que va se pencher Kızılok suite à sa rencontre avec Aşık Veysel, le troubadour aveugle. Abandonnant pour un temps son métier de dentiste, il enregistre au début des années soixante-dix une poignée de singles importants. Le premier présent dans cette compilation, totalement inédite, est une adaptation d’un poème de Ahmet Arif, « Anadolu’yum », toute l’expressivité retenue du chanteur sur une composition acoustique de guitare et de mandoline. Percussions de tambourins et bağlama, les arrangements de Kızılok ne visent pas au psychédélisme échevelé, y accèdent par la bande tellement le folk turc ici revisité se prête aux scansions hypnotiques, le chant parfois frôlant les flux des prières. Dans la sphère de l’anadolu pop, Kızılok est sans conteste un des meilleurs compositeurs, signant des merveilles intemporelles, qui pourraient aussi bien être des chansons d’un autre siècle tout en sonnant terriblement contemporaines, comme « Leylim Leylim » dont le groove sensuel enchanterait n’importe quel espace dévolu à la danse. Toujours à la recherche d’expérimentations nouvelles, le folk de Kızılok évolue rapidement vers des influences plus diverses, avec une flute tout droit débarquée de Canterbury sur « Tutamadım Ellerini », du violoncelle électrique et du fuzz pour le traditionnel « Koyverdin Gittin Beni », un combo sitar/tabla pour l’intro psychédélique de « Köroğlu Dağları », encore un morceau qu’on jugerait avoir été composé dans une autre ère mais qui est pourtant bien signé de la plume du chanteur, avec un solo de clarinette romani du plus bel effet. Après une pause due au décès de Aşık Veysel qui le plonge dans la déprime, Fikret Kızılok revient aux affaires pour deux 45t explosifs, cette fois accompagné du groupe Tehlikeli Madde où on retrouve du cador tel le guitariste du Yeraltı Dörtlüsü d’Erkin Koray, Ataman Hakman, et le dernier clavier de Moğollar, Turhan Yükseler. Palier de plus dans la carrière de Kızılok, qui met de nouveau en musique des poèmes d’Ahmet Arif, cette fois avec une toute autre puissance de feu derrière lui même si il reste dans un registre folk-rock, plus ouvertement psyché, avec un son beaucoup plus ample, ces fameux claviers serpentins à la Doors et même des cordes d’inspiration arabesque sur « Haberin Var mı ». Sur les quatre titres sortis avec cette formation, tous indispensables, goûtez à la frénésie jazz-psychée qui s’empare de « Kör Pencere » après une première moitié au classicisme dramatique, le plus brillant est de loin la reprise de son mentor Aşık Veysel, « İnsan mıyım Mahluk muyum Ot muyum », envoutante et belle à pleurer, la sensibilité du chanteur-dentiste pour l’interprétation d’un folk ancré dans la tradition éclatant dans cette version par ailleurs excellemment transformée en tournerie de folk-rock électrique aux parfums de lointaine Californie. Dans le registre des troubadours, il va également puiser chez la chanteuse Aşık Şah Turna et chez l’incontournable Mahzuni Şerif dont il reprend, bağlama au clair, « Dar Ağacı », bien plus fidèle à l’original que la version flinguée qu’en fera Edip Akbayram. C’est qu’il reste avant tout un musicien folk, la face B de ce 45t le démontre encore avec brio, alors qu’il revisite son « Anadolu’yum », cette fois en y impliquant également les mots du grand Nâzım Hikmet auquel il avait déjà dédié toute une série d’enregistrements ténus qui sortiront quelques années plus tard sous la forme de son premier album. C’est dans le même dénuement, avec ce refrain scandé comme un mantra, sa voix dédoublée, que Kızılok brille tout autant que dans ses morceaux de folk-rock arrangés aux petits oignons psychés. Malgré une visibilité moindre due à sa production cantonnée au format 45t, Fikret Kızılok est un des noms les plus importants de l’anadolu pop, comme en atteste cette compilation où manquent malgré tout ses tout premiers singles (dont une autre reprise de Aşık Veysel). Un des Grands Anciens, qui mérite amplement son nom inscrit au front du temple.

note       Publiée le mardi 7 novembre 2017

Dans le même esprit, (N°6) vous recommande...

partagez 'Anadolu'yum' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Anadolu'yum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Anadolu'yum".

ajoutez une note sur : "Anadolu'yum"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Anadolu'yum".

ajoutez un commentaire sur : "Anadolu'yum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Anadolu'yum".

DukeOfPrunes › mercredi 8 novembre 2017 - 12:32  message privé !
avatar

Haha, si tu le dis :) Il y a aussi un Coréen dans l'affaire, Kim Doo Soo, très bon lui aussi...

(N°6) › mardi 7 novembre 2017 - 20:51  message privé !
avatar

Compilation des chanteurs de langues altaiques ? Voilà qui n'est pas commun. Le "Pêcheur Japonais" de Unol Buyukgonenç se serait d'autant plus prêté à une sélection pareille !

Note donnée au disque :       
DukeOfPrunes › mardi 7 novembre 2017 - 20:04  message privé !
avatar

Je connais grâce à cette compile extraordinaire, sans suite (malheureusement) : https://www.discogs.com/fr/Fikret-Kizilok-Kim-Doo-Soo-Tomokawa-Kazuki-Mikami-Kan-International-Sad-Hits-Volume-One-Altaic-Langu/release/1164769

(N°6) › mardi 7 novembre 2017 - 18:28  message privé !
avatar

Heureux qui le connait ! Son nom est moins connu que Koray, Selda ou Manço en Occident (contexte, rééditions et samples aidant) mais c'est clairement un incontournable.

Note donnée au disque :       
DukeOfPrunes › mardi 7 novembre 2017 - 18:21  message privé !
avatar

Ah celui-ci, je le connais ! Merci pour la chro !