Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPanopticon › Cycle Phase One : Dusk of the old world

Panopticon › Cycle Phase One : Dusk of the old world

cd | 10 titres | 00:00 min

  • 1 Cycle Part one
  • 2 Cycle part two
  • 3 Thou Fancy
  • 4 On the 7th day
  • 5 Gamala Gamala Taki
  • 6 Catwalk
  • 7 The Scythe
  • 8 Peacemakers
  • 9 Fast and fusion
  • 10 Descent

enregistrement

Improvisé et enregistré live au Studio Molière, Bruxelles, le 17 Juin 2009 - Postproduction, editing, mixage et overdubs au Goddess Studio, Bruxelles, Juillet 2009 par Domenico Solazzo - Ingé-son : Eric Renwart - Assistant : Matthieu Duvault

line up

Domenico Solazzo (drums, percussions, noises, direction), Jean-Pierre Bouquelle (alto & sopranino saxophones, voice), Olivier Catala (bass, direction), Michel Delville (guitar, effects), J.J.Duerinckx (baryton & sopranino saxophones, direction), Antoine Guenet (keyboards, direction), Chervin Laporte (keyboards), Pierre Mottet (bass, effects), Rik Staelens (saxophones, bass clarinet, woodwinds, direction), Martine Verbrugghe (alto & soprano saxophones, voice)

chronique

Styles
jazz
avant garde
free jazz
Styles personnels
improvisation

Panopticon en studio ! Voilà une démarche qui peut sembler surprenante... Et pour autant, le collectif – ici en formation élargie – n’a pas changé ses habitudes : à l’écoute, le diptyque "Cycle" ne diffère pas radicalement de ses productions live. Pas d’overdubs ni de grille d’accords, on reste dans une improvisation totale, tout au plus encadrée par une plus grande clarté et une mise en place plus étudiée. C’est également l’occasion pour Solazzo d’accoler un concept à sa musique, une sorte de critique écologique de notre de vie, où la nature, superbe et luxuriante, est rongée petit à petit par l’homme, avant de reprendre le dessus dans un la deuxième partie du cycle, non sans éradiquer l’entité nuisible. Kobaïa, vous dites ? N’en faisons pas trop, car Panopticon continue dans la droite lignée des lives de cette période (tant sont sortis depuis) : beaucoup de cuivres, une densité accrue, et certains passages presque proches d’un Nurse With Wound, notamment sur l’intro de On the Seventh Day, avec son sample voix radiophonique en espagnol et ses sons bizarres en arrière-plan. Jamais l’auditeur n’est pris par la main, c’est bien à lui de s’inventer les images reliant la musique avec le concept énoncé (ou d’en choisir d’autres). Et ce n’est pas la plage titre qui me fera mentir : placée en ouverture, il s’agit de l'un des morceaux les plus difficiles du groupe, long et déstructuré, puis parcouru de ruptures aigues. Ce Dusk of the old world est particulièrement difficile et opaque, à l’image de ce ‘The Scythe’ halluciné et hagard qu’on retrouvera dans le ‘Pandemonia’ de la deuxième partie. Il faut attendre un Peacemakers plus ambiant et apaisé et un Fast and Fusion plus sensoriel et "classique" (on reste dans les sphères de la musique expérimentale, pour le plus grand bonheur des amateurs peu farouches de ces sombres auspices) pour retrouver un peu ses repères dans ce qui m’apparaît comme l’album le plus déroutant et exigeant de Panopticon jusqu’ici. Âmes pressées ou timorées, commencez par la deuxième partie.

note       Publiée le mercredi 19 janvier 2011

partagez 'Cycle Phase One : Dusk of the old world' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cycle Phase One : Dusk of the old world"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cycle Phase One : Dusk of the old world".

ajoutez une note sur : "Cycle Phase One : Dusk of the old world"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cycle Phase One : Dusk of the old world".

ajoutez un commentaire sur : "Cycle Phase One : Dusk of the old world"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cycle Phase One : Dusk of the old world".

torquemada › mardi 23 août 2011 - 20:42  message privé !

C'est une honte d'arrêter sans avoir au moins fait une date parisienne !

Progmonster › mardi 23 août 2011 - 08:46  message privé !
avatar

Fallait bien que ça arrive un jour : j'arrêterais PaNoPTiCoN en décembre de cette année. Ce collectif d'impro dont je suis particulièrement fier aura délivré de grands moments de musique, certains même inespérés pour un gars comme moi. On se sera exprimé en tâtant à peu près tous les genres (sauf le métal, je vous le concède), jazz, fusion, prog, free, psyche, electro, world, et nos enregistrements resteront en ligne tant qu'il y aura des sites web pour les héberger. En attendant, j'ouvre cette huitième et ultime saison avec le concert que nous avons donné à Lyon le 29 avril dernier. Une performance chère à mon coeur, et, à mon humble avis, l'enregistrement le plus mâture que nous ayons jamais réalisé. Avec un line up inédit incluant piano, violoncelle, saxophone soprano et batterie, le groupe adopte une attitude jusqu'au boutiste qui donne naissance à des moments d'une rare introspection ou de délire sonore absolu. Vous trouverez le lien à la fin de ce message. Plus que pour tout autre enregistrement, j'attends avec impatience vos réactions, bonnes comme mauvaises. Merci. PaNoPTiCoN Live @ Le Périscope : http://enterpanopticon.blogspot.com/2011/08/bootleg-77-panopticon-live-le-periscope.html