Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKMFDM › Attak

KMFDM › Attak

cd • 11 titres • 50:27 min

  • 1Attak/reload3:59
  • 2Skurk3:55
  • 3Dirty4:41
  • 4Urban monkey warfare4:31
  • 5Save me5:42
  • 6Yo-ho-ho4:16
  • 7Superhero4:25
  • 8Sturm & drang3:58
  • 9Preach/pervert4:30
  • 10Risen5:59
  • 11Sleep4:30

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

remarques

chronique

Styles
indus
metal
rock
Styles personnels
rock indus expérimental

Premier album pour KMFDM après sa reformation, un album dans lequel on retrouve la variété qui caractérise le groupe mais une variété autour d’un style en particulier. Après l’electro tarabiscotée de "Symbols", c’est autour du metal que s’articulerait "Attak" mais d’un metal peu courant. Dès la première chanson en effet, on est pris par la lourdeur et la puissance des riffs, une orientation qui perdure mais évolue sur les 3 premiers morceaux au point d’en faire un triptyque de plus en plus bruitiste et expérimental. D’ailleurs, au fil de l’écoute, on se rend compte de la volonté de KMFDM d’explorer les recoins les plus alambiqués du metal et du rock. En fait, seul le morceau "save me" pourrait être analysé comme un morceau heavy traditionnel. Pour son retour KMFDM nous a donc fait un album qui s’écoute d’une traite, qui peut surprendre, et qui ne contient aucun morceau vraiment marquant. Même si la valeur du groupe est indéniable, on a du mal à ne pas trouver cet album très moyen.

note       Publiée le lundi 27 décembre 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Attak".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Attak".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Attak".

born to gulo › mercredi 29 décembre 2010 - 19:29  message privé !

c'est pas faux, que leur nouvelle pétasse a moins de chien que les anciennes

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mercredi 29 décembre 2010 - 12:09  message privé !

pour moi KMFDM a toujours rimer avec une certaine varieté vocale, c'est pourquoi les morceaux avec Lucia ou Dorona au chant principal me vont tou à fait (surtout que c'est loin d'etre les morceaux les moins bons). Skold n'aura ete rien de plus qu'un ajout supplemenaire de variété, ni sauveur, ni "couleur". Je suis le premier à reconnaitre que le groupe proposera du creu par la suite, mais pas en 2002. C'est juste fait de maniere differente.

Note donnée au disque :       
Saule_Cygne › mercredi 29 décembre 2010 - 11:41  message privé !

(2). Ils ont essayé de combler le vide avec un son de guitare absolument énorme et, si ça accroche l’oreille sur les premières écoutes, ça ne tient vraiment la route sur la longueur, faute à des riffs bourrins beaucoup moins incisifs que ceux de Günter Schulz (on notera quand même la présence du guitariste de PIG pour relever le niveau sur les morceaux où Raymond Watts chante comme Preach/Pervert). Perso, cet album inaugure l’entrée de KMFDM dans sa période fast-food. Aux premières écoutes ça semble consistant et agréable en bouche avec un ou l’autre morceau plus croustillant que la moyenne pour relever le tout, mais avec le temps on se rend compte qu’il manque toutes les vitamines, minéraux et oligo-éléments qui faisaient la richesse des albums des années 90. Au final, ça devient franchement moyen. Et ça ne va faire que s’aggraver par la suite...

Note donnée au disque :       
Saule_Cygne › mercredi 29 décembre 2010 - 11:40  message privé !

(1). Bon reformation, mais sans En Esch et Günter Schulz, deux des piliers du groupe. Et ce n’est pas Tim Skold qui va combler le vide causé par leur départ (faudra qu’on m’explique où est son talent à celui-là). Déjà son chant est insupportable : quand je mets un album de KMFDM dans le lecteur ce n’est pas pour entendre une pleureuse suédoise me gémir dans les oreilles des paroles ultra-niaiseuse du genre « saaaaaaaaave me, I can’t find my way home » avec un premier degré on ne peut plus déconcertant. Pour continuer dans le chant, je ne suis pas fan non plus de Lucia Cirafelli. Ok, les chanteuses ont toujours été une part importante du groupe, mais de là à chanter des morceaux en entier: non. Surtout que son timbre n’est pas vraiment exceptionnel. Ensuite niveau compos, le niveau a fortement baissé depuis les années 90. Les touches électros sont bien moins élaborées que par le passé.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mardi 28 décembre 2010 - 14:28  message privé !

en ce qui concerne ce ATTAK, je vais rejoindre born to gulo. Il n'y a presque que des morceaux marquants sur cet album ! (seul Skurk m'emmerde un peu). Je n'ai pas non plus ecouté ce qu'a fait le groupe apres Symbols, mais en tout cas, c'est une reformation en puissance que l'on a là, et qui sera confirmé par l'album suivant.

Note donnée au disque :