Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSybreed › The pulse of awakening

Sybreed › The pulse of awakening

cd • 12 titres • 72:47 min

  • 1Nomenklatura4:44
  • 2A.E.O.N5:02
  • 3Doomsday party4:20
  • 4Human black box5:10
  • 5Killjoy4:47
  • 6I am ultraviolence3:55
  • 7Electronegative4:37
  • 8In the cold light3:14
  • 9Lucifer effect6:33
  • 10Love like blood4:43
  • 11Meridian A.D6:11
  • 12From zero to nothing9:52

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Ben (chant), Drop (guitare + programmation), Burn (basse), Kevin (batterie)

remarques

chronique

Styles
dark wave
indus
metal
Styles personnels
dark new-wave metal

"Antares" passait pour un album de metalcore plutôt moyen-bon dans le genre et SYBRRED semble en avoir pris conscience. Dans le même temps ils passent à la vitesse supérieure et nous montrent également très clairement leurs influences. Ainsi, "The pulse of awakening" accentue la puissance mais aussi les influences hors metal et pourrait, de ce fait, passer pour un moyen terme entre Killing Joke et Soilwork. Ce moyen terme se ressent dans la plupart des morceaux de cet album même si chacun a sa petite touche personnelle. Ainsi "nomenklatura" est un juste milieu parfait entre les deux groupes précités, idem pour "Doomsday party" ou "lucifer effect" qui contiennent certes une bonne dose d’electro. Parfois, dans d’autres morceaux, la balance des deux influences penche d’un coté ou de l’autre. Mais l’influence de Killing Joke devient flagrante avec la reprise de leur grand tube "love like blood", certes assez éloignée de la version originale (goths old school, passez votre chemin) mais peut-être plus proche du répertoire de Killing Joke aujourd’hui. Sybreed sait aussi changer radicalement de style sur cet opus avec par exemple "electronegative", très dark metal, ou "A.E.O.N", qui donne dans le death metal et même "I am ultraviolence" ou la batterie tourne au blast. Ajoutez à cela une petite power-ballad electro metal ("In the cold night") et vous obtenez un album varié et agréable. Au final "The pulse…" s’écoute aussi facilement qu’Antares mais avec peut-être plus d’attention justement du fait de cette variété de styles abordés. 4,5 sur 6.

note       Publiée le lundi 27 décembre 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The pulse of awakening".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The pulse of awakening".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The pulse of awakening".

Wotzenknecht › lundi 27 décembre 2010 - 22:13  message privé !
avatar

C'est surtout le jeu avec la flotte (confirmé en checkant sur du plus grand) et les contrastes forts, très graphiques que je retiens et apprécie beaucoup, pour le noir-et-blantiste que je suis

Darkstar Seven › lundi 27 décembre 2010 - 22:09  message privé !
avatar

Très steampunk.

Wotzenknecht › lundi 27 décembre 2010 - 21:49  message privé !
avatar

La pochette claque