Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGHarald Grosskopf › Synthesist 2010

Harald Grosskopf › Synthesist 2010

cd | 11 titres | 77:13 min

  • 1 Vivacissimo Con Moto (136 Bpm) [5:56]
  • 2 Andante Amoroso (122 Bpm) [10:27]
  • 3 Allegro Con Fuoco (124 Bpm) [5:44]
  • 4 Largo Con Dolore (85 Bpm) [8:32]
  • 5 Moderato Giusto (115 Bpm) [8:31]
  • 6 Vivace Risoluto (130 Bpm) [6:34]
  • 7 Vivacissimo Con Brio (140 Bpm) [5:35]
  • 8 Allegro Marcato (97 Bpm) [6:27]
  • 9 Presto Ma Non Troppo (261 Bpm) [5:22]
  • 10 Vivace Lugubre (132 Bpm) [9:11]
  • 11 Andante Mosso (128 Bpm) [5:24]

enregistrement

Écrit, performé et enregistré par Harald Grosskopf au RedHouse Studio, Allemagne, en 2010

line up

Harald Grosskopf (percussions électroniques, synthé, échantillonnages et FX)

remarques

Pour en savoir plus sur Harald Grosskopf et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.haraldgrosskopf.de/home.html

chronique

Expect the Unexpected (Attendez-vous à de l'inattendu) peut-on lire à l’endos de la pochette intérieure de ce 6ième album studio du célèbre percussionniste Allemand. Et c’est tout à fait vrai! Synthesist 2010 est un album violent. Plein de rythmes, en constantes permutations sur des structures minimalismes et linéaires, Synthesist 2010 tangue entre la techno sauvage et l’intelligente avec un brin de mélancolie qui trahit la nostalgie du mythique personnage. Batteur pour Ashra Temple et quelques autres groupes et artistes de MÉ, dont Klaus Schulze, Harald Grosskopf s’est bâti une solide réputation de percussionniste et de machine à rythmes électroniques dans le milieu de la MÉ et progressive. J’ai eu la chance d’entendre Digital Nomad et je fus assez impressionné par sa vision très éclectique de la MÉ et de ses approches très diversifiées vis-à-vis ses modulations rythmiques. Synthesist 2010 est une suite du premier album solo de Grosskopf paru en 1980, simplement intitulé; Synthesist. Sauf que Synthesist 2010 n’est pas une reprise de l’œuvre originale. Seulement une œuvre qui complémente l’évolution de Grosskopf au fil des ans et de ses affiliations avec différents groupes (Sunya Beat, Ashra, Wallenstein et autres). Un album bouillant et lourd où les rythmes croisent la techno minimaliste et les mélodies mélancoliques dans une faune sonore, truffée d’échantillonnages musicaux aussi géniaux que percutants, qui dépasse la capacité que nos oreilles ont à tout assimiler dans une même écoute. Mais nous étions avisé: Attendons-nous à de l’inattendu! Dès Vivacissimo Con Moto, l’univers musical de Grosskopf se dessine ; de lourds rythmes minimalismes martelés par de solides percussions qui pulsent dans un univers sonore hétéroclite. Une étrange réverbération cosmique en ouvre les premières mesures. Des nappes mellotronnées flottent et croisent des accords de guitare trappés dans ce lourd tourbillon sonore. Une lourde valse zombiesque ondoie, alors que les accords de guitares se transforment en boucles éthérées, forçant un rythme qui explose avec de fortes percussions martelant un rythme lourd et vivant, embrassé par des strates de synthé qui valsent autour d’une structure furieuse. On pense que nos oreilles sont pleines? Erreur! Des strates encore plus onctueuses enveloppent la puissance de Vivacissimo Con Moto qui pulse avec frénésie sur une structure rythmique entrecoupée de brefs passages plus modérés, accroché par des serpentins sonores et des strates qui grincent comme des cordes de violon enflammées dans une rythmique endiablée. Un bon titre, tout comme Vivacissimo Con Brio qui est par contre plus lourd et incisif, dont les notes de pianos fusionnent avec des xylophones pour donner une toute autre dimension technoïde. Plus pondéré Andante Amoroso est une fine romance qui évolue sur une structure aux vaguelettes sombres. Des boucles qui se perpétuent à l’infini et qui ululent comme un hibou au clair de lune sur une cadence minimaliste. Un long titre de près de 11 minutes, Andante Amoroso mue constamment sur un tempo hypnotique, prenant des airs mélancoliques avec son doux piano nostalgique, des airs éthérés avec un synthé aux boucles spiralées qui enveloppent une structure tanguant constamment entre l’hypnose tranquille et le semi techno. On observe le même phénomène, quoique plus éclectique, sur Vivace Lugubre. Percussions lourdes, tam-tam tribaux, séquence syncopée et grosse ligne de basse ronflante, Allegro Con Fuoco sillonne un furieux mouvement donc le parcours se dessine avec un piano déchainé qui zigzague éperdument en permutation avec lourde ligne hachurée. Un superbe titre lourd, mais vivant, contrairement au lent et très pesant Largo Con Dolore qui avance à gros coups de basse, façonnant un tempo qui ondule avec pesanteur sur de belles nappes de synthé. Tout aussi lourd, avec une basse mordante, Moderato Giusto est plus vivant et est un beau mélange d’Allegro Con Fuoco et Largo Con Dolore. Ingénieux et percutant, Presto Ma Non Troppo nous amène dans un univers plus techno et toujours truffé de bons effets sonores. Le tempo oscille et sautille sur des percussions qui croassent et ricanent étrangement, ainsi que d’autres percussions qui ajoutent toujours cette étrange impression que nous survolons une jungle surréaliste. Le synthé crache des strates de violons hachurés sur des nappes de mellotron enveloppante. La dualité des rythmes et des mélodies, qui est agressée par une foule d’effets sonores tous aussi délirants les uns des autres, est aussi délicieuse que dérangeante. Alors que l’on croit avoir tout entendu, Andante Mosso en rajoute avec son intro spectrale, où des percussions enclumées font la cour aux cymbales et qu’une lente strate de synthé bégayante débloque et crache un rythme de fêtes Irlandaises. Le tempo devient vite un genre de techno au mouvement fracturé et trituré de solos de synthé ciselés. Synthesist 2010 est une bombe! Un album lourd et puissant, plein de vie et qui crache les décibels à la même vitesse que Grosskopf harponne ses percussions. Bourré de rythmes fracturés par des permutations étonnantes, c’est un album intense qui démontre tout le sens des rythmes qui habite Harald Grosskopf ainsi que ses affinités avec ses échantillonnages sonores qui fourmillent de 2010 sonorités hétéroclites. À écouter à plein volume…si on ose!

note       Publiée le jeudi 16 décembre 2010

partagez 'Synthesist 2010' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Synthesist 2010"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Synthesist 2010".

ajoutez une note sur : "Synthesist 2010"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Synthesist 2010".

ajoutez un commentaire sur : "Synthesist 2010"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Synthesist 2010".

mangetout › mardi 31 mars 2015 - 10:02  message privé !

Quid de la chronique de l'album original de ce talentueux batteur (et claviériste aussi) mon cher Phaedream ?