Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMy Suicide › When the water bends

My Suicide › When the water bends

cd • 9 titres

  • 1An evening with a book
  • 2Screen
  • 3When the water bends
  • 4Who killed Dollie Hazelfield ?
  • 5October
  • 6Soul divine
  • 7Conspiracy to terminate
  • 8Mindless Frankenstein
  • 9Dressed like pigs

enregistrement

Hollywood Bunker, Studios-Room 222, Laurel Canyon, Hollywood, Californie, USA, décembre 1993-mai 1994

line up

Michael Romero (chant), Aaron Morrison (guitare), Donnie Davis (batterie), Aurelio Orozco (basse)

remarques

chronique

My Suicide est un groupe que j'ai découvert un peu par hasard, sans vraiment savoir à quoi m'attendre (d'ailleurs, pour pêcher des informations précises sur leur label, il faut avoir le don de divination). Curieusement, le nom, plutôt cru et direct, reflète assez mal la musique, non pas qu'on nage en pleine gaieté, loin de là, mais le disque est au final bien plus varié dans ses atmosphères qu'on aurait pu le supposer. Le premier morceau a un feeling un brin alternatif, comme une version gothique de Sonic Youth avec des boucles de guitare évoquant l'aspect hypnotique de certains travaux de Loop, tandis que le second penche plus nettement du côté du deathrock made in USA mais revu de manière personnelle. Le troisième est plus progressif, mélancolique au sens brumeux du terme, débutant de manière plus calme (est-ce la voix du chanteur ? Je ne puis m'empêcher de songer à New Model Army) avant que la tension ne monte et le désespoir avec. Sans parler de tentations progressives, les musiciens n'aiment guère la linéarité, glissant un break ici, un changement de son par là, quelques riffs appuyés quand on ne les attend pas, etc. 'Who killed Dollie Hazelfield ?' est l'une de mes chansons favorites, du bon deathrock, pêchu et sombre. Une fois encore, My Suicide brouille les pistes avec 'October' qui se teinte d'atmosphères entre cold wave et rock sombre. Mêmes échos de New Model Army sur le plus calme 'Soul divine'...avant que le deathrock sauvage ne réaffirme ses droits sur les trois morceaux finaux que je compte également parmi mes préférés. 'When the water bends' est donc un album qui n'est pas si facile à apprivoiser et il faut plusieurs écoutes pour s'en imprégner totalement. Si les influences deathrock du groupe sont assez nettes, il n'en brise pas moins pas mal des schémas auxquels les formations américaines nous avaient habitués par ses touches plus rock (je flaire un certain amour du Velvet Underground et des Doors); pour se faire une idée grossière, on pourrait parler de mélange de Screams for Tina et New Model Army. Si tous les morceaux ne sont pas de la même qualité, force est de reconnaître que certains comme 'Dressed like pigs','Screen','Who killed Dollie Hazelfield' ou 'Mindless Frankenstein' ont des mélodies réellement envoûtantes. Un groupe déstabilisant finalement mais c'est ce qui lui confère sa force. 4,5/6

note       Publiée le mardi 30 novembre 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "When the water bends" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "When the water bends".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "When the water bends".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "When the water bends".